génération Z : la revue de presse francophone du 19 janv

auteur 

Eric Delcroix est spécialisé en conseil, contenu, communication digitale, formation, internet, réseaux et médias sociaux, picture marketing, Facebook, Pinterest, Linkedin, Twitter, génération Z

    Plus d'informations sur Eric Delcroix :
  • facebook
  • flickr
  • googleplus
  • linkedin
  • pinterest
  • skype
  • twitter
  • youtube
le Z de la génération Z

le Z de la génération Z

La semaine dernière… j’étais occupé avec #Jesuischarlie… Alors, même si je n’ai pas fait de revue de presse sur la génération Z, ce n’est pas pour autant que je n’ai les pas observé !

D’ailleurs, dans l’article Il n’y aurait pas eu de je suis Charlie sans les médias sociaux, l’une des parties est consacrée à la génération Z où je me demande si le mouvement Je suis Charlie coïncidait avec l’émergence de la génération Z et si la génération Z n’est pas représentative de la génération Je suis Charlie !

Voilà, c’est dit passons à la revue de presse Francophone de ces quinze derniers jours sur la génération Z et reconnaissons le pas grand chose à se mettre sous la dent !

Génération Z – Ressources et Pédagogie

Génération Z : ce que veulent les moins de 20 ans

C’est dans la rubrique voiture du site du Journal des femmes que j’ai découvert cet article : Génération Z : ce que veulent les moins de 20 ans.

C’est amusant de retrouver les tendances décrites par Sheryl Connelly pour Ford dans cette rubrique… 😉 Je les aurais plutôt mise dans la rubrique société 😉

La génération Y est dépassée. Aujourd’hui, c’est déjà la génération Z (Gen Z) qui forge les prochaines tendances.

  • Voici les tendances retenus… sur les membres de la Génération Z
  • Veulent prendre les choses en main
  • La notion d’échec n’existe plus (version Beta perpétuelle)
  • De nouveaux mode de paiement
  • Un monde « à la carte » (accès aux produits et aux services, avant la propriété).
  • Redéfinition de la famille (Aux Etats-Unis, 76 % des adultes incluent les amis proches, sans lien du sang, dans leur définition de la famille. Ils sont 72 % au Brésil, 58 % en Allemagne et 52 % en Chine).
  • Disparition de la notion de vie privée (je préférerai que l’on dise nouvelle notions de vie privée… plutôt que disparition 😉
  • Le poids grandissant des obèses (attention, l’étude est d’origine US)
  • S’évader du quotidien (expériences exclusives).
  • Génération mobile (vivre à l’étranger, drones, paiement dématérialisé, auto-partage…)

Les ados boudent Facebook et Twitter, mais plébiscitent Instagram, Snapchat et Tumblr

L’article Les ados boudent Facebook et Twitter, mais plébiscitent Instagram, Snapchat et Tumblr est signé Frédéric Cavazza. Pour ceux qui ne connaissent pas l’auteur, c’est une figure incontournable dans le secteur du e-commerce Français.

Les ados sont une population néanmoins essentielle à étudier pour identifier les prochaines tendances et pouvoir anticiper dans quelle direction le marché va se déplacer.

Cher Fred, c’est l’une des raisons d’être de ces revues de presse régulière dans ce blog 🙂

L’important est de comprendre leur comportement, les raisons qui les poussent à adopter ou délaisser telle ou telle plateforme.

Le reste de l’article concerne l’articleA Teenager’s View on Social Media qui décrit l’état d’esprit d’un jeune homme de 19 ans censé être représentatif de la génération  Z. Il passe au crible : Facebook, Instagram, Twitter, Snapchat, Tumblr, Yik Yak, LinkedIn, Pinterest, WhastApp, GroupMe.

Voici les principaux enseignements que tire Frédéric Cavazza

  • les jeunes attachent beaucoup d’importance à la libre expression (tiens donc, on retrouve du Je suis Charlie là dedans 🙂
  • ils ne se soucient guère des problèmes de confidentialité (ça, je ne crois pas, au contraire).
  • Les plateformes sociales mobiles sont de loin les plus populaires,

YouTube n’est pas mentionné (ils ne s’en rendent plus compte qu’ils l’utilisent ?) et Google+ n’est pas mentionné… Mes réactions sont un peu différentes que celles de Cavazza ! YouTube n’est pas considéré par eux comme un média social, mais comme un média avant tout ! Et pour Google +, il n’en voit absolument pas l’intérêt… Ils n’ont pas besoin d’une second Facebook… Ils choisissent et utilisent leurs outils en fonction de leurs besoins et rares sont ceux qu’ils « doublonnent ».

Détestés ou adulés, les médias sociaux doivent être domptés

L’article de la Tribune de Genève : Détestés ou adulés, les médias sociaux doivent être domptés donne un bon complément de l’article précédent,

Des étudiants ont réalisé des courts-métrages pour savoir si les médias sociaux ont une influence sur le lien social.

Chaque génération développe une forme d’autocomplaisance sur l’usage qu’elle fait de ces médias. Le regard est en revanche critique concernant leur utilisation par les autres groupes d’âges

L’approche est totalement différente entre les «baby-boomers» et la génération Z (qui sont les plus actifs sur les réseaux sociaux afin de se créer une identité numérique qui fait partie intégrante de leur identité sociale.

Pour la génération Z, renoncer à cette identité sociale, c’est risquer l’exclusion et de ne plus exister assez pour leurs pairs.

Et je retiens la phrase : La prévention plutôt qu’un discours moralisateur permettra de valoriser les usages que l’on peut faire des médias sociaux qui conclut la recherche.

En complément, je glisse un extrait de l’article du Figaro : «JeSuisKouachi»: doit-on contrôler Twitter?

On porte aux nues, dans une sorte d’utopisme digital, la Génération Z, les Millenials ou les digital natives (à savoir la génération née avec Internet et les réseaux sociaux) comme étant sensés tout connaître du fonctionnement de ces réseaux. Mais il leur manque souvent l’essentiel, à savoir la perspective. Celle qui peut faire qu’Internet et les réseaux sociaux constituent de véritables vecteurs de sociabilité et de vivre ensemble. Et c’est dans cet espace ouvert que doit se transmettre et se vivre la citoyenneté aujourd’hui pas en dressant des murs imaginaires et chimériques. Le digital, c’est la liberté. A exercer avec responsabilité

Quel marketing pour la génération selfie ?

L’article de l’ADN est un article « vieux », il est daté de la mi-décembre dont j’avais oublié de parler 😉

L’article concerné : Quel marketing pour la génération selfie ? est une « reprise » de l’étude « Hashag Nation ».

À y regarder de plus près, difficile de dire qu’elle concerne la génération Z puisque l’étude a été réalisée auprès d’un échantillon de 16 à 64 ans (avec une surpondération sur la tranche 16-34 ans).

Difficile à partie de là d’accorder un crédit au 45% des 16-34 ans qui déclarent que les marques jouent un rôle essentiel dans leur vie alors que généralement on lit l’inverse et 60% apprécient qu’une personne qu’ils admirent consomme les mêmes marques qu’eux (là encore le pourcentage est contestables avec d’autres études plus spécifiques sur la génération Z dans ce blog).

41% des jeunes estiment qu’elles ne s’adressent pas à eux de la bonne manière et 68 % d’entre eux pensent que le monde irait mieux si l’on possédait moins et partageait plus semblent plus cohérent avec d’autres lectures.

S’ensuit une série de conclusions envers la « Pop culture » (merci de m’expliquer ce qu’elle est 😉

  • La pop culture fait de la technologie le nouveau graal.
  • La pop culture a modifié les règles de l’accès à la consommation.
  • La pop culture a révolutionné la socialisation des plus jeunes.

L’auteur de l’article termine par les réponses apportées par cette étude :

  • pour séduire les jeunes, les marques doivent impérativement poser la question du passage du produit au service, en utilisant la technologie pour étendre leur champ d’action du côté du service, voire en utilisant la technologie pour concevoir de nouveaux produits et services
  • Le marketing générationnel est d’abord un marketing de l’accès qui doit permettre à une cible dont le pouvoir d’achat reste faible (tout est relatif et c’est mésestimer son pouvoir d’influence dans le milieu familiial pour les plus jeunes), d’accéder aux propositions des marques. Reste donc à réinventer de nouveaux modèles d’accès qui incluent le consommateur dans la chaîne de valeur pour proposer des expériences à la fois valorisantes et à faible coût.
  • Pour séduire les jeunes, les marques doivent se connecter à la pop culture (merci de nous donner une définition précise car on met n’importe quoi dans ce concept livré comme cela !) et donner accès à des contenus valorisants et utiles dans la construction de leur identité.

Nouveaux modèles : en route pour la mutation

Rare de trouver dans un site dédié au DSI une parole sur la génération Z. Pourtant, c’est le cas dans info dsi, lors d’une Interview de Vincent Ricordeau, fondateur de KissKissBankBank, à l’occasion des 40 ans de Baker Tilly France.

Je ne vais pas vous faire le compte rendu complet de l’article… car il n’est pas entièrement consacré à la génération Z… mais focaliser sur ce qui a été dit à leur sujet !

C’est le début d’une nouvelle ère, où on peut communiquer, échanger, produire en contournant les organisations issues des deux premières révolutions industrielles. Une économie circulaire se crée, d’individus à individus (peer to peer), où on s’échange des informations, des biens et des services sur un mode horizontal. La troisième révolution industrielle est en marche…

…A terme, chacun pourra fabriquer (ndlr grâce à l’impression 3D) chez soi les objets dont il a besoin. Les plans de fabrication circuleront gratuitement sur Internet. Il faudra revoir tout notre modèle industriel. Nous allons passer d’une logique de production de masse à une logique de production individualisée en masse. C’est un changement majeur.
Evidemment, il faut attendre une ou deux générations pour voir la généralisation de ce paradigme et de ses effets sur notre modèle de société. Nous sommes une génération de transition ; ce sont les moins de 25 ans et ceux qui sont en train de naître qui changeront véritablement le monde. Nous devons, à notre niveau, les y aider en leur préparant le terrain, autant que faire se peut.
L’économie circulaire va remplacer l’économie verticale. J. Rifkin pense que le capitalisme va disparaître au profit d’une économie collaborative.…

…Cette relation directe entre les individus remet complètement en cause notre logique d’individualisme et d’hyper-compétitivité. C’est désormais davantage une logique plus collective qui prend le dessus. Cela rejoint d’ailleurs les attentes de la génération Y, et plus encore de la génération Z. Ils recherchent, notamment dans le monde du travail, davantage de sens et remettent en cause les hiérarchies pyramidales et l’autorité factuelle qui va avec.

La génération Z dans les 9 résolutions pour faire face aux grandes tendances RH en 2015

Parmi les 9 résolutions pour faire face aux grandes tendances RH en 2015 proposées par Exclusive rh sur leur site, la génération Z se retrouve dans la Tendance n°2 : La pyramide des âges crée une main d’œuvre diversifiée et multi-générationnelle avec comme Résolution pour 2015 : Découvrez ce qui motive vos collaborateurs – de la génération silencieuse aux Digital Natives.

La génération Z, prodige ?

Je vous mets le lien vers le Storify Génération Z réalisé à l’IUT de Tourcoing… Tiens donc, mes anciens confrères de l’université de Lille 3 🙂

Allez, je vous copie-colle ce qui est écrit suite à l’article d’Atlantico où je répondais à la journaliste en prenant pour base les revues de presse de ce blog 🙂

Cet article, issu du site d’informations Atlantico.fr, dresse le portrait de la génération Z et la dépeint comme une armée de jeunes adultes nombrilistes et irrespectueuses vis-à-vis des précédentes générations. Cette enquête ne repose sur rien et n’est qu’un amas de clichés énumérés les uns après les autres afin de stigmatiser encore et toujours une grande parte de la jeunesse actuelle et nuire à son image déjà peu reluisante. Les membres de cette génération Z partagent, bien évidemment, de nombreux points communs dont une maîtrise certaine des nouvelles technologies mais il ne faut pas, pour autant, tirer des conclusions et en faire des personnalités formatées.

Je n’ai pas été plus loin dans ma lecture…  car je ne comprends pas dans quel cadre a été réalisé ce travail et quel sens lui donner…
De plus, je pense que pour le coup, il aurait été intéressant pour les étudiants (visiblement) d’aller voir un peu plus loin que leurs premières lectures puisque j’ai corrigé par exemple le côté irrespectueux dans ce qui avait été donné aux étudiants Canadiens comme travail sur ce même texte (rire… un avis de lecteur contre plusieurs 😉
Peut-être aussi l’enseignant (mais je ne connais pas les conditions pédagogiques… dans lesquels l’exercice a été réalisé) aurait pu réagir.
Enfin, si ces étudiants travaillent sur la génération Z et qu’ils ont repéré mes propos… je trouve toujours bizarre alors que j’habite à quelques kilomètres de Tourcoing qu’aucun n’ait pris la peine de me contacter… pour demander au moins des explications. J’ai d’ailleurs un doute sur l’utilisation de ce blog comme source d’informations sur le sujet !
Rire… Je vais bientôt croire que dès que mon nom est prononcé dans le cadre de Lille3, mes ex. camarades de travail ne veulent pas entendre parler de moi 🙂
Pas très scientifique tout cela 😉

La génération Z face aux réseaux sociaux

La génération Z inspire semble t-il les établissements scolaires et universitaires… car j’ai trouvé un site sur un TPE (Travaux personnels encadrés) sur les réseaux sociaux et la génération Z.

Je n’ai pas le temps de leurs répondre en commentaires, dommage 😉

Et cette semaine, je reçois un élève de Première qui fait le sien sur les réseaux sociaux 😉 on parlera de la génération Z à n’en pas douter… 🙂

Spécial DYS

Comme je n’ai pas matière à faire un article sur les dys., j’ajoute ce site : LES « DYS » : un site consacré aux troubles des apprentissages. J’avoue ne pas avoir parcouru tout le site, mais cela fait toujours du bien de trouver un nouveau lien sur le sujet 😉


Laisser un commentaire