génération Z : la revue de presse internationale du 12 fév

auteur 

Eric Delcroix est spécialisé en conseil, contenu, communication digitale, formation, internet, réseaux et médias sociaux, picture marketing, Facebook, Pinterest, Linkedin, Twitter, génération Z

    Plus d'informations sur Eric Delcroix :
  • facebook
  • flickr
  • googleplus
  • linkedin
  • pinterest
  • skype
  • twitter
  • youtube
Gen Z Kid - 1er travail photo sur la génération Z - Photo by JESSICA LONGWORTH

Gen Z Kid – 1er travail photo sur la génération Z – Photo by JESSICA LONGWORTH (voir dans cette revue de presse sur la génération Z)

Comme je l’avais annoncé dans une revue de presse sur la génération Z précédente, l’AFP est en train de sortir son dossier sur la génération Z, y compris au USA (et pas mal de journaux ont repris leur informations). Pour ma part, j’en parlerai lundi dans la revue de presse francophone, ce sera plus simple pour ceux qui lisent ces lignes et qui ne comprennent pas forcément l’anglais 😉 Si, si, je vous assure, il y en a !

Et par la même occasion, surveiller le journal du net, il devrait bientôt parler génération Z (je n’en dis pas plus même si je pense connaître l’axe de l’article 😉

Sinon, le temps est passé trop vite depuis ma dernière revue de presse internationale sur la génération Z (j’ai des excuses, je fais cela en dehors de mon temps de travail, je ne suis pas rémunéré pour le faire… ) à tel point que j’ai hésité entre suivre le cours de l’histoire ou publier celle des 15 derniers jours !

J’ai choisi cette dernière option car celle précédente se résume principalement aux prédictions sur l’année 2015 qui mentionnent la génération Z et elles sont nombreuses ainsi que les échos autour de l’enquête de Ford !

Je fais exception pour ce dernier rapport avec l’interview Ford’s Futurist Sheryl Connelly Talks 2015 Consumer Trends and How Generation Z Is Shaping The World We Live In qui est en vidéo et retranscrite dans l’article de Candie Anderson !

Entrons maintenant dans le vif du sujet…

Qui sont les plus productives: la génération X, Y ou Z?

C’est Next Generation qui a réalisé cette infographie.

Generation-x-y-z au travail

Generation-x-y-z au travail

Au-delà de Facebook : la façon de commercialiser à la génération Z

Je continue avec une autre infographie que j’ai déjà vu beaucoup circuler sur les réseaux français… Sa source : Beyond Facebook: Marketing to the new generation.

Beyond Facebook Marketing to the new generation

Beyond Facebook Marketing to the new generation

Mise à jour de l’infographie sur les générations Z et alpha

La société Australienne Mccrindle a mis à jour son infographie sur les générations Z et alpha

Mise à jour de l'infographie Mccrindle sur les générations Z et alpha

Mise à jour de l’infographie Mccrindle sur les générations Z et alpha

Génération Z prêt pour la sécurité biométrique pour remplacer les mots de passe et codes pin

C’est Visa Europe (la carte de paiement 🙂 qui l’annonce suite à une enquête réalisée en Grande-Bretagne : Les trois quarts des 16-24 ans se sentent à l’aise avec sécurité biométrique (reconnaissance faciale, empreintes digitales et scans de la rétine) et 69% pensent qu’elle sera plus rapide et plus facile que les mots de passe et codes PIN !

D’autres informations qui « prédisent » l’avenir sont également fourni :

Les 16-24 ans sont plus susceptibles que les groupes plus âgés de n’utiliser qu’un seul code PIN (32%) ou mot de passe (14%) pour la protection de leurs données personnelles. En outre, cette génération est plus libérale pour partager ses informations de sécurité que les générations précédentes :

  • 34% ont partagé leur code de carte de débit ou de crédit avec quelqu’un (23% pour l’ensemble des répondants).
  • 32% ont partagé leur mot de passe smartphone, contre 10%pour l’ensemble des répondants
  • 22% ont partagé leur mot de passe de services bancaires par Internet, contre 7% de tous les répondants
  • La génération Z semble être irrité de trouver une étape supplémentaire pour des mesures de sécurité pour payer quelque chose (64% vs 59% de tous les adultes).

Ils préfèrent la sécurité biométrique :

76%  des 16-24 ans seraient à l’aise pour effectuer un paiement en utilisant la sécurité biométrique

69% croient que ce sera leur rendre la vie plus rapide et plus facile.

Ils croient également que la biométrie est plus sûrs que les méthodes d’identification non-biométriques.

Pour ceux que cela intéresse, une interview de Jonathan Vaux (Executive Director de Visa Europe) sur les résultats de l’enquête est en ligne.

Pas étonnant d’avoir une réaction sur infosecurity-magazine qui rappelle que les experts de sécurité appelé à la prudence ! Il est amusant de noter que l’auteur de cet article Phil Muncaster a écrit un autre article sur cette annonce dans cryptorss pour y dire la même chose.

Business-reporter UKnfc world ou Security info watch mentionnent également cette étude.

Génération Z conduira Internet des objets, la collaboration et l’adoption d’objets portables

l’article de Generation de Roland Moore-Colyer : Z will drive Internet of Things, collaboration and wearables adoption n’est pas dénué d’intérêt, au contraire.

Après avoir fait le constat que sa génération ne comprenait pas l’intérêt de l’internet des objets et constatant que la génération Z a toujours été constamment connecté, l’auteur en déduit qu’ils veulent être en mesure de contrôler leurs appareils électroménagers avec des applications, et s’attendre à diriger du matériel qu’ils ont à la maison depuis le travail

L’utilisation des réseaux sociaux en entreprise sera considérée comme essentielle.

Cela signifie des outils de collaboration sociale. Ils seront aussi répandue dans les entreprises que le courrier électronique et Microsoft Office.

Leur éducation technologique aidera la technologie apparemment fantaisiste à évoluer à partir de concepts étranges dans les produits valorisés et essentiels.

Génération Z: Les enfants qui vont sauver le monde ?

L’article dans le site canadien the globe and mail : Generation Z: The kids who’ll save the world ? débute par une série de présentation de moins de 18 ans à la réputation déjà confirmée au Canada :

  • Linda Manziaris, 14 ans (Body Bijou de Toronto) donne la moitié de ses bénéfices à des oeuvres de charité Girls Helping Girls lancé par sa sœur de 16 ans Susanna !
  • Ann Makosinski, 16 ans, de Victoria et ses éclairages alimenté par la peau humaine.
  • Shawn Mendes, 16 ans, de Pickering, Ont. sur Vine dont la chanson «Life of the Party» est arrivée dans le top 10 au Canada et aux États-Unis
  • Hannah Alper, 11 ans, un éco-blogueur de Toronto (Call Me Hannah)

Malgré leur jeunesse, certaines personnes en arrive à se demander : est-ce la génération qui permettra de résoudre les problèmes du monde ?

« Je pense que notre génération est vraiment conscience socialement, respectueux de l’environnement et avec une vision mondiale», explique Linda Manziaris. «[Notre génération] voit un problème et ils veulent régler le problème, ils ne quittent pas pour quelqu’un d’autre pour résoudre», dit Linda.

David K. Foot fait remarquer qu’ils sont moins nombreux que les générations précédentes et de ce fait  démographe et auteur de l’ouvrage fondamental sur la démographie du 20e siècle , le Boom et l’Écho. Cela signifie Gen Z est moins nombreuses que le millénaire robuste, ou «écho,« génération.

« Parce qu’ils ont été dans une grande partie des classes plus petites à l’école primaire, ils ont déjà connu les avantages d’être dans un petit groupe», dit Pied. « Quand ils se appliquent au collège ou à l’université, il va y avoir moins de concurrence au sein de leur groupe, et ils vont avoir une plus grande probabilité d’obtenir au collège ou à l’université se ils veulent. »

Don Tapscott, chef de la direction de Groupe Tapscott à Toronto remarque qu’il n’y a pas encore une importante étude sur les moins de 18 ans d’aujourd’hui. Il fait également remarquer que la génération des boomers a grandi en regardant passivement 24 heures de télévision par semaine ! en considérant que c’est une bonne chose que les jeunes soient connectés à longueur de temps.

Ce n’est pas l’avis de Mark Bauerlein, The Dumbest Generation: How the Digital Age Stupefies Young Americans and Jeopardizes Our Future, fait valoir que la cyberculture transforme les jeunes en «ignorants».

Tapscott conteste : «Beaucoup de personnes  disent que c’est créer une armée de narcissiques qui font des selfies et qui Twittent et ainsi de suite, qu’ils sont Net-dépendants car collés à l’écran, ils sont en train de perdre leurs compétences sociales… Mais si vous regardez de plus près, il ne supporte pas de tout cela». Et même d’ajouter que ce ne est pas le plus stupide des générations mais la plus intelligente.

Craig Kielburger, cofondateur de Youth development charity Free the Children qui travaille avec les jeunes tous les jours pense que cette génération est extrêmement engagé dans l’activisme social.

Kielburger dit que son organisation a surnommé la génération Z la « Nous Generation, » pour contraster avec le surnom de «Me Me Me » qui a été poussée sur les boomers.

Il pense également que les compétences numériques de cette génération sont en partie responsables de leur zèle pour l’activisme, parce que cela leur donne la possibilité d’interagir avec le monde et d’autres militants comme jamais jusqu’ici.

Dans les générations précédentes, il y avait un sentiment que quand vous étiez jeune, vous étiez un spectateur passif, un adulte en attente, mais aujourd’hui, grâce à la technologie, les jeunes ont un sentiment de confiance en eux et la croyance qu’ils peuvent changer le monde.

Que ce soit pour faire avancer une cause, démarrer une entreprise ou poursuivre un rêve, le savoir-faire technologique de la Gen Z a amélioré sa capacité à faire passer leur message.

Toutefois, ils restent réalistes à l’image de Shawn qui sait que les médias sociaux a ses avantages et inconvénients ! Parole de génération Z 🙂 «Oui, vous pouvez obtenir une couverture à travers le monde en quelques minutes et vous pouvez le partager à travers le monde très rapidement, mais il faut aussi faire très attention à ce que vous faites parce que si vous dites une « mauvaise chose », elle peut se propager à travers le monde en quelques minutes»

La génération Z apprend beaucoup plus sur le monde autour d’elle (le monde dans le sens géographique du terme),  mais surtout plus rapidement que les générations passées, parce qu’il est devenu très facile pour elle d’accéder aux informations.

D’ailleurs, Sanjay Khanna, chercheur en prospective stratégique à l’Université de Massey College de Toronto, prévient :  la connaissance des problèmes du monde de la Gen Z  pourrait dépasser leur capacité à changer les choses. Tout le monde ne sera pas en mesure de briller, ajoute Khanna,

Autour du monde avec 1,9 milliard de génération Z

OnOff projet est une série documentaire, qui se concentrent sur les tendances sociales actuelles et à venir. L’épisode  1 couvre la génération Z

Ce documentaire d’observation de la génération Z par Natalia Hatalska en Pologne apporte sa pierre à l’édifice de la connaissance de la génération Z et oeuvre pour la rupture des stéréotypes à leur sujet. L’auteur donne quelques explications ici.

Un regret, qu’il soit seulement en polonais 🙁

Photographier la génération Z

C’est la première fois que je vois un travail photo réalisé sur la génération Z : Photographing Generation Z est l’oeuvre de l’australienne Jessica Longworth. La photo d’ouverture de cette revue de presse sur la génération Z est d’elle.

Elle répond à quelques questions sur son travail dans Vice.com ce qui n’est pas inintéressant !

La série de la photographe tourne autour du quotidien de sa soeur de 12 ans et la vie de ses amis. Jessica Longwoth voulais explorer l’identité d’une jeune génération, observer comment ils vivent, et découvrir la réalité des stéréotypes contre eux.

Elle remarque que sa soeur semble plus instruite sur les questions sociales qu’elle à son âge et plus instruits à l’école (attention, nous sommes en Australie, l’enseignement n’a rien à voir avec la France).

La génération Z grandit un peu plus rapidement que les autres générations et en savent beaucoup plus sur ce qui se passe dans le monde que la génération Y. En outre, ils ont un accès facile à la culture et ils sont conscients des dépenses d’argent

Sa plus grande surprise a été la façon dont ils interagissent les uns avec les autres.

Ayant déjà dépassé les limites du droit d’auteur avec l’image en début de billet, je vous invite à voir ses images sur Photographing Generation Z

Contraste entre les générations Y et Z

Tim Elmore, fondateur et Président de Growing Leaders et auteur dresse le tableau des « contrastes » entre la génération Y et la génération Z dans le Huffingtonpost (je note que de plus en plus d’article sur la génération Z paraissent sur ce support !)

La raison de cet article est que nous devons cesser de supposer que la génération Z est tout simplement une extension de la génération Y. Bill Clinton est un président de l’histoire, Madonna un « vieux »… comme Elton John ou Michael Jackson.

  • Alors que la génération Y dépensé de l’argent avec audace et peu de limites, 57 % de la génération Z préfère économiser.
  • Alors que la génération Y a passé du temps au centre commercial, la génération Z préfère les achats en ligne pour presque tous leurs achats … sauf pour les jeux en ligne.
  • Alors que la génération Y a grandi au cours d’une économie forte, la génération Z grandit dans une période de récession, le terrorisme, la violence, la volatilité et la complexité.
  • Alors que la génération Y a souscrit au tout social, la génération Z ne veut pas être suivis, préférant Snapchat, Secret, ou Whisper pour communiquer.
  • Alors que la génération Y regardé YouTube, Hulu et Netflix, la génération Z veut co-créer, en direct et contribuer à aider l’activité à laquelle ils participent.
  • Alors que la génération Y aimait le sport et l’aventure, la génération Z voit le sport comme un outil de santé, pas un jeu. Leurs jeux sont à l’intérieur. L’obésité chez les adolescentes a triplé depuis 1970.
  • Alors que la génération Y a grandi avecune capacité d’attention légèrement plus longue, la génération Z a une durée d’attention des 8 secondes. Environ 11 % sont atteints du TDAH (Trouble de déficit de l’attention / hyperactivité)
  • Alors que la génération Y a lancé la norme des messages texte, la génération Z préfère communiquer à travers des images, des icônes et des symboles. (tiens, moi, je préfère dire les vieux la lettre et l’écrit, la génération Y, la parole via les téléphones, on est d’accord sur la Z : image, image, image 😉
  • Alors que la génération Y s’inquiètent de son statut social et de la croissante des « likes » sur les médias sociaux, la génération Z s’inquiète de l’économie et l’écologie mondiale.
  • Alors que la génération Y a connu une vie qui tournait autour d’eux, la génération Z réfléchit à  l’adaptation des ménages multi-générationnels et des mariages (augmentation de 400 %).

La génération Z saura plus faire face à la réalité que la génération Y qui était sur de la réalité virtuelle !

Est-ce que votre entreprise est prête pour la génération Z ?

Inlassablement, je pense que nous trouverons régulièrement ce type de titres dans nos lectures au cours de cette année et de l’année suivante : Is your business ready for Generation Z? Cette fois ci, c’est Think-progress UK qui pose la question !

La Génération Z pourraient causer à votre entreprise des maux de tête graves si vous ne répondez pas à leurs besoins – à la fois comme clients et employés.

Le réseautage social ubiquitaire a conduit beaucoup d’eux à valoriser les réactions en ligne des pairs sur la réputation d’une marque et la plupart effectuent des recherches approfondies en ligne avant de se engager à tout type d’achat. Le concept de fidélité à la marque est rare chez les clients de la Génération Z, ce qui signifie que votre entreprise doit travailler plus fort que jamais pour le construire.

Cette nouvelle génération vit en ligne et Il est donc essentiel de s’assurer que votre marque est visible sur de multiples plateformes, y compris et surtout mobile !

Plutôt que de la publicité sur la télévision, considérez donc la puissance publicitaire de YouTube et les façons novatrices dont vous pouvez atteindre ce public en utilisant des contenus vidéo. (je pose juste une question… est ce encore Youtube qui est devant ?

Le recrutement des talents n’est et ne sera pas chose simple. Il est difficile de trouver les individus jeunes et talentueux pour des rôles numérique de pointe, car de nombreuses recrues potentielles ne viennent pas par les canaux traditionnels tels que l’université. Mettre en place une stratégie pour attirer et recruter ces talents est essentiel.

Beaucoup de membres de la génération Z pensent différemment, se comportent différemment et de s’engagent avec les employeurs d’une manière très différente de celles des générations précédentes. Ils sont souvent difficiles, opiniâtre, curieux, déterminé et pas toujours sûr exactement du genre de travail qu’ils veulent !

Ford utilise les résultats de son rapport sur les tendances (voir la revue de presse sur la génération Z du 5 jan ) afin de façonner leur nouvelle gamme de produits qui mettra en vedette les progrès technologiques : les voitures sans chauffeur et l’intégration des ordinateurs et des services basés sur le cloud dans leurs véhicules (tiens donc, on retrouve le sujet qui nous avait amené à se poser la question de l’intérêt pour un jeune de passer son permis de conduire !)

Ce genre de stratégie avant-gardiste est essentielle pour toutes les entreprises.

Ford cite la Génération Z comme la première «génération véritablement mondiale» qui sont désireux d’avoir un impact sur le monde.

Votre entreprise est préparée pour ces nouveaux niveaux d’innovation? Et plus important encore, êtes-vous prêt à prendre des risques pour atteindre à la génération Z?

5 stratégies pour le renforcement de transparence dans le milieu de travail

Rien d’étonnant à retrouver la génération Z citée lorsque l’on évoque la transparence dans le milieu de travail ! C’est ce qui se passe dans l’article de Forbes : Five Strategies for Building Transparency In The Workplace.

En effet, pour les membres de la génération Z, la transparence et la facilité de partage des connaissances et des données est cruciale pour la confiance dans le lieu de travail.

Comment préparer votre entreprise du bâtiment à l’arrivée de la génération Z

L’article How to Prepare Your Construction Company for the Arrival of Gen Z concerne la Grande-Bretagne, mais j’ai l’impression qu’il se passe la même chose en France !

L’alerte est donnée d’entrée pour le secteur du bâtiment (à mon sens, il n’est pas le seul !) : Répondre aux pénuries de compétences dans votre entreprise de bâtiment maintenant avant qu’ils ne dégénèrent en une crise !

La pénuries de compétences dans ce secteur est une question de premier plan. Les chiffres du dernier trimestre 2014 le confirme. De plus, une autre source indique que le nombre de personnes qui terminent un apprentissage dans le bâtiment a diminué de moitié entre 2008 et 2013.

Le bâtiment, avec son énorme demande de compétences techniques et l’artisanat souffre de l’obsession des gouvernements successifs à pousser les jeunes vers l’université.

La propagation rapide de la pénurie de compétences signifie que les entreprises du bâtiment qui cherchent à acquérir des talents ne sont pas seulement en concurrence les uns avec les autres, mais avec d’autres secteurs.

Certains craignent que la pénurie de compétences empêcheront la reprise économique du pays.

Donc, la question est : comment attirer la génération Z.

Le remède miracle est préconisé : utiliser les médias sociaux, l’entreprise doit y être présente.

Votre entreprise doit être aussi prête à adapter sa stratégie d’affaires et de recrutement pour répondre aux attentes de la génération Z y compris le travail à distance et le travail sur leurs propres dispositifs, notamment mobiles.

Loin de la technologie, il est important de donner à la génération Z le goût de la vie dans les travaux du bâtiment.

Marques : préparez  vous à vous engager avec la génération Z

C’est bien les articles qui possèdent un résumé 😉 Ainsi je peux dire :
Kelly Short décrit l’impact Génération Z aura sur le marché de détail et donne un aperçu pour les marques qui cherchent à engager la prochaine génération dans l’article de Guirks : Brands, prepare to engage with Generation Z.

Bon, je commence à vous connaître… 😉 vous n’allez pas vous contenter de cela 😉

La question n’est pas de savoir si la génération Z aura un impact sur le marché de détail, mais quand ! Ils sont déjà une force motrice dans l’économie.

Selon un rapport publié par l’agence de publicité JWT, plus de 70 % des parents disent que leurs enfants de la Génération Z influencent les décisions d’achat sur les vêtements et les repas de la famille. Plus de la moitié disent que leurs enfants sont aussi influents quand il s’agit d’électronique et les achats de divertissement !

Des études récentes ont montré que les enfants et les adolescents d’aujourd’hui n’utilisent pas la technologie de la même manière que la génération Y ! (c’est vrai, je m’en aperçois chaque jour à la maison !)

La recherche commence seulement à révéler les implications de ces différences et l’occasion est propice pour les détaillants et les marques de se plonger dans une compréhension plus profonde de la génération Z.

Pour commencer, nous savons que pour attirer l’attention souvent divisée de la génération Z, les messages doivent être rapide et simple, s’appuyant davantage sur des visuels plutôt que du texte.

La génération Z veut que vous appreniez à les connaître – et quand vous faites cet effort, ils veulent apprendre à vous connaître.

Au passage, je peux vous aider pour cela : séminaires, conférences, interviews d’agence autour des ados et de la génération Z et de l’avenir dans l’éducation, le recrutement, leur mode de vie, le commerce et le marketing… 😉

Je complète la lecture de cet article avec la présentation connecter votre marque avec la génération Z !

La génération Z surveille et choisit des aliments plus sains

L’article How to make healthier food choices for your family vient de Herald-dispatch.

Une enquête mondiale sur la santé globale et de bien-être de Nielsen, a montré que les plus jeunes consommateurs du monde entier sont beaucoup plus préoccupés par la qualité des produits alimentaires qu’ils consomment que leurs parents et grands-parents.

Plus précisément, la génération Z, qui comprend les consommateurs moins de 20 ans seraient prêts à dépenser plus d’argent pour des produits plus sains (Environ 41% par rapport à 32 % pour la génération Y et 21 % pour les baby-boomers).

les jeunes consommateurs sont préoccupés par les ingrédients alimentaires, les aliments génétiquement modifiés au profit des aliments naturels

Un autre article : Les jeunes consommateurs sont orientés pour manger en se souciant de leur santé (Younger Consumers Are Trending Toward More Health-Conscious Eating) dans le Huffingtonpost (encore lui 😉 reprend la même source d’informations.

On qualifie même d’obsession cette tendance qui semble être à l’ordre du jour de manger sain et propre.

Si l’information sur la santé et les produits ne semblent pas poser de particulièrement de problèmes en Europe et aux USA (toutes tranches d’âge confondues) :

  • 68 % des consommateurs d’Asie-Pacifique étaient moins convaincus de l’information reçus au niveau de la santé
  • 70 % des consommateurs africains doute de la validité de ces études
  • 73 % Latino-Américains étaient sceptiques de ces allégations de santé.

80 % des personnes interrogées ont déclaré qu’ils s’étaient engagés à manger et à maintenir un mode de vie sain pour prévenir ou, à tout le moins, atténuer leur santé et les questions médicales.

La génération Z au Japon

J’adore ce genre d’article sur un pays auquel on ne penserai pas au premier abord et généralement, on s’aperçoit que la génération Z au japon est à l’image de celle des autres pays ce qui permet de confirmer une fois de plus l’internationalisation de cette génération. Cette fois c’est le japon !

Lisons donc ‘Conformist society’ pushing Net addiction among Japan’s youths.

Les lycéennes au Japon passent en moyenne 7 heures par jour sur leurs téléphones mobiles et 10 % d’entre eux au moins 15. Les garçons : 4 heures.

Le problème soulevé et la préoccupation au Japon de cet usage qui est jugé abusif est la crainte qu’ils pourraient être traitées ou victime d’intimidation dans un groupe si elles ne répondent pas rapidement.

Une enquête de 2013 menée par le gouvernement sur des jeunes adultes a montré que 60 % des élèves du secondaire japonais avaient signes forts de la dépendance numérique.

La solution qu’ils ont mise en place : des camps « à jeun » sans smartphone avec une thérapie appelée « désintoxication numérique »,

Il semble également exister des Professeur d’informatique et de la technologie en toxicomanie (sic) ! Je connais des profs en France qui pourraient en faire partie !

Il semble donc que la génération Z est « souvent » sur son portable… par contre, le traitement par l’administration semble différent (pour l’instant).

J’ajoute ici pour faire contre-poids, le témoignage de Ravi Jain dans The Daily Pennsylvanian : Quand nos spirale de créations sont hors de contrôle.

Il y explique pourquoi son smartphone est indispensable puis il passe en revue des exemples dans des films, de la littérature et à la télévision de la disparition de l’humanité aux profits de nos propres créations… car il est conscient du problème ! Il propose aux auteurs qui tentent de prévoir un désastre imminent, de penser à adopter des «Black Mirror» de l’approche et d’aborder les problèmes de société créative.

Et je retiens surtout sa réflexion dans sa conclusion : …je pense que la seule chose que nous devrions craindre est d’être emprisonné par est notre propre étroitesse d’esprit. Les humains co-évoluent avec la technologie qu’ils créent.

Au lieu de craindre que la génération Z reste collé à leurs iWatches et n’ont pas les compétences sociales pour communiquer avec les autres, nous devons avoir confiance à leur apprentissage à utiliser les nouvelles technologies pour apporter des contributions intéressantes au monde !

Gen Z dans la maison – le futur de l’immobilier

Une plongée dans la génération Z et comment ils peuvent affecter le marché de l’habitation dans l’avenir (cliquez sur l’image pour arriver au journal)

gen z in the house page 42

gen z in the house page 42

Quel est le mot le plus populaire au monde ?

Le titre de l’article : What Is The World’s Most Popular Word?  est un peu piège. En effet, le mot le plus populaire de 2014 n’est pas un mot, mais un emoji (coeur). Le deuxième mot le plus populaire va à un symbole, le hashtag ! C’est le résultat du The Global Language Monitor dans son 15e Rapport annuel de la langue anglaise, publié en décembre.

Le coeur en emoji arrive en tête des mots utilisés à travers le monde … ce qui plait à la génération Z - source image : Global Language Monitor

Le coeur en emoji arrive en tête des mots utilisés à travers le monde … ce qui plait à la génération Z – source image : Global Language Monitor

Les adolescents de la Génération Z sont plus à l’aise avec cette forme non-verbale de la communication. L’étude fait observer que la plupart des ados trouvent gênant si aucun emoji n’est utilisé !

L’article du guardian : The rise of the emoji for brand marketing tombe à pic, d’autant plus qu’il parlent de la génération Z : Ils communiquent avec des messages texte et, de plus en plus, avec Emojis – seule images qui véhiculent l’émotion comme un clin d’oeil, un sourire ou un cœur.

Après avoir expliqué ce que sont les émojis, l’article donne des pistes que devraient envisager les marques pour une approche marketing avec des emojis.

Marketing to Generation Z: How an Emoji is worth a Thousand Words dans social media business boosters revient sur les émojis lui-aussi.

Les émojis ont transformé la façon dont il faut parler aux jeunes de la génération Z. Le pouvoir des mots a été remplacé par la puissance de Emoji (ce que confirme les résultats de l’enquête) du début de cette partie.

Il faut garder en tête le vieil adage «une image vaut mille mots». car en un émoji, c’est une seule expression faciale, une manière de signer ou de transmettre en une image tout ce qu’il faut comme émotion dans le message le plus compliqué.

A titre d’exemple, consultez cette campagne PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) lancé en 2014 – un brillant exemple d’un message sérieux communiqué uniquement par emoji.

Dans la tête d’une adolescente qui poste sur Instagram

Lauren Galley, dans Huffingtonpost pose la question se savoir si Instagram pourrait contribuer à l’anxiété des jeunes filles ? Dit comme cela, cela prête à sourire… mais sa conclusion : la méconnaissance d’Instagram par les parents  n’aide pas à l’éducation et au dialogue entre parents et enfants sur la confiance en soi, la sécurité…

Outre son exemple, elle fournit également 3 témoignages…

Vous ne connaissez pas Lauren Galley ? Teen Mentor, Author and President of Girls Above Society – TEDx Speaker – Huffington Post Contributor est-il inscrit dans Linkedin ! La voici lors d’un TEDx.

Futuristes, les dirigeants parlent innovation au 30e Forum Emerging Issues

La génération Z avait une place importante dans ce forum de 2 jours comme il est mentionné dans l’article : Futurists, executives talk innovation at 30th Emerging Issues Forum du Newsobserver

«Nous avons la première génération qui a grandi avec le numérique et ces enfants sont différents», a déclaré Don Tapscott. «Les jeunes font autorité sur quelque chose de vraiment important.»

La note amère : les gouvernements provinciaux et fédéraux ne font pas assez pour promouvoir la technologie ! et que les systèmes scolaires ne produisent pas suffisamment de diplômés en science et technologie. Et toc…

Les tendances inquiétantes de la génération Z

Ah, il n’y a pas qu’en France que l’on traître aussi péjorativement de la génération Z ! Ce genre d’article est très rare dans ma veille… C’est l’occasion d’en montrer au moins un 😉

Je parierai bien que le site politique dont il est extrait : liberty news now est conservateur 😉

Mais aussi

  1. How to target generation Z : un article où il est expliqué aux écoles comment faire pour attirer les jeunes de la génération Z
  2. More on the Salad Bar Challenge to Potato Industry : petit clin d’oeil car visiblement même l’industrie de la pomme de terre compte sur la génération Z pour changer le monde 😉  Mais en réalité c’est la filière de l’industrie alimentaire complète qui compte sur eux (voir Embracing change: Indulgence in the age of health and wellness)
  3. Are You Prepared For The Coming Tide Of Teens? c’est Media Post qui fait du teasing sur une enquête autour des habitudes médiatiques et les préférences des 13-24 ans appelé le rapport Acumen !Cet annonce m’amuse car il mentionne la réaction des personnes lors des présentations aux grandes marques : C’est exactement ce que mon ados de 16 ans fait». Exactement la même phrase que j’entends lors des séminaires ou des conférences autour des ados et de la génération Z 🙂 Le sentiment généralement partagé par les participants est qu’ils ne se sentent pas bien informés de ce qui est à venir. Là, encore, en France, vous avez la solution 😉 Vous pouvez me contacter 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.