génération Z : revue de presse du 15 septembre

auteur 

Eric Delcroix est spécialisé en conseil, contenu, communication digitale, formation, internet, réseaux et médias sociaux, picture marketing, Facebook, Pinterest, Linkedin, Twitter, génération Z

    Plus d'informations sur Eric Delcroix :
  • facebook
  • flickr
  • googleplus
  • linkedin
  • pinterest
  • skype
  • twitter
  • youtube
logo Z'académie - on parle d'eux dans cette revue de presse sur la génération Z :-)

logo Z’académie – on parle d’eux dans cette revue de presse sur la génération Z

C’est bien de vouloir rattraper le retard de ce qui c’est dit pendant les vacances mais il est aussi nécessaire de revenir à l’actualité.

Pour cette fin d’année 2014, j’espère pouvoir tenir le rythme afin de continuer à publier cette revue de presse sur la génération Z, de façon hebdomadaire.

Petite nouveauté, je vais certainement diviser en 2 cette revue de presse : Francophone en début de semaine, principalement anglophone en milieu de semaine.

Le nombre d’articles à traiter en un seul billet devient trop important ! Donc, ce sera les médias Français pour aujourd’hui 😉

La reprise un 15 septembre pour réinitialiser cette revue de presse est symbolique pour moi. Enfant, l’école reprenait le 15 septembre si j’ai bonne mémoire 😉 Et, souvent, confronté à la génération Z, je repense à mon enfance 😉

Création de la Z’Academy !

Un peu pub l’article de Clémentine Lego sur la création de la Z’Academy !

A l’origine du projet de la Z’Academy, il y a Josette Lépine (que je ne connais pas).

Autant j’aime le discours : «…mettre en valeurs leurs (à la génération Z) originalités, leurs spécificités, leurs courages, leurs talents pour ainsi développer leurs sensibilités et leurs potentiels créatifs et novateurs» autant je m’oppose à toutes les formes de coaching et je peux me dire mon opposition à «Oui, nos jeunes ont besoin de faire connaissance avec eux même, afin d’équilibrer leur vie personnelle, professionnelle et relationnelle…»

Nos jeunes de la génération Z ont surtout besoin qu’on leur fiche la paix, qu’on leur donne confiance et qu’on leur fasse confiance… Pour le reste j’ai l’impression qu’ils se débrouillent très bien eux mêmes, et surtout sans les adultes.

Plutôt que les enfants, ce sont certainement les parents et adultes en général qui ont le plus besoin de « coaching » pour faire évoluer au mieux cette génération.

Bon, c’est pas du coaching mais les conférences Parents, enfants, Internet sont un bon début pour découvrir la génération Z 🙂

Génération Z : les mutants vont débarquer dans les entreprises

Pas mal de buzz autour de cet article Français du blog-emploiGénération Z : les mutants vont débarquer dans les entreprises.

On a vu fleurir pas mal de titre proposant le terme mutant pour cette génération depuis 😉

En réalité, sous ce titre se cache une interview de Didier Pitelet, président de Moons’factory pour qui : «les entreprises n’ont pas le choix, elles devront s’adapter face à la « bombe à retardement » que représente cette génération mutante.». Et d’ajouter, la génération Z «est une génération qui veut absolument exister, se réaliser, réussir

Pour ma part, je n’aime pas le terme mutant… avec sa connotation extra-terrestre ! Fabrice Mazoir, l’auteur de l’article explique les raisons du choix de ce mot : les génération Z «sont mutants dans le sens où ces technologies sont devenues une véritable extension cérébrale et physique qui leur permet de vivre dans plusieurs espaces physiques et temporels».

Puis, nous passons à l’interview dans laquelle nous retrouvons les lieux-communs habituels : pas peur de la crise, individualistes, espoir de devenir entrepreneur, « enfant-roi digital », attiré par les PME (je n’ai pas retrouvé la source de l’info, mais cela fait plusieurs fois que je le lis),

Je ne suis pas certain qu’ils n’aiment pas les entreprises du CAC 40 car ils détesteraient les marchés financiers, mais plutôt de l’avis que ce qu’ils souhaitent le moins : la fonction publique et la sécurité de l’emploi qui l’accompagne.

Génération de slashers en France, qui voudra concilier le statut de salarié avec celui d’autoentrepreneur pour mener de fronts plusieurs activités n’est pas mal vue me semble t-il 😉

Par contre, je reste énormément sur ma faim quand je lis la réponse à la question : Qu’est-ce que les entreprises doivent changer ? (sous entendu pour accueillir les jeunes de la génération Z).

L’accès à Facebook est réducteur… et cela me semble plutôt définir une entreprise qui ne pourra plus exister quand la génération Z arrivera réellement sur le marché du travail ! Cela fait des années que je préviens les entreprises de la nécessité de leur ouverture… et régulièrement, j’annonce la mort de ces entreprises.

Didier Pitelet se rattrape sur l’une des questions suivante 😉

  • repenser les modèles de management (leadership humain)
  • investir davantage dans les relations humaines
  • voir la rentabilité plutôt à moyen terme
  • renforcer les enjeux liés à la culture d’entreprise
  • développer une culture digitale dans les organisations

Comme dit dans différents articles des revues de presse précédentes, je pense que le côté matériel et équipement numérique est également important… Ne les effrayez pas avec de vieux coucous 😉

Et, nous sommes au moins 2 (en réalité, de nombreux spécialistes de la génération Z) à être convaincu qu’en cas de tromperie de la part de l’entreprise, la génération Z prendra ses jambes à son cou (ce ne sera pas la seule raison).

Autre point d’accord : les étincelles entre génération Y et génération Z au sein de l’entreprise. Pour ma part, je pense que la génération Z prendra rapidement le « pouvoir » vis à vis de la génération précédente qui ne saura pas suivre son investissement et son travail.

Le choc des générations

Le Canadien Laurent Pelletier dans le reflet du Lac estime que le choc entre les générations existe peu, car «Les générations ne se parlent pas, elles s’ignorent totalement

Les jeunes et la presse

On reproche souvent sans savoir le manque d’intérêt des jeunes pour l’information et les médias presse (je préfère les termes informations et médias ce qui leur correspond mieux).

L’école Sup de Com fournit une infographie sur les pratiques de la génération C (15-25 ans) donc une partie de la génération Z (voir de quelle génération êtes-vous ?)

Les jeunes et la presse

Les jeunes et la presse

Quels métiers pour la génération Z ?

Un peu déçu comme souvent par ce genre de titre où l’on parle plus de la génération Y que de la génération Z, y compris dans les exemples même si generation-z.fr est cité (merci pour la citation 😉

Dans l’article de Docaufutur qu’apprenons nous sur les futurs métiers de la génération Z ? pas grand chose ! Sur l’enquête Docaufutur ? rien ! Et sur l’avenir du document ? il n’est même pas cité dans l’article !

Tilt , je viens de comprendre… après relecture de la page (j’en profite pour corriger mon inter) ! En fait, pour le titre de l’article, il fallait lire : Étude, quels métiers pour la génération Z ? par Docaufutur l’avenir du document

Outre de nouveau la mention du mouvement slashers, d’autres personnes interviewé parlent d’une génération débordant de créativité et d’enthousiasme, pour lesquelles les limites doivent être toujours repoussées, quitte à casser les codes existants et réinventer tout, un affect fort prononcé sachant qu’il faut leur dire tout ou presque en mode affectif, et un refus de l’autorité.

Et là, le dérapage : «cette génération difficilement contrôlable» ! Pourquoi difficilement contrôlable ? Pas plus difficilement contrôlable qu’une autre si on y met les formes !

L’étude Docaufutur va à l’encontre de pas mal de propos que l’on rencontre un peu partout sur le net lorsqu’il est écrit : «certains parmi eux opteront volontiers pour le modèle Slasher, d’autres s’attacheront mordicus à leur carrière. Avec pour seul argument de changement, l’appât du gain

Ok pour le Slasher, partiellement pour la carrière… et pas du tout pour l’appât du gain !

C’est là que nous aimerions des données chiffrées de l’étude ! Est-ce une seule classe ? laquelle ? la tranche d’âge, le milieu socio-professionel… N’oublions pas la répartition en 3 segments de la génération Z 😉

Ensuite, je comprends qu’Evelyne Maisonneuve qui «s’efforce de comprendre» la génération Z ne soit pas clémente ! C’est certain que même dit avec humour : «limiter l’accès aux outils qui les maintiennent en permanence en relation avec le mode extérieur à l’entreprise» ne montre pas une grande connaissance de la génération Z et surtout donne l’image de quelqu’un qui a envie de les modeler à son image, à sa génération.

D’ailleurs, je suis très surpris qu’il soit indiqué qu’elle les observe au quotidien, dans leur environnement professionnel. Si, ils avaient véritablement intégré le monde du travail cela se saurait 😉

Mais je retrouve dans le discours de cette dirigeante ce que j’entends en général de la part des directions d’entreprises actuelles en France !

Pire peut-être… la phrase de Jean-Philippe Solvay : il «faut apprendre aux jeunes à imaginer le futur.» Consultez ce blog, Monsieur Jean-Philippe Solvay, il me semble qu’ils n’ont pas besoin qu’on leur apprenne quoi que ce soit. Ce serait plutôt à nous adulte à apprendre d’eux !

La génération Z

Maman pour la vie fait un petit point sur la génération Z.

Je ne suis pas d’accord avec toutes les conclusions de l’article mais je retiens quelques points qui me semble intéressants. Et, ce n’est pas parce que j’ai été ajouté comme site dans la rubrique Pour en savoir plus que j’en parle (merci en tout cas pour la mention 😉

Je note avec intérêt : «Pour les professeurs qui sont déjà en relation avec les Z, ce sont les parents qui représentent le plus grand défi de cette génération. Les parents, très présents, qui maîtrisent l’art de la parentalité et qui visent la perfection à tous les égards pourraient bien donner une estime de soi trop grande à ces enfants qui, paraît-il, prennent très mal la critique à l’adolescence

Je compléterai que concernant la critique à l’adolescence, il n’y a pas de juste milieu… mais au delà, je me pose la question de savoir si ce n’est pas un comportement normal d’adolescent de prendre mal la critique 😉

Autre point que je souligne : La génération Z pour qui l’efficacité est primordiale et chez qui les valeurs sociales seront exacerbées. C’est à remettre dans le paradoxe : individuel-social 🙂

A quoi ressemblera la ville de la génération Z ?

C’est Ipsos qui annonce l’événement mais c’est normal puisque dans le cadre du Women’s Forum, qui aura lieu du 15 au 17 octobre à Deauville, Dominique Lévy-Saragossi et Françoise Hernaez-Fourrier, respectivement Directrice Générale d’Ipsos France et Directrice du Planning Stratégique d’Ipsos ASI, apporteront leur éclairage sur les possibilités d’expression et de services des marques dans la ville de demain. Une ville qui sera évidemment aux mains des Z 🙂

La génération Z veut être propriétaire coûte que coûte

J’ai été très surpris je dois avouer quand ING Direct c’est fait l’écho aussi rapidement du sondage du Time selon lequel aux États-Unis, les 13-17 ans sont 97 % à penser qu’un jour, ils seront propriétaires.

Cela va à l’encontre de ce qui était dit et obtenu dans les enquêtes jusqu’ici !

J’avais prévu de vous parler de cet article du Time, mais désormais, ce sera au milieu de la semaine, ce journal étant en langue Anglaise !


Commentaire

génération Z : revue de presse du 15 septembre — Un commentaire

  1. Ping : génération Z : revue de presse francophone du 15 décembre - Génération Z, qui sont-ils

Laisser un commentaire