génération Z : la revue de presse de la Pentecôte ou parole à la génération Z

auteur 

Eric Delcroix est spécialisé en conseil, contenu, communication digitale, formation, internet, réseaux et médias sociaux, picture marketing, Facebook, Pinterest, Linkedin, Twitter, génération Z

    Plus d'informations sur Eric Delcroix :
  • facebook
  • flickr
  • googleplus
  • linkedin
  • pinterest
  • skype
  • twitter
  • youtube
La génération Z, Clara en conférence, comment j'apprends avec internet à 15 ans

La génération Z, Clara en conférence, comment j’apprends avec internet à 15 ans

La revue de presse sur la génération Z (les articles de la semaine dernière au sujet de ces jeunes) malgré les nombreux jours fériés en mai ne s’arrête pas !

On peut noter d’ailleurs une reprise pour les mentions francophones de ces jeunes de la génération Z sur le web cette semaine !

Il est à noter également qu’il y a plusieurs liens où la génération Z s’expriment… d’où en partie le titre parole à la génération Z. C’est sans parler de l’actualité d’Octave Nitkowski dont on parle pas mal dans la presse française comme ici.

Bon, comme il y a pas mal de choses cette semaine… Allons y, entrons dans le vif du sujet !

Comment j’apprends avec internet à 15 ans

Bon, vous n’allez pas me reprocher j’espère que je mets l’une de mes filles âgée de 15 ans en avant 😉

En effet, Clara était invitée à expliquer dans une conférence pour l’AFFEN (Association Française pour la Formation en Entreprise et les usages Numériques) donc devant des responsables formation, des responsables ressources humaines, des responsables du développement des compétences, et les directeurs de la formation comment elle apprend des matières scolaires ou non grâce à Internet.

Sa soeur, qui n’a pas encore 18 ans, mais qui est suivi par plus de 366 000 personnes dans Pinterest et qui « travaille » déjà pour une marque dans ce média social l’accompagnait et à répondu elle aussi à quelques questions ! (jusque pour info, alors que son contrat avec la marque à environ 1 mois, elle a appris que 30 % des visites sur le site de la marque concernée viendrait de Pinterest désormais… !)

Voici sa présentation de Clara

et l’enregistrement que j’en ai fait dans Periscope

Pour info, un des participants à dit aux filles, qu’elles devait passer dans un TedX 😉 on attend vos appels – rire 😉

Pour préparer un exposé, un lycéen appelle Manuel Valls sur son portable

Non, ce n’est pas une de mes filles, mais elles en seraient bien capable… Cela confirme à mon sens simplement le fait que désormais toutes personnes publiques ou présentes sur le net… peut être contacté par un génération Z !

Comme je l’ai déjà expliqué, ils ne fonctionnent pas comme nous avec des sphères de connaissances, mais en étoiles et utilisent toutes les ressources « humaines » qui sont à leur disposition.

Cet article de francetvinfo qui explique qu’un lycéen parisien de 16 ans a appelé le Premier ministre pour lui demander de l’aide sur un exposé de sa petite amie n’a donc rien de surprenant pour moi !

La génération Z au travail

Dans cet article la génération Z au travail, c’est moi qui suis cité 🙂 Je rectifie de suite, cet article Veille en Tourisme de Claudine Barry, je ne suis pas particulièrement un conseiller en ressources humaines (voir Ed Productions ou la page sur l’auteur de ce blog)

En effet, les jeunes de la génération Z, font leur entrée sur le marché du travail et pour eux la hiérarchie pyramidale, les codes de conduite instaurés par les adultes plus âgés, les ordres sont dépassés.

La plupart des Z souhaiteraient faire de leur passe-temps leur travail. Ils démontrent de la sensibilité à l’égard de l’environnement et de l’engagement social des individus comme des entreprises. Le chiffre de Sparks & Honey, 1/4 des 16 à 19 ans pratiquent le bénévolat est ajouté.

Enfants issus de la crise économique et des discours sur les changements climatiques, ils ont une attitude plutôt réaliste face à leur avenir.

Rire, je n’indique pas mon astuce présenté dans l’article (cela vous obligera à aller le lire 😉 mais je confirme, les résultats pourraient être surprenants ! Je corrobore que les jeunes de la génération Z souhaitent intégrer les nouvelles technologies dans leur façon de travailler. Donc, oui, offrez de la souplesse et de la liberté !

Confiez-leur des projets, des responsabilités supplémentaires même si retenir les Z dans l’entreprise posera un grand défi.

Petit passage par l’étude d’Ipsos Reid et Randstad Canada qui avance que les marques qui ont du succès auprès des jeunes sont celles qui ont développé un dialogue bidirectionnel. Les auteurs, et je suis du même avis, estiment qu’il en sera de même sur le marché du travail pour ces jeunes Z créatifs (j’ajoute très créatif).

Je reproduit la conclusion dans son intégralité car elle est pour moi pleine de bon sens : Bien sûr, il s’agit là de généralités. Mais mieux vaut s’acclimater le plus rapidement possible aux grands courants qui teinteront le milieu du travail dans les prochaines années plutôt que de tomber des nues, comme l’ont fait bien des entreprises avec l’arrivée de la génération Y dans leurs équipes de travail.

Notez que cet article de Claudine Barry a été publié également dans d’autres sites 🙂

Quand la génération Z révèle les tendances numériques de demain

L’article de frenchweb est certainement celui dont j’ai vu le plus de traces dans mon lecteur de flux…

En réalité, c’est avant tout la publication de la présentation de SlideShare : Generation Z and the Future of Technology (une présentation que j’avais repéré dans ma veille anglophone ;-). Voici cette présentation de Pamela Pavliscak.

L’ado qui veut nettoyer les océans a atteint son premier objectif

Je relativise le fait que l’information ait été diffusé par la RTBF. En effet, ce génération Z de 20 ans, Boyan Slat est néerlandais.

Il est parvenu à récolter 2 millions de dollars pour développer un projet pilote qui devrait être composé de barrages flottants de cinq à dix kilomètres maximum. Notons que ce sont 38 000 internautes qui ont permis de financer ce projet de « nettoyage des océans » grâce à une campagne de crowdfunding.

Son projet a été présenté en 2012 permettrait de récupérer en moins de dix ans la moitié des déchets de l’Océan Pacifique.

Pour ce projet, Boyan Slat a abandonné ses études à l’université. « Ce que je fais maintenant est bien plus instructif que d’étudier, dit-il. Je ne peux rien imaginer de mieux que de développer une solution à ce problème mondial. Ensuite, grâce à l’appui de dizaines de milliers de personnes, il s’agira de le mettre en pratique. »

Espoir avec la génération Z

Voilà un titre qui me plait… surtout pour un édito. C’est celui de Saâd Benmansour pour le site Marocain La Vie éco.

Il rapporte l’histoire du retour au Maroc d’un groupe de collégiens revenant d’un séjour en Grande-Bretagne, logé chez des familles et qui ont fait leur immersion dans le quotidien des British… qui étaient semble t-il heureux de « retrouver » leur terre natale.

Cela lui fait se poser la question : Peut-on espérer, avec cette génération Z, que le Maroc reviendra à des fondamentaux qu’on croyait perdus à jamais avec leurs aînés de la génération Y ?

Sévère avec la génération Y : surconnectés, pressés, réseautés et, probablement aussi mondialisés à outrance. Un jeune de 30 ans a vécu le Maroc sans Internet, sans le Wifi ni le haut débit, sans les Smartphones, les WhatsApp, Facebook et compagnie. Il a découvert tout cela bien après et pour lui l’origine de la technologie et du progrès est ailleurs qu’au Maroc. Et c’est ce «ailleurs» qui fait rêver.

«on  peut penser que, naturellement, la génération suivante, née dans les années 2000, accuserait les mêmes tendances avec même plus d’acuité. Mais voilà, le groupe de jeunes n’a plus les mêmes rêves ni les mêmes idées et surtout regarde son pays d’un autre œil.»

En conclusion,  Saâd Benmansour y voit un espoir pour le Maroc qui aura encore plus besoin de garder ses jeunes dans les années à venir…

Pas certains que ce soit aussi simple…

Réseaux sociaux : Plus 1/3 des jeunes est en contact ou ami avec un de ses parents

Cet article de 20 Minutes avec l’AFP reprend un sondage CSA qui indique que 34% des 18-24 ans sont amis ou en relation avec au moins un parent, contre 26% pour la population totale. Les filles un peu plus que les garçons : 37% contre 32% en particulier avec leur mère: 29% des demoiselles comptent leur mère parmi leurs amis. Les garçons privilégient le contact avec leur père (27% contre 23% pour ceux qui sont «amis» avec leur mère).

Les autres chiffres :

  • 14% jugent que cela leur permet de mieux se connaître
  • 60 % aiment partager leurs photos, leurs coups de coeur ou leurs émotions,
  • 14% jugent que cela leur permet de mieux se connaître
  • 20% permet de se surveiller

La fin de l’enquête concerne la sexualité qui reste un tabou dans les discussions parents-enfants.

Générations Y et Z : quels enjeux pour les annonceurs?

Alors que j’arrive sur la page d’infopresse de l’article : Générations Y et Z : quels enjeux pour les annonceurs ?, l’URL de la page me fait sourire… Certainement un changement de titre en cours de rédaction de l’article puisque le nom de l’article dans l’URL est : place aux jeunes 🙂

C’est un fait que les jeunes de la génération Y et Z sont de plus en plus prisés par les annonceurs et les grandes marques tout en prenant une plus grande place en entreprise.

Alexandre Gadoua commence par répondre à 2 idées reçues sur la génération Z et Y selon lui :

  • La génération Z et Y bougent beaucoup et leurs cheminements ressemblent rarement à un paisible cours d’eau.
  • les jeunes connectés passent beaucoup de temps sur leurs outils technologiques et les réseaux sociaux

Ensuite, une partie est consacrée à la génération Z qui est devenue une importante préoccupation en marketing, celle qui réagit en un rien de temps aux initiatives de marketing.

Alexandre Gadoua livre 3 conseils aux annonceurs :

  • La transparence
  • Le langage (Mais si tu veux parler aux jeunes, tu dois comprendre et accepter leurs codes)
  • La rapidité

En complément, vous pouvez écouter Arnaud Granata parler de la génération Z dans la chronique Bêtes de pub à l’émission de Catherine Perrin sur la radio Canada.

La génération Z et les défis qu'elle représente selon Arnaud Granata

La génération Z et les défis qu’elle représente selon Arnaud Granata

Le digital redéfinit l’expérience shopping

Toujours intéressant mes voisins Belges. Sur Gondola, dans Le digital redéfinit l’expérience shopping ils pointent l’étude internationale de Nielsen s’intéressant au futur des supermarchés et remarquent que ce sont les ‘digital natives’ (Génération Y et Génération Z) qui pousse la croissance des achats alimentaires en ligne.

On assiste également à un retour en force du concept du livreur de lait à domicile des années 50 et 60, mais pour l’intégralité des courses désormais.

Delhaize (super marché Belge, NDLR) a lançé un premier test de supermarché virtuel en avril 2012 . 13% des répondants ont déjà utilisé un magasin virtuel et 58% le feraient si c’était possible.

Le nombre de consommateurs utilisant le click & collect est étonnamment bas: un peu plus d’un consommateur sur dix a déjà commandé des produits alimentaires pour finalement aller les cherche en point de vente ou dans un drive… Toutefois plus de la moitié des répondants dit vouloir utiliser ces méthodes dans le futur.

Rien de surprenant lorsque l’on apprend que c’est en Asie du Pacifique que l’on utilise le plus la technologie en matière d’achat, et en Europe le moins… Ce n’est pas un hasard si le sens de mise sur le marché des équipements électroménager connecté n’a pas suivi le sens traditionnel… qu’il passe par l’Asie en premier !

On s’aperçoit également dans cette étude que les achats sur internet sont différents des achats en magasin physique. Aux Etats-Unis, par exemple, le mix de produits vendus en ligne est de 60% non-food, 40% food. Inverse pour un point de vente physique.

Attention aux remarques concernant l’évolution du e-commerce, avec le clicks & bricks qui domine, pour rappel, l’enquête semble concerner génération Y et Z !

Par contre, oui, L’e-commerce n’est qu’une partie du paysage digital. Un stratégie digitale complète inclut des interactions à chaque étape de l’achat: la recherche du magasin, la liste de course, la comparaison des prix, la recherche du produit, etc. L’utilisation de coupons mobiles (18% en font usage, 65% le souhaitent) et les listes de courses sur mobile (15% en font usage, 64% le souhaitent) sont les engagements digitaux les plus souvent cités. 14% disposent d’une application ‘programme de fidélité’, 63% aimeraient en faire usage. 12% des répondants indiquent en outre se connecter sur le Wi-Fi du magasin pour recevoir des informations ou des offres.

J’ai confiance dans la Génération Z ! Elle va booster les entreprises

Vous vous en doutez, je ne peux qu’acquiescer la phrase de Raphaël Moulun mis en titre de l’article de cadre et dirigeant magazine. Celui-ci y décrypte les conséquences de l’arrivée de la génération Z sur le management des entreprises.

Les jeunes de la génération Z jouent collectifs pour mieux faire éclater leur individualité, apprennent sur le terrain, partout, et de manière continue, et ouverts d’esprit tentent suivant leurs envies en s’appuyant sur la technologie.

Pour lui aussi, les entreprises vont devoir revoir leur mode de management, être porteuses de sens, ouvertes et faire preuve d’un management humain. C’est la 1ère génération depuis les babyboomers qui n’aura pas peur de l’avenir professionnel, ils n’auront pas beaucoup d’argent, même s’ils rêvent d’en gagner par leur réussite, mais ils feront preuve d’ingéniosité et de débrouillardise.

Par leur agilité, les Z vont vite obliger les générations précédentes à se remettre en cause, et favoriser un climat de confiance, pour gagner en autonomie et en responsabilité.

La fin de l’interview est plus promotionnelle qu’informative… donc, on en restera là !

En bref

Dernières minutes

Juste avant la publication de cette revue de presse sur la génération Z, une alerte… on a pingé ces pages ! l’article Jeunesse France – Portrait d’une génération cite ce blog dans les Quelques liens – Lectures & Analyses abreuvant mon propos.

L’auteur a déniché une vidéo sur un  projet Notre conquête/ La jeunesse du 21ème siècle réalisé par une terminale en cours de philo.


Commentaire

génération Z : la revue de presse de la Pentecôte ou parole à la génération Z — 3 commentaires

  1. la réponse de Clara : pour les mots que je connaissais avant d’entrer en cours d’Anglais en 4e, nous avons établi une liste manuelle… en essayant de lister l’ensemble des mots que je connaissais.
    Pour le nombre de mot que je connais actuellement dans cette langue, DuoLingo me l’affiche… Le chiffre exact est de 987 mots que je connais. J’ai descendu un peu… car j’ai perdu des barres de force (j’ai oublié des mots dans les épreuves de révison).
    Je demande à ma mère quand elle rentre si elle connait d’autres méthodes pour le comptage 😉

Laisser un commentaire