génération Z : revue de presse francophone du 10 novembre

auteur 

Eric Delcroix est spécialisé en conseil, contenu, communication digitale, formation, internet, réseaux et médias sociaux, picture marketing, Facebook, Pinterest, Linkedin, Twitter, génération Z

    Plus d'informations sur Eric Delcroix :
  • facebook
  • flickr
  • googleplus
  • linkedin
  • pinterest
  • skype
  • twitter
  • youtube

Devais-je diffuser la revue de presse francophone sur la génération Z à la suite de la revue de presse internationale ce mardi… mais c’était 11 novembre… ! J’ai préféré la mettre en ligne, le 12 😉

Un petit clin d’oeil avant tout pour le forum de jeuxvideo.com dont l’un des sujets est « De quelle génération êtes vous ? » et qui pointe sur l’article éponyme sur les Z (l’article de la time-line du temps sur les générations 😉

Éric Delcroix, décodeur de la génération Z

Je sais, ce n’est pas bien de se mettre en avant 😉 mais ce n’est pas moi qui ai trouvé le titre 🙂

Éric Delcroix, décodeur de la génération Z

Éric Delcroix, décodeur de la génération Z

Mais dans la série : on parle de la génération Z en Guadeloupe dans la perspective du salon Adozz, cette fois, c’est CaribMag qui propose un dossier sur la génération Z dans sa revue.

J’ai répondu à quelques questions pour l’occasion. Mes réponses sont dans le Dossier / Planète jeune :  Éric Delcroix, décodeur de la génération Z.

Bonne lecture 😉

J’ajoute également un autre article que j’ai publié sur l’un de mes autres blogs qui est en lien avec la génération Z et l’éducationécoles, enseignement, élèves : les problèmes des enseignants

Jeremy Rifkin « Une jeune génération prête à passer à l’économie de partage »

Bon, je me rattrape 😉 avec cette interview de l’économiste Jeremy Rifkin (celui de la 3e révolution dans le Nord-Pas de Calais) qui pour la promotion de son dernier ouvrage, intitulé « La nouvelle société du coût marginal zéro » (au éditions « Les liens qui libèrent ») était l’invité d’Olivier Galzi sur iTélé.

Il parle beaucoup des jeunes, donc de la génération Z 😉

Les jeunes accros à l’info (mais pas aux journaux)

C’est Télérama qui confirme ce que je dis… Les jeunes accros à l’info (mais pas aux journaux).

Évidemment, Lucas Armati, l’auteur de l’article à du être surpris comme il le décrit lui-même : ils picorent l’info, étonnés par leur aptitude à s’intéresser autant à l’épidémie d’Ebola qu’au dernier clip de Rihanna, les médias traditionnels sont perdus.

On ne va pas se mentir, la presse écrite va mal et les jeunes ne se pressent pas pour la réanimer. J’ajouterai dès échos que j’ai de la part des générations Z rencontrés que la presse écrite n’est pas morte… Elle doit juste faire une révolution ! Allez, je vous donne une piste : presse écrite ne veut pas dire presse papier exclusivement !

Le « C’est clair, c’est court » indiqué pour le le 19.45 de M6 est selon moi un leitmotiv… pour qu’ils s’informent… Le plus long vient après… et encore cela dépend de sa forme !

«Une large majorité d’entre eux suit l’actualité via son PC. Un tiers le fait sur son téléphone. En réalité, les moins de 25 ans sont saturés d’informations. « Dans ma colocation, tout le monde est abonné à des applications d’info via son téléphone, confirme Vivien, 20 ans, qui va poursuivre ses études au Canada. En cas de grosse actu, on reçoit les notifications en même temps, c’est marrant. De toute façon, aujourd’hui, l’info est partout : dans la rue, dans le métro, sur nos téléphones… Plus besoin d’aller la chercher, c’est elle qui vient à nous ! A nous de savoir faire le tri.»

Facebook est devenu le premier média d’information des jeunes résumé Sylvie Octobre. On retrouve l’importance des pairs dans l’affaire !

L’exemple à suivre ? Le Petit Journal (Canal+), la réussite télévisuelle de ces dernières années y compris auprès des moins de 25 ans ! Sans oublier le replay

Je reste sur ma faim… bien sûr que les jeunes sont accros à l’info (mais pas aux journaux), bien plus que leur prédécesseurs… Oui, l’exemple du Petit journal leur correspond… mais, encore une fois, à mon sens, l’article manque de recul ! C’est un journaliste qui défend quelque part son métier de journaliste !

Avec l’arrivée de la génération Z, c’est tout le monde de l’information qui est à changerCe n’est plus le moment d’ajouter des rustines… il faut changer le pneu et la chambre à air !

Il faut repenser l’information. De nouveaux supports doivent apparaître sans distinction du print, de la TV et d’internet… l’information devient un tout !

Squeezie: l’usine à clics (et à fric) du Français le plus vu sur YouTube

Le site de lexpansion.lexpress publie Squeezie: l’usine à clics (et à fric) du Français le plus vu sur YouTube.

On lit souvent que le domaine de la génération Z est YouTube.

Avec 70,7 millions de vues de ses vidéos en octobre (SocialBlade.com), le Youtubeur Squeezie est à 18 ans à peine le plus regardé en France.

Allez, je suis bon avec vous… je vous mets en ligne sa dernière vidéo au moment où je rédige l’article !

Exit Rémi Gaillard (15,5 millions), Norman (24,0) et Cauet (24,3) réunis.

Son seul mot d’ordre : s’amuser selon l’article. Cela rejoint le mot d’ordre qui caractérise selon moi la génération Z : le plaisir, prendre du plaisir !

Son concept de présentation est celui employé par le « maître », le Suédois Felix Kjellberg, alias PewDiePie (voir la revue de presse précédente sur la génération Z).

Son bac tout juste en poche, il décide de ne pas poursuivre ses études pour se consacrer à plein temps à sa chaîne YouTube où il publie presque une vidéo par jour !

Réflexion en prime… concernant l’information dont je parle précédemment…  J’ai rédigés des articles au sujet des premiers jeux sur Macintosh à l’époque où je travaillais pour le journal Icônes  !

J’ai l’impression que du côté de la presse écrite on écrit toujours les articles sur les jeux de la même manière qu’à l’époque !

Ici, nous avons une information destinée aux générations Z (les principaux utilisateurs de jeux je pense 😉 Et, après, on me dira que le monde de l’information ne doit pas changer radicalement ?

D’une génération à l’autre… Baby-Boomers, X, Y, Z et plus

L’article vient du Québec, et c’est une synthèse dans La bibliothèque de psychologie de Psycho-Ressources sous la plume d’Alain Rioux sous le titre D’une génération à l’autre… Baby-Boomers, X, Y, Z et plus.

Chaque génération est le reflet de l’époque qui l’a vue grandir. Les inventions, les nouvelles technologies, les grandes crises politiques et économiques ne sont que quelque uns des phénomènes qui sculptent les caractéristiques, les aspirations et les valeurs qui seront portées par une génération.

La génération Z est également appelée nouvelle génération silencieuse car elle serait comparable, dans la théorie américaine des générations, à la génération silencieuse de ceux nés entre 1925 à 1945

Génération Z, nouveau péril jeune

Il y a peu, le péril jeune était en guillemets (voir la revue de presse sur la génération Z du 20 octobre), cette fois dans l’article Génération Z, nouveau péril jeune les guillemets ont disparu…

Pas cool comme titre pour un article qui est le compte rendu d’un séminaire petit-déjeuner à l’attention des professionnels des ressources humaines et IT, destiné à les aider à mieux comprendre ces nouveaux enjeux, à en tirer une vision stratégique et à accompagner le changement. On ne ferait pas mieux pour effrayer le client (pardon l’internaute) afin de vendre ses prestations…

Cela est d’autant moins cool, que l’on s’aperçoit vite à la lecture de l’article que ce n’est pas tellement le jeune qui est le péril dans la réalité des choses !

Bon, passons…

On apprend, même si cela n’a rien de nouveau pour ceux qui lisent ce blog, que les jeunes professionnels mobiles et hyper connectés privilégient les organisations qui intègrent les usages liés aux nouvelles technologies, quitte à reléguer la rémunération au second plan.

Pragmatiques et sans tabou, ils apporteront d’avantage d’innovation et de créativité aux entreprises qui sauront décoder leurs attentes…

Le phénomène BYOD est irréversible (tiens, on retrouve le discours à peu de chose près de l’article cité dans la précédente revue de presse 😉 Tout employé concerné devrait suivre régulièrement une formation ou une mise à niveau sur les bonnes pratiques et les risques que l’usage du BYOD impliquent.

La moitié de l’article parle du BTOD et n’apporte rien de nouveau à ce que j’ai déjà pu relever dans d’autres articles.

Si cela continue, je vais croire que le BYOD est le vrai péril 🙂

Comment on a interdit aux enfants de marcher

Régulièrement je vois passer des infographies sur le sujet : les enfants marchent de moins en moins. C’est tout le sujet de Comment on a interdit aux enfants de marcher publié dans rue89.

Je ne m’étendrais pas sur le sujet. Toutefois, un petit état des lieux au travers de l’étude de William Bird qui a suivi la famille Thomas, quatre générations à Sheffield.

  • En 2007, le jeune Ed Thomas avait le droit, à 8 ans, d’aller seul au bout de sa rue à moins de 300 m de sa maison ;
  • sa mère Vicky avait, en 1979, le droit d’aller seule à la piscine à 800 m de chez elle ;
  • son grand-père Jack pouvait, en 1950, aller au bois à plus d’1,5 km de chez lui ;
  • son arrière-grand-père George en 1919 était autorisé à aller pêcher à près de10 km de chez lui.

Je tenais surtout à signaler cet article car ces changements ont des conséquences importantes pour les enfants. L’excuse de la voiture n’est pas « tout »… Le rapport au monde est « transformé » comme l’indique l’un des inter-titre de l’article.

Je ne reprendrai que l’un des exemples avec l’inquiétude de l’architecte Sabine Chardonnet-Darmaillacq : «Quelle est la représentation de ce que c’est qu’être dehors et de ce qu’est la rue quand on a nous a interdit d’y marcher toute notre enfance ?»

Allez, j’ose… et si cette représentation allait de pair avec la présence constante dans les réseaux et médias sociaux.

Je ne pense pas que l’interdiction faite aux enfants de marcher soit la seule à transformer le monde et à avoir un effet sur le comportement actuel de nos jeunes de la génération Z !

Je suis preneur de vos idées sur la question évidemment 😉

Argent de poche : les Français très généreux avec leurs enfants

Aussitôt demandé, aussitôt un exemple 🙂 Est-ce que le montant de l’argent de poche transforme le rapport au monde et a des conséquences importantes pour les enfants ? Je ne fais que poser la question ! Allons lire l’article Argent de poche : les Français très généreux avec leurs enfants sur la finance pour tous.

L’étude européenne Ipsos parue début novembre, réalisée dans 13 pays européens révèle que les enfants italiens, français et espagnols sont les mieux lotis en terme d’argent de poche.

En France, le montant moyen versé par semaine est :

  • 2 €/semaine avant 5 ans,
  • 5 €/semaine entre 5 et 10 ans,
  • 10 €/semaine entre 10 et 15 ans
  • 20 €/semaine au-delà.

Cela me surprend toujours que l’on puisse donner comme raison : Apprendre à être responsable et Enseigner la valeur de l’argent à la question Pourquoi donnez vous de l’argent de poche à votre enfant ?

Voici les résultats de l’enquête en anglais


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.