quelles compétences clefs pour travailler en 2020

Les compétences clefs pour 2020 listées ci-après sont issues du rapport de l’IFTF (the Institute for the Future), un centre « indépendant » de recherche sur le futur dans le domaine des technologies, de la santé et des organisations à Palo Alto : Future Work Skills 2020 (publié en 2011).

Future Work Skills 2020 Summary Map qui a servi à établir les compétences clefs pour le travail dans le futur

Future Work Skills 2020 Summary Map qui a servi à établir les compétences clefs pour le travail dans le futur

Les 10 compétences-clefs pour travailler à l’avenir

Ces compétences clefs pour le travail en 2020, Jessica Stillman a tenté de les lister dans The 10 key skills for the future of work. et Thomas Chaimbault (vagabondages.org) les a traduite en français dans 10 compétences-clefs pour l’avenir.

  • La compréhension (Sense-making).
  • L’intelligence sociale (Social intelligence).
  • Une pensée flexible et créative (Novel and adaptive thinking).
  •  Compétence interculturelle (Cross-cultural competency). 
  • La pensée informatique (Computational thinking).
  • Une nouvelle culture médiatique (New-media literacy).
  • L’interdisciplinarité (Transdisciplinarity).
  • La souplesse d’esprit (Design mind-set).
  • La gestion de la charge cognitive (Cognitive load management).
  • La collaboration virtuelle (Virtual collaboration).

Ces compétences clefs pour 2020 sont a rapprochées de ce que propose Christophe Bourgognon (voir le billet précédent).

Maintenant que nous sommes à mi-parcours, pensez-vous que ces compétences seront essentielles à l’avenir, et si oui, comment le système éducatif et la formation continue préparent à cette réalité de demain ?

Faut-il enseigner différemment à la génération C

Il m’arrive souvent de réagir aux manières d’enseigner qui sont pratiqués, maintenant au collège et au lycée tant je vois d’écarts avec ce que j’entends notamment lors de l’université d’été de Ludovia.

Aussi, pour l’occasion, je reprends l’article Enseigner différemment à la génération Z : les digital natives de Christophe Bourgognon publié dans un premier temps sur Pedagogeek puis repris sur educavox où il est toujours disponible (il est daté sept. 2011)

Alors selon vous, quels points serait à apporter aux 8 que l’auteur précité indique ? Mes commentaires sur chacun des points ne sont pas en gras 😉

  1. Utilisation d’outils interactifs comme support d’apprentissage.
    Je dirais travailler sur leurs outils ! La feuille de papier et le stylo c’est du passé… Les outils actuels sont les TBI (si ils sont utilisés comme de vrais TBI et pas comme simple écran de projection), les tablettes, les téléphones portables, le cloud et les applications sur les réseaux.
  2. Proposer des ressources pédagogiques pour le travail personnel à la maison
    Je sais pour l’entendre régulièrement est que la présence des enseignants en ligne durant le travail à la maison leur parait une évidence ! L’enseignant devient tuteur également !
  3. Proposer des projets de pédagogie collaborative en ligne
    Juste une remarque sur le collaboratif (je viens d’écrire un article sur le sujet dans les z’ed 😉 Donc, oui, mais pour moi ! Attention également, car comme l’article date, je ne suis pas certains que ce soit encore le mêmes types d’outils dont il serait question aujourd’hui ! Les élèves sont désormais plus sur Twitter ou Pinterest que dans les blogs !
  4. Favoriser un apprentissage visuel
    100 % d’accord et d’autant plus vrai que le Picture marketing arrive, dont nous ne votons que les prémices avec Pinterest, Tumblr, SnapChat… J’inclue dans ce point l’apprentissage de l’image !
  5. Faire que l’apprentissage soit un jeu
    Toutes les générations ont apprécié l’apprentissage par le jeu… mais ce qui caractérise la génération Z ou C, c’est également le plaisir. Et, c’est certain, il y a certainement plus de plaisir à apprendre par le jeu que lors des apprentissages plus traditionnels !
  6. Favoriser pensée critique et résolution de problème
    pour compléter ce qui est dit dans l’article de référence, lors d’une journée d’étude, j’entendais des Professeurs d’Université être scandalisé car un enfant retenait l’adresse où il avait trouvé l’information mais pas le contenu de la page ! J’ai posé la question à mes générations Z ! L’important, pour elles, est de pouvoir retrouver l’information et donc le site. Au final, c’est l’adresse qui est importante pour eux, pas le contenu… ils sauront toujours y revenir !
  7. Développer la capacité d’orientation professionnelle
    je dois l’avouer je n’aime pas trop ce titre, mais le contenu de l’article me convient un peu mieux ! En effet, les diplômes, les métiers intéressent peu la génération Z ! Elle pense plutôt en termes de compétences. Mais, d’ailleurs, est-ce la seule ? Je ne crois pas si je regarde la mise en place de carnets de compétences par exemple pour le Brevet.
  8. Entretenir leur attention
    Ah, pas certain.. je pencherai pour une déformation de la part des adultes… et le débat peut-être lancé ! Attention ou diversité et richesse de l’information ?

Selon ma perception, il manque un point crucial ! L’éducation au média Internet et à la communication en ligne ! Je ne parle pas de cybercriminalité pour autant (on confond trop souvent éducation à Internet et cybercriminalité) mais apprendre la richesse des possibilités d’Internet (pas seulement du web) et ses limites parfois.

Génération C ou Z : poussez-vous, on arrive
avatar

Au fil du temps nous nous voyons défiler les générations les unes après les autres. Déjà c’est une différence pour les adultes…

Agé de la cinquantaine, dans mon enfance et mes parents avant moi, nous connaissions une ou deux générations. On pouvait simplifier les différentes générations entre les grand-parents, les parents et les jeunes !

Désormais, c’est un peu plus complexe… il y a les « très vieux », les « vieux », les presque « vieux » si j’en crois les catégories marketing, les adultes que l’on qualifie souvent de génération X, la génération Y appelé à tort à mon sens les digital native (les 20 – 35 ans environ) et les jeunes que l’on regroupe depuis quelques années dans la génération Z ou génération C. On peut s’amuser à trouver les équivalences entre les termes de sociologie : génération pour ceux qui sont employés en marketing et réciproquement.

De quelle génération êtes vous ?

la génération silencieuse : 1928-1944
 les baby-boomers : 1945-1961
 la génération X : 1962-1977
 la génération Y : 1978-1994
 La génération Z : 1995-2010
 puis viendra la génération ALPHA

Émergence de la génération Z alias la génération C

Il me semble important de regarder de plus près cette génération en devenir… mais qui arrive bientôt, si ce n’est pas déjà fait, sur le marché du travail !

Je suis bien placé pour observer cette génération avec mes 2 filles que certains connaissent déjà notamment via la cuisine de mémé moniq, ou par l’organisation de journées de conférence dans leur collège. Elles ont 14 et 16 ans actuellement mais leur parcours a démarré bien avant, vers 7-8 ans. Enfin, c’est vers cette âge là que j’ai commencé à percevoir des différences !

D’ailleurs, nous commençons à voir émerger par-ci, par là des générations Z ou C… ce qui nous laissent souvent pantois ! Je vais prendre deux exemples au delà d’Internet et des TIC ! Avez vous déjà entendu parlé de Octave Nitkowski ou plus récemment, vous avez peut-être vu la prestation d’une certaine Liv à the Voice.

Octave Nitkowski m’a impressionné de suite (je n’ai pas été le seul 😉 ! Je ne sais pas si lui même s’aperçoit de ce qu’il peut représenter pour le monde des adultes. Pour simplifier, lors des dernières élections à Hénin Beaumont, son blog était la référence dans la bagarre en 2012 entre Marine LePen et Jean-Luc Mélanchon (excusez du peu)… Libération ne c’est pas trompé en lui offrant un blog (je ne parle pas de pages dans la presse consacré à cet adolescent qui avait débuté son blog politique à 15 ans).  Pour couronner le tout, à 17 ans, il publie un essai politique interdit de publication dans sa version originelle !

Ce n’est pas la prestation de Liv (16 ans) qui m’intéresse malgré toutes ces qualités… Mais ce qu’elle a dit après ! Donc passons sur sa première en public (déjà là, on peut se poser des questions mais bon) et après avoir remercier le jury quand elle dit qu’elle « s’était bien amusée »  mais ces réponses : «Ce n’est pas de la déception. Je n’ai pas non plus de regret. C’est vrai que tout compétiteur veut toujours aller plus loin, mais je crois avoir déjà gagné beaucoup» reprends La Voix du Nord. La journaliste ajoutant une personnalité de 16 ans au culot déroutant, qui ose et qui ne se prend pas au sérieux (je pense que c’est une des caractéristiques de cette génération qui fait des choses pour s’amuser, pour se faire plaisir sans ce soucier du reste). D’ailleurs, Liv ajoute «Je sais quand même prendre au sérieux les choses qui le valent. Je ne suis pas non plus une fille légère. Ça n’était pas calculé, mais c’était tout de même réfléchi». Ajoutant sur France 3 : «On verra bien. Je vais continuer à poster mes chansons sur you tube, à composer… Je vais aussi refaire d’autres castings. et puis si quelqu’un m’appelle pour un disque, j’y vais en courant…»

Pourquoi un blog sur la génération Z

Aussi, il me semble important de créer ce site afin de mettre en place un endroit où l’on puisse parler de cette génération Z ou C, de ce qu’ils font, de ce qu’ils sont… notamment dans leur vie ultra connecté.

Un blog où eux aussi peuvent s’exprimer… car j’ai l’impression que souvent on les regarde faire, mais que l’on ne les écoute pas assez parler de leur rapport aux nouvelles technologies qui est si différent du notre, y compris au niveau de la sécurité (malgré ce que l’on pense bien souvent) et aussi de leur hygiène digitale (là aussi malgré les apparences).

Ce blog est ouvert à tous ceux qui désirent s’exprimer sur le sujet. Vous pouvez m’envoyer vos propositions d’articles. Évidemment, je ne demande pas des articles publicitaires, ni orienté cybercriminalité… ce n’est pas le but et de toute façon, j’exercerai mon rôle de « directeur de la publication » ou de « rédacteur en chef » au choix avant de publier vos interventions.

Ce qui caractérise la génération C

Mais revenons à notre génération Z ou C. Ce n’est pas un hasard si l’un des surnoms les plus courant donné à la génération Z est génération C. C pour créative, communicante, collaborative et aussi connectée.

Je sais que certains sociologues contestent la classification selon l’âge considérant que des génération X peuvent avoir le comportement de la génération Z ! Je crois surtout que cette génération fait peur, à juste titre (j’aurais l’occasion d’y revenir dans les pages qui suivront !)

Entourée d’outils informatique dès leur enfance, ce qui en fait de véritables “digital natives” (les plus vieux ne connaissent pas le bruit du Modem), ils utilisent Internet, smartphones et ordinateurs à tour de bras. Aussi, les générations précédentes seront bientôt larguées et ne pourront pas avoir le comportement de la génération C ! 

La vie d’une personne de la génération Z ou C à quelques exceptions près est d’être connectés 7 jours sur 7 et 24 h sur 24 (et que les autres soient également connectés de la même manière, leur vie est sociale au sens numérique du terme) pour avoir accès à leurs données et à leurs applications et à Internet qui est leur principale source d’informations (qui leur fournit toute l’information) dont ils ont besoin.

La génération Y et précédente est larguée

Jusqu’ici, nous, les « vieux », y compris la génération Y d’ailleurs, pouvions faire illusion car nous pouvions raccrocher les travaux, les manières de fonctionner, les réflexes d’utilisation à de l’existant (Prendre une photo avec un téléphone est toujours prendre une photo !). Mais, et nous sommes à la bascule, bientôt, nous ne pourrons plus nous référer à une connaissance passée… Nous serons face à l’inconnu !

Dans quelques années, en  2020, la génération Z ou C représentera environ 40% de la population Européenne. Comment travailler avec cette génération en sachant, car vous l’avez compris que nous n’avons pas les mêmes façon de travailler et le même rapport aux nouvelles technologies ? Moi, j’aime… mais je suis loin d’être un exemple généraliste sur le sujet 🙂

Ah, oui, l’autre utilité de ce blog est de poursuivre les échanges, fournir des exemples, rassembler l’informations, etc. en complément des conférences que je donne sur les rapports Parents, Enfants et Internet 😉