Comment les ados voient leur vie numérique ? médias sociaux et vie sociale

De nouveau, une « archive » de 2012 qui explique comment les ados voient leur vie numérique ? Avec le décalage entre pays (l’étude est américaine), cela doit être presque vrai aujourd’hui en France 😉

Évidemment, ceux qui s’intéressent à la génération Z ou aux jeunes en général depuis plusieurs années connaissent cette enquête : médias sociaux et vie sociale : Comment les ados voient leur vie numérique ? Mais, il me semble important qu’elle soit aussi présente dans ce blog.

Social Media, Social Life: How Teens View Their Digital Lives est un rapport de Common sense media (centre d’études des enfants et les médias).

Plus de 1 000 jeunes Américains de 13 à 17 ans ont été interrogé pour comprendre comment ils perçoivent les médias sociaux (à l’époque Facebook et Twitter) et comme ces médias sociaux interviennent dans leurs sentiments sur eux-mêmes et dans leurs relations.

Voici les principales questions auxquelles tente de répondre cette enquête :

  • Comment les adolescents utilisent textos, Facebook ou Twitter ?
  • Quels sont les moyens préférés des adolescents pour communiquer avec leurs amis et leur famille ?
  • Quelle est l’incidence selon les adolescents de ces nouveaux outils de communication sur leurs relations amicales et familiales ?
  • Quels sont les effets des réseaux sociaux sur les adolescents ? S’y sentent-ils eux-mêmes et dans leurs relations avec leurs pairs ? Se sentent-ils plus connectés ou plus isolés ? Se sentent-ils mieux ou plus déprimé et solitaire ?
  • Quel est le bien-être social et émotionnel des plus grands utilisateurs de médias sociaux comparer à d’autres adolescents ?

Les principales informations sont résumées dans cette infographie, mais vous pouvez aussi télécharger le rapport complet qui est toujours en ligne au format PDF (2,3 Mo) !

infograpghie Comment les ados voient leur vie numérique ? médias sociaux et vie sociale

les jeunes et le numérique, une catastrophe ?

Parfois, il faut lire ce avec quoi on n’est pas d’accord… afin de se faire une idée plus précise de nos points de vue.  Et aussi un peu de manipulation parfois des médias à laquelle il ne faut pas « répondre ». Alors  les jeunes et le numérique, une catastrophe ?

«Génération Z» : des connaissances superficielles

J’ai l’impression que c’est ce qui est entrain de se produire avec un ancien article du Figaro titré «Génération Z» : des connaissances superficielles.

Il est daté de 2012 mais qui y fait attention ? Danger du web, beaucoup consulte en prenant pour argent comptant ce qu’ils lisent.

Ainsi, j’ai vu des titres ces derniers jours reprendre l’information comme si la génération Z était une génération inculte, qui vaut pis que pendre… notamment au niveau scolaire !

Alors, laisser moi lire l’article. Ce n’est qu’une rapide présentation du rapport Fourgous qui avait beaucoup fait parler de lui à l’époque !

Oui, bon d’accord… la génération Z n’est pas mieux que la précédente, selon nos critères d’adultes… (enfin, cela reste à voir si ils ne sont pas un peu meilleurs quand même) au niveau des compétences avec les nouvelles technologies.

Comme pour les autres générations, la génération Z utiliseraient plus les nouvelles technologies dans un but récréatif que formateur !

Imaginez le drame ? En corollaire, je dirais que rien (ou presque) n’est fait pour qu’ils se forme grâce à ces nouvelles technologies ! Alors pourquoi vouloir qu’ils se forment avec ces nouveaux outils ! Et pourquoi vouloir faire du numérique seulement un instrument de travail !

Cependant, si j’observe, je prends un cas qui vient d’arriver ces jours ci à la maison, le vécu est peut-être différent ! Une des filles est malade ! Elle doit rattraper ses retards… et s’en inquiétait jusqu’au moment où elle c’est dit : «pas grave, je trouverai bien des cours sur Internet pour voir ce qu’ils ont fait». Certains étudiants me disaient après le cours avec Twitter en classe avoir pu enfin suivre l’enseignement même si ils n’étaient pas présent !

Allez voir sur le net ne veut pas dire aller dans la *$&@&@$$ d’ENT (L’Environnement Numérique de Travail) où les profs. ne remplisse rien… et qui est juste bon pour que les parents éventuellement suivent les notes de leurs enfants (à condition que les profs remplissent en temps et heure cette partie de l’ENT) Non, cela veut dire passer par Google chercher l’information qui l’intéresse ! Enfin, l’institution crois ainsi faire du numérique !

Alors, de la faute des enfants de la génération Z ou de leurs enseignants qu’ils ne se forment pas par le numérique ?

Bon, pour en revenir à l’article le titre est vendeur mais faux ! Il aurait été nécessaire d’ajouter par exemple dans l’usage du numérique !

Mais, quand je regarde les commentaires, cela permet à certains de se lâcher… «Vous ne maîtrisez pas l’ordinateur, c’est l’ordinateur qui vous maîtrise.» Phrase passe partout qui s’adapte aussi bien à l’adulte qu’à l’enfant, sans parler des problèmes de culture ou plutôt de sous-culture qui est évoqué !

Et pour tout dire, j’aime beaucoup la réaction de Chloé.

Une génération in-supportable ?

Le sur-titre  d’une présentation d’Olivier Ertzscheid est Une génération in-supportable ? mais la présentation à pour titre  Numérique, adolescents, lecture(s) « Comment le numérique transforme les lectures des adolescents ?

La voici 🙂

On s’aperçoit que cette génération Z n’est pas si insupportable que cela en ce qui concerne la lecture ! Pas plus que les précédentes 😉 D’autres traces le montrent également dans ce blog !

D’ailleurs, contrairement à ce qui pouvait se dérouler dans le passé (je parle des dernières décennies) et si je reprends l’exemple du livre et de la lecture, je trouve ces jeunes beaucoup plus créatifs que leurs ainés !

Nouvelle écriture ? Allez revoir l’interview d’Octave. Nouvelles idées sur l’édition ? Allez consulter la page de souscription au livre : la cuisine pour des enfants par des enfants qui sera certainement l’une des premières en France pour l’édition d’un livre « papier » y compris mais avant tout ePub adapté au dyslexique !

Et après, on viendra me dire que les jeunes ne s’intéressent pas aux livres ? Pas à la lecture ? Il la consomme différemment de nous ! Est ce pour autant qu’ils n’ont pas le droit à la différence ?

Non, c’est vrai… Nous, les Hommes mûrs savons, avons la connaissance infuse… y compris sur nos jeunes !

Au passage, le discourt que l’on me tient parfois me fait sourire. J’explique que la génération Z n’a pas les mêmes manières de fonctionner que nous ! Et certains me rétorque donnant l’impression d’avoir tout compris : «Oui, et après, c’est nous qui les récupérons et les guidons !» Je ne cherche pas à débattre dans ces cas là car je pense que cette phrase rassure les adultes ! Mais, en vérité, ils n’auront pas besoin de nous !

Autre exemple de l’incompréhension en général entre les générations, celui que j’ai cité dans Abattre les murs (murs de l’école, de la politique et des sciences).

Je cite cet extrait :

Lors de l’une de mes dernières conférences sur l’éducation, des enseignants d’université expliquaient qu’ils avaient réalisé une étude sur ce que retenaient les jeunes lorsqu’ils naviguaient sur Internet. Ils, les profs., s’offusquaient du résultat : la plupart se rappelaient de l’adresse de la page où ils avaient trouvé l’information, pas de son contenu!

Une fois rentré à la maison, je posais la question à mes filles sur ce qui était importante pour elle : savoir retrouver la page ou connaître son contenu ? La réponse a été : retrouver la page !

Pour moi aussi l’important à mes yeux est de savoir où l’on a trouvé l’information, pouvoir y revenir quand elle nous est utile !

La génération Z est très supportable à partir du moment où on la laisse vivre sa vie (notre rôle de parent est juste de mettre en place des limites parfois !), si on les laisse s’exprimer de la façon qu’ils souhaitent…

La même génération Z est insupportable si l’on veut qu’elle nous ressemble !

Ah, je sens que l’arrivée des #aftersexselfie va bientôt être le sujet d’incompréhension entre générations 😉 C’est vrai les adultes se réserve le droit de faire ou de consulter des Beautiful Agony ! Mais leurs enfants n’en savent rien ! Les jeunes sont soft tout compte fait !

Attention, je n’encourage pas ou ne dit pas que c’est bien ou mal les #aftersexselfie… c’est juste une constatation !

Nous sommes face à une génération de confort…

Encore un titre comme je les aime quand on évoque la génération Z ! Cette fois c’était le nouvel économiste qui si était collé. Il avait donné la parole à Georges Nurdin, directeur de Paris School Of Business.

Le portrait de la génération Z, future génération d’actifs est inquiétant et peu compatible avec l’univers des entreprises aujourd’hui !

La encore, ce n’est pas une grande découverte que des problèmes vont apparaître entre l’organisation de nos entreprises lorsque la génération va commencer à débarquer pour y travailler ! Mais, j’y reviendrai une autre fois !

Je vais être honnête, je n’ai pas eu la force de relire l’article que j’avais lu en son temps (en 2012).

Je pense que la citation des principaux intertires de l’article devrait vous suffire à comprendre la vision de cette personne sur la génération Z !

  • L’immédiateté
  • L’Histoire (perspective historique)
  • Internet et le quotient intellectuel
  • L’entreprise et le long terme
  • Le clash générationnel
  • Surcharge affective
  • Nouvelle géopolitique des organisations
  • Employabilité et précarité
  • Système D

En saisissant les inters, je me dis que Georges Nurdin a bien cerné ce qui caractérise les jeunes de la génération Z (quelques oublies, le côté écolo, leur esprit de justice, etc.) !

Mais, là où cela pêche c’est dans l’interprétation ! Je suis diamétralement opposé. Il a une vision pessimiste de leurs caractéristiques, ni voit presque que des inconvénients ! J’allais dire il a une vision de vieux sur le sujet.

Non, plus simplement, je pense comme beaucoup de personnes, il voit les jeunes au prisme de son vécu, de la situation actuelle et pense que la société va rester comme elle est aujourd’hui !

Moi, j’y vois des nouvelles formes de communication, d’organisation de vie, d’évolution de la société qui ne sont peut-être pas si désagréable que cela !

Mais, je dois avouer que pour moi-même la cinquantaine bien frappée, si je leur fais confiance je ne sais pas de quoi exactement le monde demain sera fait !  Ce sera leur monde, pas le mien qui a déjà tant évolué depuis mon enfance ! Mais l’avenir inconnu fait peur !

Mais, vous le savez je pense, les jeunes avec ou sans le numérique, ce n’est pas une catastrophe pour moi ! Au contraire, c’est l’avenir !

Ah oui, je ne donne pas la source des articles… je ne vais quand même pas leur faire de la publicité 😉 Ils se retrouvent facilement sur notre cher ami Google 😉

Des conseils pour les dys et leurs enseignants

10 variations du mot "Teapot" écrits par des dyslexiques

10 variations du mot « Teapot » écrits par des dyslexiques – source Wikipédia

Merci à Celia Guerrieri, une enseignante en lettres modernes qui dans son site à une partie réservée aux dyslexiques et autres problèmes dys.dyspraxie, dyscalculie, dysorthographie, dysgraphique.

Voilà qui complète à merveille mon article : Elle va en cours sans cahier mais avec un iPad ! (oui, je sais, je dois faire la suite de ce billet, elle arrive) et la présentation au Sénat

Mais revenons à Celia Guerrieri qui sait de quoi elle parle lorsqu’elle aborde le sujet des dys. Elle même est dyscalculique.

Elle s’adresse aussi bien aux élèves de lycée (à quand la même chose pour les collèges, les écoles primaires et l’université et pour les parents) qu’à ses confrères enseignants notamment au travers de quelques guides très complets aux conseils très judicieux.

Les guides destinés aux élèves peuvent aider les parents puisqu’ils ne se limitent pas seulement à des conseils, des pistes de méthodes de travail, des outils pour les élèves… mais aborde aussi les démarches à accomplir dans ces situations de « handicap ».

Je retire les liens car il semblerait qu’ils soient infestés par un virus !

  • Guide de survie de l’élève dys au lycée en PDF et audio
  • Guide de survie du lycéen dys pour le Bac de Français (PDF)
  • Guide de survie pour le professeur confronté à des élèves dys (PDF) – je connais des enseignants de Français qui feraient bien de le lire 😉

Mon conseil. Si vous êtes dyslexique, dyspraxique, dyscalculique, dysorthographique, dysgraphique ou que vous enseignez à ces élèves ou qu’ils sont dans votre entourage, n’hésitez pas un instant, allez consulter la page du site de Celia Guerrieri sur les dys car évidemment son contenu ne se limite pas à ces guides !

Me pose une dernière question… que je soumets ici à Celia Guerrieri, pourquoi ne pas mettre ses ouvrages dans un wiki ? Chacun pourrait y apporter son grain de sel !

Pour l’anecdote, mais cela mérite d’être mentionné, c’est la petite soeur de notre dyslexique-dysorthographique qui m’a rappelé ce site hier et qui en a averti sa soeur ! Comme quoi l’entraide familiale peut aussi aider les dys 😉