Restauration (Foodservice) et génération Z

auteur 

Eric Delcroix est spécialisé en conseil, contenu, communication digitale, formation, internet, réseaux et médias sociaux, picture marketing, Facebook, Pinterest, Linkedin, Twitter, génération Z

    Plus d'informations sur Eric Delcroix :
  • facebook
  • flickr
  • googleplus
  • linkedin
  • pinterest
  • skype
  • twitter
  • youtube
Logo

Logo « Fait Maison » pour les restaurateurs. De peu d’utilité pour la génération Z qui cherche du frais et du naturel avant tout.

D’une manière assez récurrente on parle sur le net et dans la presse de la génération Z par rapport à l’alimentation : une alimentation plus saine, avec le retour du fait maison, dans le sens à la maison.

Aussi, pendant l’été, l’un des thèmes majeur a été la restaurations et la génération Z ! Il est toujours question d’alimentation et l’on retrouve de nouveaux les grandes caractéristiques de la génération Z : plus sain, produits frais, économe… dans le cadre de la restauration collective ou non.

En rédigeant cet article, je pensais à l’arrivée du label fait maison dans nos restaurants en France puisque le décret relatif à la mention « fait maison » est paru en juillet. Mais, cela ne suffira pas à convaincre la génération Z… suffit de lire Surgelé, pâte toute faite, exceptions… Cinq reproches au nouveau label « Fait maison ». On pourrait presque écrire, certains l’on fait, que même Mac Do peut être labelisé Fait maison ! Dommage, un repère qui ne sera pas de grande utilité pour la génération Z.

Restauration (Foodservice) et génération Z

L’information sur l’enquête de Technomic au sujet de la restauration selon les générations (une étude sur les tendances) c’est diffusée comme une traînée de poudre sur Internet ces dernières semaines.

Il est presque évident que selon les groupes d’âge, les endroits choisis sont très différents socialement, financièrement et émotionnellement.

Un certain nombre de tendances couvrent l’ensemble des générations étudiées : haute qualité, un large éventail d’options, plus sains, commode, la personnalisation et un service à la clientèle de qualité.

Malgré tout, j’ai l’impression que la génération Z à la part belle dans ce rapport. Il représenterait 12 % de la population totale (USA) et sont le groupe le plus ethniquement diversifiée et sont en majeure parti étudiants.

Et leur influence ne s’arrête pas à ce qu’ils ont dans leur assiette. Les concepteur cuisine sont également concernés avec l’arrivée d’équipement spécifiques comme les fours rapides pour griller rapidement des sandwiches, une meilleure réfrigération pour les salades pré-composé ou même une petite station de bar à salades…

Les jeunes accordons la plus haute importance aux prix bas, le montant global (cela rejoint leur côté économe) et le confort.

La génération Z est une génération en mouvement qui privilégie fortement la rapidité du service et avoir ce qu’ils veulent (ils sont très, très précis sur ce qu’ils veulent) quand ils le veulent autrement dit manger à tous les moments de la journée – et de la nuit.

D’ailleurs, la génération Z ne mangent pas 3 repas par jour comme leurs parents. Beaucoup mangent des repas plus légers tout au long de la journée et de la nuit. Certaines « cantines » et de restaurants universitaires ont déjà modifié leur façon de fonctionner dans ce sens aux Etats-Unis.

Dans la lignée de leurs prédécesseurs, ils préfèrent visiter les restaurants qui offrent des aliments et des saveurs nouvelles et uniques. Mais avant tout, ils sont à la recherche d’une nourriture aussi naturelle que possible, cela signifie aussi, les fruits et légumes de saison sans OGM provenant de sources locales, durables et biologiques. Adieu les pêches en conserve et les aliments transformés.

Autre facteur d’importance pour la génération Z : l’emplacement idéal ! Il sont adeptes de la commande à emporter.

Une remarque, il semblerait selon d’autres sources que la génération Z prise en compte soit celle qui s’arrête à 21 ans !

Une partie de ces informations provient du communiqué de presse de Technomic pour son étude Generational Consumer Trend Report (payante semble t-il), mais dont les acteurs du secteur de la restauration devrait s’équiper.

Pour les autres, comme moi, il nous reste une infographie à consulter 😉

La restauration à travers les générations Z, Y, X…

La restauration à travers les générations Z, Y, X…

Un autre article très intéressant a été mis en ligne, se basant sur ce rapport. C’est Designing for Multiple Generations sur FoodServices (spécialiste de la restauration collective).

La génération Z a aussi faim

Selon Michelle Strong dans l’article Generation Z is Hungry Too, alors que beaucoup de restaurateurs se tournent vers les besoins des clients de 20 ans et +, il pourrait être utile de voir ce que les clients Génération Z, pré-ados et adolescents, veulent aussi !

Il ne faut pas négliger, pour les restaurateurs, la « découverte » que la Génération Z possède environ 45 milliards de dollars en pouvoir d’achat et influences pour plus de 600 milliards de dollars les dépenses de la famille.

De plus, ces jeunes ne sont pas fidèles à une marque, et près de 60 % disent qu’ils préfèrent économiser de l’argent plutôt que de le dépenser.

La partie suivante de l’article concerne les repas en famille au restaurant. Si, les enfants en bas âge sont « privilégiés » avec des menus spécifiques… les restaurateurs ont presque oublié les enfants plus âgés. Où sont les repas des grands enfants ?

Et puis, n’oublions pas : selon un sondage Y-Pulse, plus de 50% des 8 à 13 ans préfèrent manger à la maison ou dans les restaurants fast-food.

L’enquête montre également que les parents et les jeunes de la génération Z sont à la recherche de menus plus variés et d’options plus saines.

La conclusion de l’article est amusante quand l’auteur conseille d’utiliser des tablettes afin de recueillir les avis « consommateurs » des jeunes 😉 Cela paraît tellement évident !

Les programmes de formation doivent s’adapter aux compétences de la génération Z

Que vient faire cet article sur la formation vous-dites vous alors que nous parlons alimentation, restauration… Vous changerez d’avis déjà en apprenant que l’auteur de Training programs must adapt to next-generation skillsets  est Jim Sullivan, un conférencier dont l’expertise concerne la restauration et que l’article est publié sur le site Nation’s Restaurant News.

Jim Sullivan part de constats fait par des managers dans la restauration : les gestionnaires d’équipes rapportent que les jeunes serveurs semblent avoir du mal à établir un rapport avec les convives ; les membres de la génération Z (17-18 ans de cette pizzeria qui livre à domicile) passent plus de temps à être connecté à leur téléphone que de parler aux clients. Ils n’ont pas les mêmes compétences de base au téléphone dans le travail que les générations précédentes et on doit leur apprendre « l’étiquette » de téléphone de base pour faciliter un meilleur service et une hausse des ventes.

L’auteur propose si les compétences rudimentaires de l’accueil téléphonique et de la communication de base sont vraiment absents que les dirigeants de la restauration se doivent d’identifier en permanence la formation nécessaire, les lacunes. Cela ne fait que renforcer la nécessité déjà existante.

Et comme les membres de votre équipe changent et évoluent, ce que vous leur apprenez doit aussi changer et évoluer.

Le changement n’est pas nouveau. La vitesse et la fréquence des changements : oui. Il faut que le dit dans le monde du hockey Wayne Gretzky: «Skate à l’endroit où la rondelle va être, pas là où il a été.»

Les meilleurs leaders aider leurs équipes à accepter le changement en communiquant d’une manière qui maximise la compréhension et minimise l’incertitude. Les gens n’ont pas peur de «changement». Qu’est-ce qu’ils craignent, c’est l’inconnu et l’inconnu.

Jim Sullivan propose la stratégie en 4 points suivante pour faire « changer » son personnel :

  • encadrer le changement par rapport à la façon dont il bénéficie au client.
  • encadrer le changement par rapport à la façon dont il bénéficie au salarié.
  • encadrer le changement par rapport à la façon dont il bénéficie à l’entreprise.
    • Où en est maintenant l’entreprise ?
    • Où allons-nous?
    • Comment allons-nous y arriver?
    • Pourquoi faisons-nous ce changement?
    • Pourquoi allons-nous à faire de cette façon?
    • Quand et comment allons-nous mesurer le succès progressif de ce changement?
    • Pourquoi vous avez besoin de moi pour le faire?
    • Quels sont les avantages pour moi si je le fais?
    • Qu’est-ce qui se passe si nous ne réalisons pas les objectifs?
    • Comment saurons-nous quand nous y serons?
  • Clarifier et vérifier.

Perso, j’ai l’impression que c’est surtout une stratégie « traditionnelle » pour l’acceptation du changement… elle n’est pas forcément adaptée à la génération Z !

Par contre, je suis en accord avec la conclusion de l’article : le changement est notre seule constante grâce à la technologie, les tendances et les gens. Des programmes de formation efficaces doivent être mis en place.

Tenez compte de tous les emplois et des industries que les technologies et les changements culturels ont transformées (ou remplacés) dans la dernière décennie: la banque, journaux, CD, téléphones publics, les agences de voyage,caisse de supermarché, DVD.

Maintenant, pensez à tout ce qui pourrait changer dans la prochaine décennie. Ce qui était n’est plus. Qu’est-ce ne sera plus pour longtemps !

Pour le fun, je terminerai cette revue de presse de l’été sur la génération Z et l’alimentation par un article Nutrition Advice from Generation X (to Y and Z) que je dois avouer, je n’ai pas lu. On leur donne des conseils nutritionnel pour le culturisme et l’haltérophilie si j’ai bien vue en parcourant d’un oeil lointain 😉

Comme quoi, tout le monde peut leur parler… 😉

Mention spéciale au passage à mes voisins qui m’ont permis de diffuser ce billet en me permettant l’accès à leur borne Internet (ils sont chez Free). Malgré un contrat Pro, Orange prévenu en cours d’après-midi de ce samedi ne peut réparer la ligne défectueuse avant lundi (18 h au plus tard !).


Laisser un commentaire