Génération Z : revue de presse de la semaine

Cette semaine, j’étais au fond du lit avec des températures aux alentours de 40°… Ce n’est pas un gag, mais c’est une de mes générations Z voir les deux qui m’ont refilé le virus.

Pendant ce temps là, à travers le monde, on continue d’évoquer cette génération que l’on semble découvrir !

Alors, quoi de mieux qu’une revue de presse du web de la semaine… Qu’est ce qui c’est dit sur la génération Z ?

Timeline des générations

La ligne du temps des générations

La ligne du temps des générations – un clic sur l’image conduit à la timeline interactive

Avant d’être couché, j’avais eu le temps de publier dans les z’ed un article intitulé De quelle génération êtes-vous ? afin de pouvoir situer dans le temps les différentes générations actuelles :

  • baby boomers,
  • génération X,
  • génération Y,
  • génération Z,
  • génération C,
  • génération A (Alpha)

La génération Screen

Le premier article, que je mentionne, vient de business2community, un site orienté marketing où Penney Fox , l’auteur de l’article : The generation screen prend l’exemple de son fils et de sa nièce 😉 Y’a pas que moi qui regarde la génération Z grandir en se posant des questions.

Elle évoque évidement l’arrivé de cette génération sur le marché du travail mais aussi que la génération Z sera la prochaine cible grand public au niveau marketing.

Selon elle, leur connexion à Internet les a poussé à en savoir plus sur la façon de traiter les problèmes autour d’eux liés à la crise plutôt que de les fuir ou de s’enfermer sur eux-mêmes contrairement aux apparences. Pour cela elle met en avant leur esprit de curiosité.

Puis s’enchaîne les conseils et remarques sur le consommateur qu’ils seront ! Non, il ne sera pas fidèle à une marque… Le produit ou service est pour eux quelque chose qui reflète la réalité qu’ils vivent. J’ajouterai dans l’instant présent !

Leur utilisation constante du téléphone mobile, fait dire à l’auteur qu’il serait temps pour les entreprises d’apprendre à intégrer des campagnes mobiles dans leur marketing mix. Elle précise qu’ils n’utilisent plus beaucoup le mail ! Donc, si vous cherchez à atteindre génération Z , rester à l’écart d’un programme de marketing par email et déplacer vos plans pour le mobile.

La Gen Z est sur ​​Facebook , mais leur programme social préféré est Instagram ! (j’aurais tendance à dire qu’ils sont désormais sur SnapChat surtout). Enfin, qu’importe. Ce qui est vrai est que leur activité sociale principale est l’affichage de photos et de vidéos (pas surprenant qu’on les retrouve aussi dans Pinterest à un moindre degré)

Cela fait longtemps que je conseille aux marques de penser image et non texte ! M’écoute qui veut, mais une fois encore, je rejoins l’auteur de l’article.

Visiblement Twitter à plus de succès aux US auprès des filles que des garçons. Mais je ne suis pas persuadé que cela est pour eux un canal d’information au niveau des marques…

Les générations Z sont les premiers à défendre leur individualité. Je n’avais jamais pensé à l’exemple de la radio ! Vous connaissez beaucoup de génération Z qui écoute la radio ? Ils écoutent leur propre musique sur un iPod, un smartphone, une tablette… Ils portent ce qu’ils veulent, etc. Autre remarque judicieuse, ils sont toujours à relever un défi !

Une génération qui se désintéresse des voitures ?

Comme nous sommes dans secteur du marketing, il y a un secteur qui s’inquiète de l’arrivée de nos chères générations Z, c’est celui de l’automobile. En effet, il a été noté une baisse d’intérêt des adolescents pour les voitures !

Ils ont peut-être raison si l’on en crois certains les prévisionnistes qui ont prédit que cela pourrait causer de sérieux problèmes pour l’industrie automobile ! Qu’on ne vienne pas nous dire dans 10 ans que Renault, Citroen, Peugeot n’étaient pas informés ! Les infos sont connus depuis 2011 aux États-Unis.

La raison principale semble le coût, et il semblerait que Honda et Nissan ont pris en compte cet aspect !

Ah oui, l’idée de dire que le matériel de communication ou internet dernier cri aura plus de valeurs à leurs yeux qu’une voiture… ne serait pas dissociable de cette situation.

J’ajouterai qu’il reste à savoir si les possibilités offertes par les outils numériques ne permettront pas de réduire également les déplacements.

Enfin, remarque judicieuse, cette situation est-elle liée également au monde citadin et rural. La voiture n’a pas la même importance dans les 2 cas !

La source de l’information est Generation Z – Waning Interest in Cars?

Les digitals natives c’était hier

Un livre pour octobre 2014 sur la génération Z

Un livre pour octobre 2014 sur la génération Z mais en Allemand.

Cette fois c’est l’Allemagne qui est à l’honneur, même si l’article source que je présente est en anglais.

Toutefois, voici les points de vue de 3 professionnels des RH présent au Forum sur la gestion du personnel SAP le 19 et 20 Mars à Karlsruhe en Allemagne : Sven Gabor Janszky, Luisa Delgado Deplazes et Christian Scholz.

L’apologie du travail en projet est de mise tout en sachant que les Z travailleront dans les projets qui leurs font plaisir ! L’argent et le statut ne sont pas leurs principales motivations. C’est le défi du projet, le sens qu’ils mettent dans l’objectif à atteindre  et aussi travailler avec des collègues « qui sont bons dans ce qu’ils font ».

Je vous traduis à la « volée » l’intervention de Christian Scholz (c’est par lui que j’ai découvert l’article) car je suis 100 % en accord avec sa vision de l’avenir en entreprise !

Entre la génération Y et Z ce sera un grand écart des générations. La génération Z n’est pas prête à travailler tout le temps ; ils veulent des soirées et week-ends pour eux-mêmes.

Ils font une démarcation stricte entre « temps de l’entreprise » et « mon temps ».

Les successeurs de la génération Y s’engagent dans des projets, pas pour des entreprises. Cela aura un grand impact : les personnes iront aux « marchés des projets » choisir le projet qui les intéresse et restent avec l’organisation qui gère ce projet aussi longtemps que leur travail durera.

Ils utilisent les médias sociaux de manière sélective (avec qui et quand ils en ont besoin).

Les Génération Z veulent maximiser leurs revenus et leurs plaisirs dans la vie.

Vous ne pouvez pas surveiller de près ce que font les personnes de la génération Z. L’entreprise les rémunère pour terminer un travail, mais elle doit leur faire confiance pour le faire correctement.

La Génération Z est réaliste, pas optimiste ! Ils peuvent être volage dans leur choix pour qui travailler parce qu’ils sont toujours à l’affût de nouveaux défis dans de nouveaux projets.

Ils ne sont pas aussi prêts à s’accrocher à un travail que leurs prédécesseurs de la génération Y. Leur attitude est plus individualiste : ils ne rejoignent pas les mouvements, ils ont chacun à trouver leur propre chemin !

Notons que Christian Scholz (Université de la Sarre) possède un blog sur la génération Z mais en Allemand 😉 et surtout, il doit publier son livre en octobre 2014 sur la génération Z ! (avec un peu de chance, celui que je prépare sur une famille 2.0 sera sorti avant 😉

Ces enfants de la « Génération Z »  sont un peu ennuyeux

Un court extrait de l’article These Millennial “Generation Z” Kids Are Kind Of Annoying de Toni Bologna.

«J’étais peut-être irritant quand j’avais 10 ans… en fait, je suis sûr que je l’étais. Cependant, j’avais du respect pour mes aînés et je ne parlais pas si je n’y étais pas invité même si je n’étais pas toujours d’accord, j’ai gardé mes opinions pour moi.

Pourtant, les enfants d’aujourd’hui ont une façon très différente dans leurs relations au monde. Ils se sentent comme égaux aux adultes. Ils ont tellement confiance en eux qu’ils n’hésitent pas à communiquer leurs désirs, leurs mécontentements et les désaccords avec l’enseignant ! Ce n’est pas qu’ils sont indisciplinés ; ils n’ont pas de filtres ou de capacité d’attention et d’écoute parce qu’ils sont trop occupés à participer et à infliger leurs idées.»

À réfléchir !

La génération Z est-elle réactionnaire ?

Venons en aux articles en Français 😉 Dans La génération Z est-elle réactionnaire ? l’auteur part du constat que de plus en plus souvent, une famille lambda est désormais composé de 3 à 4 générations différentes. Il reprend l’expression nouvelle génération silencieuse (nouvelle si l’on fait référence ce qui est souvent le cas, avec la génération précédent les babby boomers qui s’appelait la génération silencieuse) et explique les raisons de ce rapprochement !

La conclusion revient sur une autre expression moins courante : la génération paradoxale que je suis moins enclin à suivre pour ma part !

Touche pas à mon poke

Lemouv.fr vient de mettre en ligne une émission sur la génération Z… mais, je vais être honnête avec vous, je n’ai pas envi d’écouter une émission d’1 h sur le sujet (par contre, je suis preneur d’un vrai résumé 😉
Si cela vous dit, voici le lien de la rediffusion !

bonne semaine avec ou sans génération Z 😉

Définir la génération Z : globale, visuelle et digitale

Génération Z 1995-2009

Génération Z 1995-2009 – Source mccrindle

La semaine dernière je clôturais mon article des Lectures de la semaine sur la génération Z par un article Australien.

Pendant le week-end pascal, ma veille m’a remonté un autre document provenant d’Australie, de McCrindle Research et je ne peux m’empêcher de me dire que nous avons beaucoup de retard sur l’étude de la génération Z en France !

Le 1er document que j’ai consulté date de 2012. C’est lui qui m’a servi de base pour le titre de ce billet : Définir la génération Z : globale, visuelle et digitale (Generation Z Defined Global, Visual and Digital).

L’intérêt du document est qu’il donne les 7 tendances qui définissent la génération Z :

  1. Demographically changed (Changement démographique)
  2. Generationaly defined (générationnellement défini)
  3. Digital intérgrators (intégrateurs digital)
  4. Globally focused (globalement focalisé)
  5. Visually engaged (visuellement engagé)
  6. Educationaly transformed (éducation transformée)
  7. Socially defined (définis socialement)

Évidemment curieux de voir de quoi parlait d’autres McCrindle Research, j’ai découvert un autre article : Génération Z commence university ; choosing the right course. Est-il nécessaire de traduire le titre ?

En France, on se pose encore la question de savoir si il est nécessaire de faire des cours exclusivement en classe ou non, utiliser les médias sociaux, toujours engoncés dans les ENT…

Pour mémoire, tous les élèves du lycée où est passé ma fille possédait un ordinateur en classe. Cela n’a choqué personne qu’elle utilise son iPad ! Cela n’était même pas nécessaire que nous prenions le soin de prévenir l’établissement auparavant !

Mais, pire, vis à vis de la situation française,  McCrindle évoque (et donc travaille) déjà sur la « future » génération Alpha (aussi appelé génération A), les bébés actuels nés depuis 2010 ! Il suffit de consulter la page Generation Alpha ou encore Autralia in 2034 : the world of generation Alpha !

Il se trouvera bien quelques chercheurs Français  (j’ai visé quelqu’un ? non…) pour nous dire dans les années 2030 que l’on ne connaît pas encore le nom de cette génération qui suivra la génération Z et que cela fait seulement 1 ou 2 ans qu’on en parle ;-( Que voulez-vous, nous sommes français !

Pour ma part, je ne m’occupe pas trop de cette génération A pour l’instant… 2034… j’aurais 74 ans… je m’occuperais de ma retraite 😉 J’aurais plutôt tendance à m’occuper d’ici là de la génération Z et des « jeunes-vieux » dont je fais parti (là aussi, il y a du boulot à faire à mon sens 😉

Bon, je vous sens en tant que Francophone désabusé par la situation… alors, en clin d’oeil, connaissez vous Zorro génération Z ? Non, alors découverte 😉

Lectures de la semaine sur la génération Z

Non, ce n’est pas pour vous reparler de La génération Z passée aux rayons X ou de la Vie d’un collégien d’aujourd’hui, vue en 2006 que j’ai évoqué dans On parle de la génération Z en bien en début de semaine, mais pour d’autres lectures actuelles ou que j’avais en réserve 🙂

Comme c’est un week-end prolongé, autant en profiter au cas où vous ne sauriez pas quoi faire 😉

Génération Z : Être populaire est une donnée cruciale

Klout d'une fille de 16 ans. Pas mal pour une ados. La génération Z gère son "influence" sur le net

Klout d’une fille de 16 ans. Pas mal pour une ados. La génération Z gère son « influence » sur le net

L’express sera le 1er de la liste… avec son article : Génération Z: « Etre populaire est une donnée cruciale » où la génération Z est assimilé au 15-25 ans alors qu’en général, on considère que cette génération Z débute avec les naissances de 1995 et se termine actuellement ! Je note également dans l’article une erreur de dates pour la génération A (c’est celle qui suivra la génération Z 🙂 Mais, ce n’est pas très important.

Mondialisés, pas individualistes pour un sou, créatifs mais également opportunistes et narcissiques, ils ne sont pas à un paradoxe près nous prédit le chapô. Je pense assez vrai cette vision des jeunes et des adolescents actuels !

Ensuite, l’éternel arbre qui cache la forêt… cette fois, il s’agit de George Stewart-Lockhart que je ne connaissais pas 🙂 

Je confirme mon accord avec la suite de ma lecture : «Ils ont hérité de l’esprit d’entrepreneuriat, de la mobilité et de l’hyperconnectivité de ces derniers (génération Y), mais ils les poussent encore plus loin. Sur les plans professionnel, social et amoureux, ils vivent une symbiose parfaite entre la vie réelle et le monde numérique.»

Par contre, je suis beaucoup moins d’affinités avec le début en dessous de l’intertitre : En toile de fond: la crise et le manque de stabilité à tout point de vue. Je trouve ce point de vue faussé certainement par la mise en valeur des 20-25 ans (qui sont toujours de la génération Y en réalité ! D’ailleurs, pour ce qui est travail, crise, etc., je renvoie à la lecture de Après la génération Y, les entreprises vont devoir intégrer la génération Z.

Cela jusqu’à ce que leur grand professionnalisme soit évoqué, leur appropriation « native » du personal branding… J’aime beaucoup l’image la culture de séduction non-stop qu’ils pratiquent. Je n’y avais jamais pensé, je dois l’avouer.

Intéressant également les interviews d’Elizabeth Hilfiger 20 ans, originaire de New York, étudiante en mode à la Rhode Island School of Design, d’Ananda Gabo 21 ans, étudiante en arts plastiques à Toronto ou d’Angela Chadava 20 ans, étudiante en stylisme à Paris

Mon regret,  j’ai la sensation, je me trompe peut-être, de lire une adaptation d’un article us ? Toutefois, cela n’enlève rien à l’intérêt de l’article.

Les adolescents bernent la surveillance de leurs parents sur le Net

L’article sur etudiant.lefigaro.fr, même s’il date de 2012 a retenu mon attention car il me rappelait un Tweet que j’avais écrit en début d’année.

"Ma mère m'a menacée de couper le wifi à la maison !" "Mais, maman, en 2014 y'a Freewifi"

Pour l’article, un peu alarmiste comme il se doit, nous sommes dans la presse grand public, tout est dit dans le chapô !

Une majorité de parents croit contrôler l’activité de leurs adolescents sur Internet et leur font désormais confiance. Erreur, les 3/4 savent contourner ces garde-fous… et les inters « rassurent » : contrôle parental, pour mieux être désactivé ; un ado sur 3 exposé à du contenu porno.

Ah, 4 lignes quand même sur le comportement moins dangereux des adolescents Français… Vive la France j’ai envi de dire 😉

Au final, j’suis un peu déçu par ce titre prometteurLes adolescents bernent la surveillance de leurs parents sur le Net

Génération quoi ? Autoportrait des jeunes d’aujourd’hui

Je suis un peu surpris par certaines choses dans l’émission France Info junior du 14 avril comme : Après la « Génération Y » des années 60 aux années 90, certains parlent déjà de la « Génération Z ». Mais en réalité, on ne lui a pas encore donné de nom précis. Glups… j’ai découvert en 2010 que le nom de génération Z était donné depuis des années par des sociologues (il faut absolument que je retrouve cet « preuve ») et donc, je ne comprends pas que les 2 sociologues de l’enquête ne soient pas informé du sujet ! Bizarre…

Bon, j’écoute, je prends note et le seul point, que je retiens, est :«D’ailleurs, réussir sa vie, aujourd’hui pour la génération Z, ne passe plus seulement par la réussite sociale, par le travail, mais aussi par l’épanouissement personnel»  J’irais même plus loin. Il se contrefiche de la réussite sociale, seul l’épanouissement personnel compte pour eux !

Vous pouvez aller auditionner Génération quoi ? Autoportrait des jeunes d’aujourd’hui, mais si j’en crois le nombre d’étoile.. 1 sur 5 est ce que je vote également car on est loin du portrait ou de l’autoportrait attendu !

Gen Z l’âge de la recherche d’expériences étranges et surprenantes

Faisons un tour dans la presse Australienne. Cela me pose d’ailleurs un questionnement. Sommes nous si en retard que cela en France au niveau des médias sur l’image de la génération Z ? On est en droit de se poser la question à la suite de la lecture de l’article.

En effet, il est fait mention dans cet article en Anglais (mais un passage dans Google Traduction suffira à ceux qui ne lisent pas cette langue) :

  • de la capacité de la génération Z à utiliser l’Internet comme une ressource et de se connecter signifie qu’ils seront en mesure de concevoir leur vie comme ils l’entendent.
  • Ils savent qu’ils ne peuvent pas tout savoir, mais ont appris qu’ils peuvent trouver sur l’Internet et ils sont très connectés pour trouver des ressources ou les personnes dont ils ont besoin en utilisant les médias sociaux. Cela devrait être indiqué en grand dans les écoles !
  • Ils s’ennuient facilement, ils veulent du changement, ce sera une constante dans leur vie et ils seront accro à elle
  • la génération Z sera à la recherche de sens et d’intégrité
  • C’est une génération qui a une auto-conviction, contrairement à la génération Y, elle n’a pas besoin de renforcement, de suivre le troupeau.

Et cerise sur le gâteau, j’apprends que la génération Z sera moins porté sur l’alcool que ces prédécesseurs

Quand je vous dis qu’ils sont bien ces petits 😉

Au passage je recommande la lecture de cet article aux entreprises, aux responsables marketing… 😉 Ils y apprendront des « choses » qui les concerne.

Ah oui, le lien vers l’article Gen Z comes of age in search of weird and surprising experiences

Bonne lecture à tous 😉