génération Z : la revue de presse de juin 2015

auteur 

Eric Delcroix est spécialisé en conseil, contenu, communication digitale, formation, internet, réseaux et médias sociaux, picture marketing, Facebook, Pinterest, Linkedin, Twitter, génération Z

    Plus d'informations sur Eric Delcroix :
  • facebook
  • flickr
  • googleplus
  • linkedin
  • pinterest
  • skype
  • twitter
  • youtube
Utilisation du smartphone en France selon l'âge : 92% des moins de 25 ans en possède 1

Utilisation du smartphone en France selon l’âge : 92% des moins de 25 ans en possède au moins 1 ! Le chiffre pour la  est encore supérieur ?

Après cette statistique issue du Consumer Barometer de Google qui indique que la génération Z est équipé à plus de 90 % de smartphone en France, allons y pour une nouvelle revue de presse au sujet de la génération Z, exclusivement sur la presse francophone, je pense que vous savez pourquoi 😉

Une fois n’est pas coutume, je commencerai par une brève

Génération Z : une génération Z pose la question à ses congénères si elles se reconnaissent dans la génération Z 😉 Ce que j’adore dans ce type de réaction avant tout, ce sont les réponses des gen. Y 🙂

À noter toutefois, que cette semaine, nous participons avec mes 2 générations Z aux journées pédagogiques d’un établissement scolaire, un collège pour parler de la génération Z 🙂 L’invitation nous a été lancé suite a la lecture de ce blog 🙂 Pour ceux qui serait intéressés par une intervention ou un travail en commun dans le monde scolaire, universitaire ou professionnel, vous pouvez toujours prendre contact avec moi 😉 Pour plus d’infos sur mes activités dans le domaine de la génération Z, c’est ici 😉

Ces objets du quotidien qui n’existeront plus dans 10 ans

C’est assez fréquent que l’on me demande ce qui existera ou n’existera plus dans 10 ans ! J’ai bien quelques idées… mais si en plus le travail est fourni par d’autres c’est encore mieux. C’est le cas avec cet article de buzzarena pour ces objets du quotidien qui n’existeront plus dans 10 ans.
L’article propose 15 objets que nous utilisons aujourd’hui dans notre quotidien qui n’existeront sans doute plus en 2025 :

  • La calculatrice – je la place en tête car j’explique souvent qu’avec sa disparition les smartphones et tablettes feront leur entrée dans les salles de cours sans problèmes…
  • L’ordinateur de bureau – et j’ajouterai l’ordinateur portable seront remplacé sans coup férir par des tablettes ou si j’en crois mon billet écrit il y a pas mal d’années maintenant par un écran quelconque
  • Les ports USB – certainement si j’en crois les choix parfois d’Apple 😉
  • L’ADSL – possible
  • Les appareils photo – oui pour le public Klic Klac Kodak… pas certains pour les « amateurs avertis » et les pro
  • Les objets miniaturisés (tout-en-un genre smartphone) – oui
  • Les cabines téléphoniques – le feu vert de leur démantèlement a été donné
  • Les téléphones portables si ils ne vont pas sur Internet – oui
  • Les téléphones fixes – ce sera l’un des premiers à disparaître
  • Le disque dur externe – je le dis depuis des années
  • Les DVD – vive le streaming et VOD
  • Le CD (Compact Disque) – qui les utilise encore ? je ne parle pas des épouvantails dans les jardins 🙂
  • Le GPS – pas celui de votre smartphone mais le GPS dans les voitures
  • La carte bancaire – Ah, j’aurais pensé au chéquier avant la carte bancaire… !
  • L’ampoule à filament – évidemment

Journée nationale des – JNDJ – 19 novembre 2015

Fondée par l’association Banyan, la JNDJ est un mouvement collectif qui fédère des acteurs du monde privé, public et associatif autour d’un enjeu majeur : permettre aux jeunes de 14 à 20 ans (pile-poil la génération Z) de démystifier le monde du travail et leur donner envie de se projeter dans le monde des actifs.

La 5ème édition se tiendra le jeudi 19 novembre 2015 dans le cadre de la semaine Ecole Entreprise.

Quand on connaît les réflexions des jeunes sur l’entreprise… y’aurait plutôt intérêt à mettre en place une journée par trimestre 😉

J’espère seulement qu’ils penseront aussi à « l’inverse » : préparer les entreprises à l’arrivée des jeunes 😉

Un site est dédié à l’événement

Fooji ou commander par Twitter son repas en emoticons

Fooji une commande de repas en emoticon

Fooji une commande de repas en emoticon

Dans les précédentes revues de presse, j’indique régulièrement que la génération Z communique par l’image, et notamment par les émojis !

Le pas a déjà était franchi par Domino’s Pizza : des « Tweet-to-order », avec des émoticons de pizza pour commander sa pizza avec l’indication de la garniture, donner les  infos bancaires…

Il l’annonçait ainsi le 19 mai !

Même principe avec Fooji (contraction de food + emoji = fooji) où il suffira de tweeter l’émoticon correspondant au plat à commander et Fooji livrera le client en moins d’une heure.

Pour l’instant, ce service est disponible à New-York où vous pouvez donc commander Hamburger, Pizza et autres… reste à savoir si la garniture conviendra car c’est la surprise ! On commande un plat sans savoir comment il sera 😉

Et d’ailleurs, au Japon, on trouve des émojis spécifiques à la nourriture 😉

emoji originaire du Japon, ce qui signifie la plupart des icônes sont spécifiques à la culture japonaise

emoji originaire du Japon, ce qui signifie la plupart des icônes sont spécifiques à la culture japonaise

Si les émojis et la nourriture vous intéresse, une étude rapide sur l’émoticon du tacos introduit dans l’unicode est livrée sur thekitchn

Ciblage : la génération Z en 5 lettres

Le diaporama de e-marketing.fr : génération Z en 5 lettres propose 5 initiatives qui ont su s’adresser « avec brio » aux jeunes de cette génération !

  • Action avec Nike pour sa campagne, « Outdoyou« . Comme La ­génération Z est motivée par l’action. Nike s’appuie sur cette envie d’agir à travers le coaching personnalisé offert par des dessins animés et personnalisés d’une minute chacun. Communiquer avec la génération Z doit l’aider à passer à l’action et nourrir sa volonté d’agir : challenges, défis, concours…
  • Diversité avec Microsoft lors de la journée internationale des droits de la femme et ses vidéos « Girls do science » et la création de Digigirlz, une plateforme pour informer les filles sur les carrières dans la technologie et les faire participer à des ateliers d’informatique. Le conseil associé : Pensez à montrer la génération Z dans toute sa diversité pour lui prouver que vous comprenez ses aspirations et êtes capable de vous mettre à son niveau.
  • Impensable que P ou F ne soit pas présente ! C’est fun qui est choisi (mais cela aurait pu être plaisir) ! L’exemple donné est celui de l’éphèbe mythique du « Diet Coke Hunk » de Coca-Cola. L’entreprise a créé, dans un centre commercial londonien, un distributeur avec un vrai éphèbe à l’intérieur ! Conseil qui en découle : pensez à employer l’humour pour dialoguer avec la génération Z.
  • Je ne comprends pas trop le choix de la lettre H pour horizontalité ! Le but de la campagne proposée est l’empathique envers la génération Z ! Être capable de comprendre et de défendre ces jeunes comme l’a fait Citadium lors d’une campagne d’affichage pasque ! En effet, mieux vaut rester humble envers la génération Z. Ne pas prendre un ton « djeuns » et éviter les clichés évitera pas mal de problèmes !
  • Immédiateté car la génération Z aime faire ce qu’elle a envie, et rapidement, guidée par ses passions, le plaisir et l’immédiateté. L’exemple de Sennheiser dépasse la génération Z (18 à 35 ans) dans sa ­campagne d’affichage smiley ! (au passage, on remarque également le poids dans cette communication du picture marketing 😉
smiley  Sennheiser

smiley Sennheiser

Snapchat, officiellement le réseau social préféré de la Génération Z

Pareil visiblement en France et au Quebec, les entreprises là-bas et ici ont clairement manqué le train YouTube. On rejoue la même chose avec Snapchat… L’article Allez sur Snapchat avant de perdre la partie des médias sociaux d’infopresse le confirme.

  • 70% des utilisateurs ont de 13 à 25 ans. C’est donc le parfait outil pour joindre cette clientèle de la génération Z si difficile à joindre !
  • 41% des au Canada utilisent Snapchat. Plus qu’aux États-Unis (38%).
  • 32,5% des 15-34 ans en Amérique du Nord auraient un profil Snapchat.
  • 65% des utilisateurs seraient de sexe féminin.
  • 46% des Américains de 12-24 ans auraient employé Snapchat.

Les exemples de marques qui utilisent Snapchat chez nos cousins ou à travers le monde (Academos, Radio-Canada, WWF, GrubHub, Free People, HBO, The Voice, The Maze Runner) sont une bonne piste de ce qu’il est possible de faire avec SnapChat ! J’y ajouterai Le petit Journal et aussi la tentative du Tour de France l’an dernier !

Mais toute la différence est peut-être là… dans nos pays on se pose des questions au lieu d’agir… on attend d’être certain ! La titre de l’article de Télé-loisirs en est le reflet : Snapchat est en train de devenir la messagerie préférée des adolescents ! Elle l’est déjà !

C’est une reprise des informations de l’étude GlobalWebIndex sur les tendances des réseaux sociaux.

perception des réseaux sociaux : en violet foncé, les adolescents de la génération Z, et en clair, l'ensemble des utilisateurs

perception des réseaux sociaux : en violet foncé, les adolescents de la génération Z, et en clair, l’ensemble des utilisateurs

Concernant les messageries, Snapchat, avec 12% est très largement devant Facebook Messenger (4 %) et WhatsApp (1 %). Au Royaume-Uni, 75 % du trafic des applications de messagerie est généré par Snapchat ».

La génération Z aura besoin de travailler par projet

Si vous êtes un habitué de ce blog, ce n’est évidemment pas une surprise la lecture de ce titre : La génération Z aura besoin de travailler par projet. C’est la phrase d’Annick Sulon qui répond à une interview dans references.be ou pour le journal lesoir.be sur le « comment « manager » au mieux cette nouvelle génération ? » ou plus exactement sur l’intergénérationnel dans le marché du travail.

Pour elle, comme pour moi, aucune génération n’est à 100 % homogène mais une série d’éléments historiques et contextuels permettent de faire correspondre certains comportements-clés à chaque génération !

La notion de génération Y comme une génération connectée (web passif) s’oppose à la génération Z : une génération hyperconnectée (web actif). S’ensuit une comparaison des comportements X, Y et Z : plaisir au travail, on travaille pour vivre, fraternaliste et non paternaliste, critique vis-à-vis de leur entreprise, libertéLa génération Y est individualiste, la génération Z est collectiviste

La génération Z sait qu’elle a tout intérêt à ne pas mettre tous leurs œufs dans le même panier (et donc plusieurs activités pro. en parallèle)

Les managers doivent cerner, comprendre et intégrer les spécificités des différentes générations de façon à adapter leur communication en fonction de chacune d’elles… …Il faut aller vers un management plus « sociable » où l’on parle davantage en termes de plaisir et d’accompagnement… …La génération Z aura besoin de travailler par tâche, par projet et non selon un horaire fixe. Elle aura besoin de voir son efficacité sur le court terme.

Les baby-boomers majoritaires actuellement ont donc tout intérêt à faire l’effort de comprendre et d’intégrer les spécificités de cette nouvelle génération qui arrive sur le marché de l’emploi !

Comment le numérique est en train de révolutionner l’organisation du travail

La tribune présente 6 tendances qui constitueront bientôt notre quotidien dans l’organisation du travail à cause ou grâce au numérique et aux nouvelles technologies.

Parmi eux, évidement, lorsqu’il est question de la génération Z qui va imposer ses codes, nous sommes intéressés au plus haut point !

Cette révolution du travail sera à coup sûr portée par les jeunes générations. Totalement rompues au numérique et à ses pratiques collaboratives (ndlr : je ne suis pas du tout certain qu’ils savent travailler en collaboration), elles en seront même le principal catalyseur.  Tous les spécialistes en conviennent : s’ils veulent attirer et garder ces talents, les grands groupes n’ont plus le choix. S’ils conservent leur organisation du travail actuelle – et se contentent d’offrir aux plus jeunes des postes de bons petits soldats -, nombre d’entre eux déserteront à la première occasion.

Danone est donné en exemple pour son management intergénérationnel dès 2012 avec le programme Octave ce qui a permis de favoriser l’expansion de nouvelles pratiques intergénérationnelles. Chez Danone, un projet de « reverse mentoring » a notamment vu le jour, dans lequel les plus jeunes apprennent aux plus âgés à utiliser efficacement les réseaux sociaux pour leurs missions

La génération Z a compris que tout est foutu, selon Georges Lewi

Je dois l’avouer, j’ai l’impression d’avoir zappé l’article qui présente l’ouverture de la journée nationale des études organisée par l’Adetem le 24 janvier à Paris par Georges Lewi dans la revue du digital.

Selon Georges Lewi, 3 valeurs et 3 droits caractérisent la génération Z.

Les 3 droits de la génération Z :

  • Le droit à l’erreur,
  • le droit à la minute de gloire
  • le droit à l’ailleurs (’il n’y a plus de frontière même s’il y a des endroits où l’on ne veut pas aller)

Les 3 principes pour la génération Z :

  • la rencontre dans une société en rhizome selon un modèle de fonctionnement non hiérarchique.
  • la transparence
  • la sérendipité.

Lancement d’une campagne contre le racisme

C’est le site Suisse bluewin qui se fait l’écho d’une campagne nationale pour lutter contre le phénomène de propos racistes et discriminatoires sur Internet et les réseaux sociaux. Et, important pour nous, la génération z est appelée à prendre la parole (enfin, pour être précis, il semble que ce sont les écoles !)

La campagne « Une Suisse à nos couleurs » sera menée pendant six mois avec pour support la page web où les participants peuvent, via des textes, des images et des films, montrer à quel point la Suisse est diverse.

Magasin du futur : ce qui est cool, devient gênant ou est gênant

Dès que l’on parle futur, je pense génération Z ! C’est bien eu le futur, non ? C’est bien de leur monde que l’on parle ? Alors, quand LSA publie un article sur le Magasin du futur, je vais lire 😉

Ils reprennent les résultats d’une étude US de RichRelevance sur le comportement des consommateurs à l’égard du « magasin du futur » et notamment le comportement des consommateurs face aux améliorations numériques concernant l’expérience d’achat en magasin.

Les solutions qui apportent des informations pratiques comme le fait de pouvoir obtenir des compléments d’informations sur les produits, et pouvoir être guidés vers une référence voulue sont plébiscité.

Par contre, l’identification, la localisation et le suivi en magasin gênent voir le refus de la reconnaissance faciale pour des publicités ciblées.

Les cabines d’essayage posent également des problèmes car le consommateur n’apprécierait pas de recevoir des recommandations ou des informations personnalisées à cet endroit.

Le maître mot : coopération. On en parle de plus en plus d’ailleurs de coopération avec la génération Z !

L’étude détaille les résultats par tranche d’âge. Et sans surprise, la génération Z se montre très à l’aise avec les nouveaux outils digitaux comme la reconnaissance faciale, mais elle reste néanmoins sur la même longueur d’ondes que ses homologues plus âgés en ce qui concerne la personnalisation en magasin ! Cependant, une différence notable :  la tarification dynamique dans les rayons (le fait d’offrir différents prix pour le même produit) où la génération Z est la seule à définir cette caractéristique comme étant plus cool que gênante.

Voici les résultats en infographie (Source LSA)

ce qui est cool dans le magasin du futur : scan du produit, carte interactive et géolocalisation dans le magasin

ce qui est cool dans le magasin du futur : scan du produit, carte interactive et géolocalisation dans le magasin

ce qui devient gênant dans le magasin du futur : prix dynamiques, cabines d'essayages

ce qui devient gênant dans le magasin du futur : prix dynamiques, cabines d’essayages

ce qui est gênant dans le magasin du futur : reconnaissance faciale…

ce qui est gênant dans le magasin du futur : reconnaissance faciale…

Les consommateurs de la génération Z

Je note avec intérêt que l‘on commence à prendre au sérieux la génération pour ses activités au sein du commerce (d’ailleurs, moi-même dans la série d’articles sur les influenceurs du net dans l’acte d’achat je consacre une partie à la génération Z 😉 mais là, c’est retail-intelligence qui évoque les consommateurs de la génération Z.

La première remarque concerne les cabinets consultant-marketing qui initient des études exhaustives sur le profil de ces nouveaux consommateurs car ils commencent (sic) à avoir un pouvoir d’achat considérable. Tiens, encore une fois on passe sous silence leur influence dans l’acte d’achat de la famille !

La génération Z se caractérise pour son austérité et recherche le bien-être. C’est bien connu que la génération Z préfère économiser que dépenser ce que confirme l’étude Cassandra Report Survey.

Si la personnalisation du produit, l’immédiateté et l’autosatisfaction sont les clés de ce nouveau client, il n’en reste pas moins que les jeunes peuvent passer beaucoup de temps à rechercher des produits sur Internet avant de les acheter (j’ai déjà vu des recherches qui duraient plusieurs jours !)

Par contre, comme toujours, je m’oppose à l’image que ce sont des personnes qui sont plus à l’aise devant l’écran qu’en tête à tête. Internet leur permet simplement de trouver le meilleur prix, de recevoir ou de trouver les réactions de leur pairs… cela ne les empêche pas de négocier en magasin, de questionner les vendeurs…

Le magasin sera de plus en plus un salon d’exposition de produits et de transmission des valeurs de la marque pour confirmer la volonté de ses consommateurs à acheter les produits de l’enseigne. Ensuite, ces mêmes consommateurs iront effectuer l’achat sur Internet.

Autre aspect dans leur achat, ils souhaitent souvent faire partie des processus de production des marques. Le studio Nike où les consommateurs pouvaient customiser ses propres Nike fut un des précurseurs de cette tendance, Starbucks invitaient ses consommateurs à choisir le café de leurs choix et un restaurant McDonald’s à Sidney a inauguré une borne où les visiteurs peuvent créer leur propre burger (déjà mentionné dans une revue de presse)

70% de la génération Z est sur YouTube plus de 2 heures par jour

J’aurais tendance à dire : et alors qu’est ce que cela peut faire que 70 % de la génération Z est sur YouTube plus de 2 heures par jour 😉 En effet, j’ai parfois du mal à comprendre cette réaction…

Cumulons le temps passé à écouter de la musique, la radio, regarder un film, suivre les informations… d’une autre personne et mettons le en parallèle avec ces 2 h de YouTubes ! Oui, pour la génération Z, YouTube est aussi tout cela et comme pour ceux qui disent regarder la TV c’est oublié qu’ils sont multitâches ! Que font-ils en même temps ?

Videobeuz reprend les informations de l’étude SONAR de jwtintelligence auprès de la jeunesse US et britanique (12-19 ans)

  • loisirs au cours d’une semaine type : le visionnage de vidéos sur YouTube (72%), devant la TV à la maison (69%) et les jeux vidéos sur console (61%). Loin derrière, arrivent les activités hors-écran telles que le sport (39%), les activités associatives (15%) ou les concerts (11%).
  • 36% des sondés disent regarder 4h ou plus de contenus YouTube par jour, à comparer aux 34% qui disent passer ce même temps devant la TV.
  • différence entre les publics US et UK : 41% pour les US et 30% pour UK.
  • 71% de l’audience interrogée est membre de YouTube et de Facebook (75% aux US) suivit d’Instagram pour 51%. Les américains sont à être abonnés à YouTube et Facebook.

Les jeunes générations et leur rapport au print

Moi qui suis issu de la culture du print (on ne compte pas le nombre de revues et de livres à la maison… 🙂 le sujet m’intéresse toujours… car pour moi le livre n’est pas mort, il doit juste évoluer 🙂 Donc, quelqu’un qui pose la question : est-ce que le print est un média perdu pour cette génération Z ? m’interpelle toujours. Mais, d’ailleurs, je parle livre… mais l’objet de cet article n’est pas cela… !

Ah, je trouve dommage que l’on fasse l’amalgame entre génération Y et génération Z ! Le comportement pour le coup est totalement différent entre les uns et les autres !

Patatrac… les 10 choses à savoir concernant le marketing pour la génération YZ ne sont que 10 erreurs pour la génération Z pour ainsi dire ! C’est çà le problème de vouloir fondre la génération Z dans la génération Y… Ceci étant dit, cela démontre également la méconnaissance de la génération Z par l’auteur !

Je ne termine même pas la liste (je la terminerais ensuite) pour lire la conclusion ! «Le print n’est pas encore mort pour les jeunes générations et a encore de beaux jours devant lui, s’il est bien utilisé.» et là, juste derrière la signature de l’auteur, un site d’impression de flyer et autres… qui à mon sens à pas mal de soucis à se faire si il croit se qu’il écrit !

C’est vrai que nous sommes sur Powerpress, le site des communiqués de presse gratuit… gratuit comme le contenu pour l’occasion !

en bref

Le web et les start-up, ça marche aussi dans l’immobilierBouygues Immobilier lance BIRD pour investir dans des start-up. «Cela nous permet de répondre aux nouvelles problématiques de la génération Z», conclut Christian Grellier (directeur R&D de BIRD acquiesce)

7e Championnat national des mini-entrepreneurs : place à la « génération Z » ! : ok, la créativité est au rendez-vous… mais rien de fulgurant… On note que le numérique occupe une place prépondérante (Webcache, un dispositif pour éviter le piratage des webcams, « 2P1G », une plate-forme de rencontre pour les joueurs en ligne, et NIOFAR, Coq’Tel ou Sup’phone qui proposent une gamme d’accessoires pour téléphones portables, dont certains en impression 3D), que la tendance écolo constitue l’autre tendance ! Par contre, amusant de retrouver de la restauration avec Starilla (pâtes au blé noir), Cookies’Express (bocal de gâteaux prêt à mélangerà, Choco Smile (sucettes au cacao) et I Frutti Freschi (smoothies préparés à la minute)… Mais pour ma part, outre le fait qu’ils participaient, je ne vois rien qui soit réellement génération Z 😉

The Mastering of a Music City, ce Meilleur des Mondes réécrit par Pascal Nègre : je ne retiens qu’une phrase : C’est que l’Industrie a remarqué que la génération Z, née après 2000, lui échappe complètement.

 


Laisser un commentaire