génération Z : revue de presse exceptionnellement un mardi

auteur 

Eric Delcroix est spécialisé en conseil, contenu, communication digitale, formation, internet, réseaux et médias sociaux, picture marketing, Facebook, Pinterest, Linkedin, Twitter, génération Z

    Plus d'informations sur Eric Delcroix :
  • facebook
  • flickr
  • googleplus
  • linkedin
  • pinterest
  • skype
  • twitter
  • youtube
génération Z :  ce qui c'est dit sur le net cette semaine

génération Z : ce qui c’est dit sur le net cette semaine

Eh oui, d’ordinaire la revue de presse sur la génération Z est le lundi, mais la Pentecôte est venue chambouler l’organisation des journées… et donc, cette semaine, vous retrouvez ce qui se dit sur la génération Z autrement dit nos enfants et nos adolescents ce mardi !

Voici ce qui arrive quand un enfant quitte l’éducation traditionnelle

J’avais évoqué le homeschooling dans l’une des dernières revue de presse sur les ados et cette semaine c’est Esprit Science Métaphysiques qui propose un article sur le sujet intitulé Voici ce qui arrive quand un enfant quitte l’éducation traditionnelle. En introduction, nous avons l’intervention au TEDx de Logan Laplante (un garçon de 13 ans scolarisé à domicile) qui peut être sous-titré en français.

Une seconde vidéo des TEDx illustre l’article, celle de Ken Robinson en 2007 lorsqu’il a expliqué la façon dont l’éducation tue la créativité. Il me semblait l’avoir déjà vu traduite… mais je ne remets pas la main dessus… donc, ce sera en anglais à moins qu’une bonne âme vienne donner le renseignement 😉

Entre ces 2 vidéos Claire nous apporte son témoignage, elle qui a quitté l’école au niveau du lycée et prône «de faire un changement vraiment radical dans le fonctionnement de notre système d’éducation».

Les jeunes boudent-ils vraiment Facebook ?

En voilà une question qui est bonne ! Régulièrement désormais nous entendons dire : «Les jeunes quittent Facebook pour utiliser Twitter !» La raison : «parce que leurs parents sont sur Facebook

Mon point de vue est un peu différent. Les jeunes comme les adultes utilisent moins Facebook devant la panoplie d’outils mis à notre disposition. Avant, il n’y avait que Facebook… et aujourd’hui on a le choix quand on est jeune entre Facebook, Twitter, SnapChat, WhatsApp, Instagram, etc. Chacun des outils ayant sa propre utilisation.

Donc, le dossier du journal du net sur le sujet des jeunes et Facebook ne pouvait que m’intéresser.

La série de données qui retient mon attention est celle où le JDN, en partenariat avec Comscore, a tenté de déterminer la réalité en France et dans le monde de la désaffection de Facebook par les jeunes.

Attention toutefois, l’étude porte sur les 15-24 ans qui ne sont pas seulement des générations Z et seconde remarque, l’étude a été réalisé sur le web fixe, alors que les jeunes utilisent prioritairement surtout sur les réseaux et médias sociaux les machines portables. L’un compensant peut-être l’autre car je pense que les 15-18 ans « quittent » plus facilement Facebook que leurs aînés.

Donc, oui, avec les réserves précédentes, l’audience de Facebook a diminué de près de 12% entre mars 2013 et mars 2014.

Les 2 autres pages du dossier s’écarte du sujet à mon goût !

Et si je devais répondre à la question poser… avec le recul nécessaire à l’analyse, je répondrais que les jeunes ne boudent pas plus Facebook que les adultes !

Génération Z, les sauveurs du monde ?

Même le Financial Times s’intéresse à nos ados puisqu’il publie l’article Generation Z, the world’s saviour? (Génération Z, les sauveurs du monde ?). Ne soyez pas effrayé par la protection de l’accès, il est possible de lire l’article 😉

En préambule, Brian Groom présente les 16 à 25 ans (il serait nécessaire que nous nous accordions un jour 😉 qui sont ceux qui ne consomment pas d’alcool ou moins au Royaume-Unis, qu’ils fument moins et prennent moins de drogues. La violence est en baisse parmi eux ! Des comportements qui sont peut-être une forme de rébellion contre les excès de la génération précédente ?

Peut-être faudra t-il attendre que cette génération applique son approche pour nettoyer la vie publique y compris politique ?

Attendre la génération Z pour cela est peut-être optimiste. Ils sont une collection d’individus, pas un mouvement et par exemple, beaucoup choisissent de ne pas voter.

Cette génération a un intérêt à long terme à voir le monde nettoyé de la corruption et de ses dérives.

À noter que ce n’est pas la première fois que je rencontre cette notion de génération Z comme sauveur du monde ! Autant, je peux les soutenir que je pense qu’il est dangereux de leur faire tout reposer sur les épaules…

Génération Z : CTRL + T ?

L’article de web Marketing sur la génération Z commence bien puisque évoquant la génération précédente, la génération Y, il considère comme moi depuis des années que c’est la génération sacrifiée, coincée qu’elle est entre la génération des vieux et l’arrivée de la génération Z qui bousculera tout sur son passage !

Le décor est planté : «La génération Z n’a jamais vécu sans Google, sans Facebook, sans smartphones et sans la crise». Comme les enfants et ados ne profiteront pas des mêmes conditions de vie que les générations précédentes, ils évoluent différemment.

Tiens, je ne connaissais pas l’expression «génération Easyjet». Il faudrait qu’un jour je réalise un listing des surnoms qui leurs sont donnés !

Les jeunes (15-25 ans – tiens encore une tranche d’âge qui correspond plus à des enquêtes marketing que sociologiques 😉 Ils peuvent commencer à dépenser ! Les marketeurs n’ont pas encore compris que désormais les ados dès 13 ans peuvent avoir leur carte de crédit !), bref, les jeunes sont constamment à l’affut des « soldes » sous entendu le coût le moins cher possible et dépensent intelligemment, faisant confiance aux avis laissés par leurs pairs. Autre « surnom » qui leur est donné : fauxsumerists.

Débrouillardise et autodidacte sont leurs maîtres mots. Rien d’étonnant à les retrouver dans le monde du DIY (Do It Yourself) dans les thématiques comme coudre, fabriquer, cuisiner, tricoter… La cuisine de mémé Moniq est un bon exemple 😉

Et voilà que la génération « poucette » de Michel SERRES est nommée 😉 mais au final, la lecture de l’article apporte peu de solution marketing… pour réussir à vendre à la génération Z !

Cela semble rester un mystère… alors qu’il suffit de leur poser la question, non ? Non, parce que cela remettrai en cause les bases même du marketing… Allez savoir ! Je dois réaliser une interview de mes deux Z. Promis, je pose la question à l’une d’elle 😉

Est-ce que votre marque sais pas quoi faire avec Gen Z?

Il ne faut pas attendre longtemps pour avoir la réponse à la question posée en filigrane dans l’article précédent : Est-ce que votre marque sais pas quoi faire avec la génération Z ? (Does your brand know what to do with Gen Z?).

Pour s’adapter aux adolescents et préadolescents, selon T.J. Marchetti, directeur du marketing de AwesomenessTV propose de faire l’expérience de se comporter comme eux. Cela signifie regarder ce qu’ils regardent – même si vous ne comprenez pas – et observer comment ils se comportent avec les médias sociaux.

Autrement dit : prendre un cours intensif de Gen Z 🙂 Il est temps de commencer à parler leur langue.

L’autre conseil donné par M. Marchetti est de focaliser sur YouTube ! Je suis moins en accord sur ce point !

Pour la semaine Gen Z: Vogue tests le commerce via Instagram

Synthèse de l’article How Vogue is making (a little) money on Instagram, l’article ipg media lab met l’accent sur la génération Z dans Gen Z Week: Vogue Tests Instagram Commerce.

En effet, désormais, les adolescents s’orientent vers un web plus visuel, fait de partage de photos et d’images par Instagram et Pinterest. Pour eux, les photos représentent un repère visuel authentique qui illustre une version plus réelle de la vie.

La génération Z – nouveau « péril jeune » pour l’entreprise ?

Ah. À votre avis… ce titre, il est d’origine Française ou Anglophone ? Rien qu’en le découvrant je dirais 99 % de chance qu’il soit Français ! Bon, d’accord, je connais l’article dont je vais parler… mais je me répète, il n’y a qu’en France que nous voyons un péril avec l’arrivée de la génération Z !

Divers idées n’échappe pas à la règle !

Tout çà pour çà aurais-je tendance à dire après avoir lu l’article. Je ne vois vraiment pas où se trouve se péril jeune après lecture. Encore une fois, un article qui semble être fait pour dire : nous avons parlé de la génération Z mais qui n’apporte rien de concret sur eux, leur devenir, leur intégration dans l’entreprise.

Qui plus est, il y a confusion entre génération Z et génération C ! Allez, zou, un p’tit passage sur la chronologie des générations s’impose 😉

Et pour compléter ou remplacer cette lecture, je renvoie ceux qui s’intéresse au sujet au petit livre blanc : generation Z response to kpmg’s – future of work.

Les frontières ont atteint leur limite

L’article de Saskia Van UffelenLes frontières ont atteint leur limite est très intéressant car il pose la problématique de la génération Z qui ne fait pas grand cas des délimitations, structures et autres hiérarchies (plus de distinction stricte entre le physique et l’online, le professionnel et le privé, le directeur et l’employé, le local et l’international, le bureau et la maison…) avec son arrivée en entreprise.

quand je râle après les scientifiques…

L’article semblait prometteur. Imaginez un scientifique qui parle de la génération Z ! Mais, il y a un mais.. il faut payer pour accéder aux 5 pages de l’article en question.

Je crois qu’il n’y a plus que les scientifiques qui font payer ce type de lecture… L’un des argument que l’on m’a avancé dernièrement était que le grand public ne pourrait certainement pas comprendre ;-(

Donc dommage… mais je ne sais pas ce qui est dit et ne peux donc vous en faire écho !

http://www.studymode.com/essays/Generation-x-53418647.html
Generation
 X

Generation Z Research Paper Abstract This paper reflects research found on generation ZGeneration Z, the current generation, “nickname digital …

Qui est la génération Z (la génération Divergente ?)

Christina McCale dans Linkedin pose la question : Who is Generation Z (the Divergent Gen?) et affirme : «la Génération Z – ou ce que certains commencent à appeler le « Divergent Generation » – sont vraiment différents».

Elle constate également que l’innocence ne dure pas longtemps avec cette génération. Ils connaissent l’incertitude de la vie, du travail et de l’argent. Ils n’ont pas à devenir acteurs ou stars d’un sport pour être des «célébrités».

Ils peuvent s’approprier leurs propres rêves et faire la différence compte tenu de la multitude de possibilités offertes par les médias sociaux, le Web et la technologie qu’ils ont à leur disposition.

Intelligemment pour conclure, Christina McCale demande et je vous pose les mêmes questions : Quelles sont vos observations sur cette génération? Que pouvons-nous apprendre d’eux?

Je vous laisse la semaine pour le faire (après aussi si vous le voulez… ). À la semaine prochaine 😉


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.