génération Z : la revue de presse internationale du 8 nov

Génération Z - ©JamesChetwald

Génération Z – ©JamesChetwald

Ouf, j’espère avoir fini la revue de presse internationale des semaines passées sur la génération Z avant de publier la revue de presse issue du monde Francophone. Gagné… je publie celle-ci ce lundi et demain, ce sera la revue de presse issue du monde francophone 🙂

Dangdang (Chine) met à jour son logo et son slogan pour plaire aux jeunes acheteurs

L'ancien et le nouveau logo Dangdang  qui est fait pour plaire à la génération Z

L’ancien et le nouveau logo Dangdang qui est fait pour plaire à la génération Z

Un communiqué de presse nous apprend que Dangdang, l’un des leaders du e-commerce en Chine, concurrent de Amazon, outre son logo, il met en place un nouveau slogan «Osez faire, Osez prendre» (Dare to do, Dare to take) qui remplace le slogan original « Enjoy Online Shopping at Dangdang », qui avait été utilisé les 15 dernières années.

Voici ce qu’explique le brand director of Dangdang au sujet de ces changements notamment du slogan…

Le nouveau slogan «Dare to do, Dare to take» démontre que Dangdang continuera à respecter les principes suivants : l’honnêteté, pas de faux, pas de fausse promotion et aucune publicité trompeuse. P

endant ce temps, du point de vue des consommateurs, ce nouveau slogan montre que Dangdang a adopté une nouvelle attitude : être responsable et être digne de confiance. (ndlr : si ce n’est pas viser les Z, je me trompe)

Aujourd’hui, la génération Z est devenu le groupe de consommateurs dominant dans le marché de la consommation en Chine. La nouvelle mise à jour de la marque et le nouveau slogan permettront à Dangdang d’attirer plus de jeunes consommateurs et de maintenir une relation étroite avec eux.

Et si la Chine nous donnait des exemples 🙂

La génération Z Tanzanienne révèle leurs propres objectifs mondiaux

Je répète souvent à qui veut l’entendre que l’une des caractéristiques de cette génération Z est d’être internationale… J’ai débuté par un article qui vient de Chine, je change de continent pour passer à l’Afrique (en Tanzanie) et un peu plus loin, on parlera de l’Australie et on retournera en Asie, sans compter les articles dont je n eparle pas !

C’est grâce à One (organisation internationale qui à pour but de mettre fin à l’extrême pauvreté et aux maladies évitables, particulièrement en Afrique) que nous apprenons que Tanzania’s Generation Z reveal their own global goals.

Jamie Drummond a demandé à 15 adolescents qui auront 15 en 2015 d’imaginer qu’ils ont une audience avec Ban Ki-moon à l’ONU à New York, ou avec le président Obama à la Maison Blanche ou encore avec le président de la Tanzanie. A eux d’imaginer les demandes qu’ils feraient.

Ils ne sont pas contenter de revendiquer. Ils se sont clairement engagés eux aussi.

En quelques minutes, ces adolescents ont définis les éléments de base des nouveaux objectifs de développement qui sont en cours de négociation et qui doivent être approuvées en septembre 2015 à l’Assemblée générale de l’ONU  :

  • l’accès à des possibilités de vivre dignement,
  • des gouvernements locaux « décents » qui respectent les gens comme des citoyens égaux,
  • donner à la jeunesse quelque chose à espérer, le rêve d’une vie pleine de possibilités.

Et comme la génération Z est partout dans le monde, ils aiment la technologie – même si les équipements de bases sont hors de portée pour la plupart. Aucun d’entre eux ne dispose d’un téléphone mobile ou d’un ordinateur. La seule télévision locale est dans un bar et même les radios sont rares.

Pourtant, ils ont soif de connaissances du monde extérieur.

La fin de l’article, si elle est intéressante concerne moins la génération Z au premier chef puisqu’il y est plus question de la gestion de la crise de l’épidémie d’Ebola qui a rappelé (le sida été la dernière) à cette génération que les systèmes de santé sont pauvres en Afrique

5 raisons pour lesquelles la Génération Z pourraient être ceux qui nous sauvent

C’est dans le bloc sustainable brands que j’ai découvert ce texte « d’espoir » :  5 Reasons Generation Z Could Be the Ones to Save Us. Je suis curieux d’en savoir plus…

La Génération Z ne fait que commencer à produire les électeurs, les consommateurs, les travailleurs et les parents d’aujourd’hui.

Cinq facteurs suggèrent qu’il pourrait être ceux qui règlent la question du développement durable et qui offrent des opportunités aux marques qui veulent embrasser le développement durable. Voici ces 5 facteurs :

  • Qu’est-ce qu’ils achètent
  • En quoi ils croient (ils différencient l’image de marque et la réalité)
  • Qu’est-ce qu’ils acceptent (ils ont un degré remarquable d’altruisme)
  • Ce qu’ils veulent, pour un monde meilleur
  • Où ils veulent travailler

Est-ce que les ados en savent plus sur l’argent que leurs parents ?

En lisant le titre de US News : Do Teens Know More About Money Than Their Parents? je me doutais un peu de la réponse positive de l’article. Il me restait à connaître les arguments avancés par Kimberly Palmer ! Je le dis de suite, cela ne me convainc pas !

Ces jeunes consommateurs ont grandi dans l’ombre de la récession, et ils semblent avoir appris ses leçons, en tout cas, des études suggèrent que la récession a peut-être rendu cette génération d’adolescents plus consciente de l’épargne, de l’investissement et leur a donné l’esprit d’entreprise.

Un sondage de TD Ameritrade a permis de constater que 57 % des 14 à 24 ont dit qu’économiser de l’argent est «très important» pour eux, contre 50 % dans l’enquête de l’année dernière.

Lorsqu’on leur a demandé ce qu’ils feraient avec un cadeau de 500 $, 9/10 ont dit qu’ils épargneraient au moins une partie de celui-ci. La Génération Z commence en moyenne à travailler à plus jeune (17 ans) que la génération Y (18 ans).

Une autre enquête de Better Homes and Gardens Real Estate montre qu’ils (les 13-17 ans) étaient prêts à faire de gros sacrifices pour atteindre leur objectif de devenir propriétaire, et ils ont une vision étonnamment réaliste du coût de leurs futures maisons.

Les adolescents sont également confiants dans leurs compétences en finances personnellesUn peu plus de la moitié ont dit qu’ils pensaient en savoir plus sur les économies de leurs parents au même âge.

Le sondage de TD Ameritrade a également souligné le rôle des parents qui donnaient des « leçons » sur la récession à leurs adolescents. 84 % d’entre eux ont parlé d’épargne et d’investissement avec leurs enfants avant 15 ans, souvent à 14 ans.

28 % pensent que le marché boursier n’est pas un bon endroit pour leurs investissements à long terme, ceci étant certainement dû à leur aversion pour le risque.

Changement dans les habitudes de partage en ligne pour les adolescents et les jeunes adultes

Un autre communiqué de presse nous informe des résultats d’une étude de Harris Poll où la jeune génération est de plus en plus frustrés par le manque d’authenticité des pairs en ligne.

3/4 des répondants possèdent un ordinateur portable (73 %) ou un smartphone (72 %), donc rien d’étonnant à ce que la jeune génération partage plus d’informations dans les médias sociaux.

Toutefois, 4/5 (81 %) pensent que les gens de leur âge partagent trop d’informations en ligne. Une majorité convient que la plupart des gens en ligne sont eux-mêmes « une petite quantité de temps » (69 %). Plus de la moitié (57 %) disent qu’ils veulent en ligne des messages plus authentique de leurs amis .

«Cette nouvelle étude de recherche soutient notre théorie selon laquelle il y a un changement culturel en cours, conduit par la génération Z, qui montre une préférence pour l’authenticité en ligne et des espaces de groupe plus privés pour partager sélectivement des informations différentes avec différents sous-ensembles de personnes», dit Kim Doyon, directeur général de Camp mobile Inc. (commanditaire de l’enquête)

L’étude se poursuit, chiffes à l’appui, sur l’influence de la présence des adultes (notamment parents, oncles et tantes, et / ou d’autres parents plus âgés) sur le comportement des jeunes dans les réseaux sociaux, ce qui les empêche d’être ce qu’ils voudraient êtres.

44 % disent ne pas publier des choses en ligne parce qu’ils pensent qu’un parent pourraient le voir et 31% en pensant au recruteur potentiel pour un emploi.

Cela n’empêche pas le temps passé sur les médias sociaux d’augmenter (39% consacrent la même quantité de temps sur les comptes de médias sociaux par rapport à l’an dernier et 35 % disent qu’ils passent plus de temps) mais 66 % considèrent qu’ils ne partagent pas autant d’informations en ligne qu’avant.

Pourquoi la génération Z a besoin d’un oiseau et les abeilles pour bavarder dans le monde numérique

Brand Republic publie l’article Why Generation Z needs a ‘birds and the bees’ chat about the digital world.

En préambule, vous en aurez besoin pour comprendre l’article si vous ne le connaissez pas, de découvrir le « monde » de PewDiePie.

Voici donc l’une de ces vidéos.

Effet de la technologie, au cours de l’entretien avec son père, la fille de Dino Burbidge, l’auteur de l’article, a eu le « syndrome de manipulation des médias » car la liste des vidéos les plus populaires qui était sa référence été basée sur des vidéos qu’elle avait déjà regardées.

Sa musique, ses suggestions d’amis et même les règles de vérification orthographique étaient toutes différentes de celles de son père mais elle en était complètement ignorante.

Il lui expliqua les « réalités » de cette manipulation (tiens, ce serait pas mal d’apprendre cela à l’école 😉

Mais sur les plates-formes pilotées par les données sociales : YouTube, Facebook, Google, eBay, Amazon et autres plates-formes, la «vérité» a été construite autour de nous afin de refléter nos visions du monde.

Comment pouvons-nous attendre les générations futures d’avoir une vision équilibrée du monde et de l’empathie pour les autres si elles ne sont pas aidées par le jeu équitable du champ de la réalité.

Que devrions-nous enseigner à notre génération Z comme parents ? Comment devons-nous aborder les sujets sans avoir à les motiver comme l’exploitation commerciale, les cookies de suivi, la pornographie en ligne ou des serveurs proxy anonymes.

Voici ce qu’il enseignerait :

  1. Réalisez que tout ce que vous faites sur Internet est surveillé et stocké
  2. Internet apprend ce que vous aimez et vous nourrit plus de la même culture
  3. Ce que vous voyez n’est pas la même chose que ce que tout le monde voit.
  4. Soyez au courant que d’autres ne savent probablement pas ce que vous avez découvert
  5. Soyez gentil. Ne pas démarrer par des arguments sur des faits. 87% des faits sont constitués
  6. Ne pas utiliser juste OMGfacts et Wikipedia pour la recherche. Faites seulement confiance Stephen Fry
  7. Tout ce que vous postez maintenant sera visible à votre patron lorsque vous aurez 25 ans
  8. Lorsque vous êtes chez vous, vos parents peuvent voir votre utilisation de wifi sur le routeur
  9. La suppression du cache ne va pas aider

De mon point de vue, je ne suis pas d’accord avec tous les points, notamment à partir du 5e 😉 y compris le 8… Ils ne connaissent pas FreeWifi en Grande-Bretagne 😉

Qu’est-ce que vos élèves ont vraiment besoin de savoir à propos de la citoyenneté numérique

J’aime beaucoup ce type de question, car elle me parait toujours fondamentale. On parle souvent d‘enseignement du numérique et d’internet à l’école… mais on met quoi dans les cours ?

Vicki Davis dans What Your Students Really Need to Know About Digital Citizenship sur Edutopia nous apporte ses réponses… quelle utilise dans sa classe, autour de 2 approches : les connaissances proactive et des connaissances empiriques.
À vous de dire si vous approuvez sa liste !

Connaissances proactive

  • Les mots de passe
  • La vie privée
  • Des renseignements personnels
  • Les photographies
  • La propriété et le droit d’auteur
  • L’autorisation
  • La protection
  • Le professionnalisme
  • Le personal branding

Connaissances empiriques

  • Vérité ou fiction
  • Des élèves comme enseignants
  • Communautés d’apprentissage collaboratives

Pas mal en effet ce programme… C’est une bonne base. Je le compléterai bien par un PLE (Personal Learning Environments 🙂

Les jeunes d’aujourd’hui sont une génération d’entrepreneurs

Le journal Anglais The Telegraph publie un article The Apprentice: today’s young are a generation of entrepreneurs.

Rien de surprenant dans ce titre qui est conforme à ce que nous lisons ailleurs. Ce qui est intéressant dans cet article est la « voix » donné aux jeunes qui s’expriment sur le sujet !

On apprend que cette année de The Apprentice (une émission de la BBC sur la création d’entreprise), la moitié des candidats a, au maximum, 26 ans.

Près des 2/3 des 16 à 25 ans veulent travailler pour eux-mêmes ou créer leur marque, selon une nouvelle étude, qui a constaté que 62 % des personnes de ce groupe d’âge aimeraient être des travailleurs indépendants.

«Internet est un environnement sans visage dans lequel tout le monde est égal, peu importe votre âge, votre nationalité ou votre origine, où vous pouvez démontrer vos compétences sans crainte d’objection», a déclaré Ed Hardy, 17 ans, co-fondateur de Mobile Edge.

7 jeunes sur 10 de 16 à 25 ans  estiment qu’il est plus que jamais difficile d’obtenir un emploi et qu’ils ont plus de pression que leurs parents au même âge, selon le rapport de Lucozade Energy : Gen-erators Z (notez ce lien, c’est le Tumblr qu’ils continuent d’alimenter :-). En outre, 38 % des répondants ont déclaré que leur plus grande crainte est l’échec.

Le rêve le plus populaire de cette génération – avant de ce « faire de l’argent » – est d’avoir la liberté de vivre la vie qu’ils veulent et poursuivre leurs propres objectifs.

Une majorité écrasante, 91 %, des 16 à 25 ans pensent que la société a une vision négative des jeunes aujourd’hui. Faut-il leur donner tort ?

Les enfants se soucient moins des célébrités, d’être cool mais aiment porter de beaux vêtements

L’article Kids these days care less about celebrities, looking cool and wearing nice clothes – survey donne le résultat d’une enquête nationale sur les jeunes Australiens de Roy Morgan.

L’enquête a comparé les réponses de près de 3 500 Australiens âgés entre 6 et 13 entre juillet 2011 et juin 2012 aux réponses de 2 800 autres entre juillet 2013 et juin 2014.

Si les 6-9 ans sont restés stables dans leur admiration pour les stars de cinéma, de rock, pop stars et autres célébrités (48%), les 10-13 ans ont montré une baisse d’intérêt (passant de 60% à 51 %).
Dans l’ensemble, moins de la moitié des enfants (49%) désormais disent qu’ils admirent une célébrité.

La tendance des enfants désirant avoir l’air cool a légèrement diminué en valeur, avec 54% de 6 à 13 ans affirmant ce qui est important (contre 56% il y a deux ans)

Avoir de beaux vêtements - comparaison jeunes 2012 et 2014

Avoir de beaux vêtements – comparaison jeunes 2012 et 2014

Avoir de beaux vêtements reste assez important pour les 10-13 ans (54% par rapport à 55%) mais a diminué chez le groupe d’âge plus jeune (45% contre 52%).

Est-ce que votre stratégie RH est prête pour les vrais Digital Natives ?

C’est dans Diginomica que Andy Campbell nous livre son article : Is your HR strategy ready for the Digital Natives?

Facile pour moi de le résumé, puisque celui-ci est proposé en début d’article : Êtes-vous prêt à faire face à la génération numérique dans votre monde du travail? Le RH est confronté à un cauchemar potentiel, mais aussi une occasion d’aider à façonner l’avenir.

Je relève quand même quelques phrases :

  • Tous les employés ont besoin des bons outils pour faire leur travail, et investir dans les dernières technologies mobiles et des outils de collaboration permettra à chacun d’être plus productifs, qu’ils soient de la génération Z, Y, X ou toute autre lettre.
  • Les modèles hiérarchiques doivent changer car l’autonomie est une autre différence déterminante de la prochaine génération (curieux, créatifs et autonomes Digital Natives).
  • De nouveaux modèles d’organisation pour ouvrir de nouvelles voies
  • Les produits sont plus importants à la génération Z que les marques qui les produisent, et ces consommateurs vont changer de marques facilement à la recherche de qualité supérieure (ndlr : et de prix inférieurs). Désormais chaque entreprise a une «marque employeur».
  • Une étude de wikia.com a constaté que 55% des natifs numériques utilisent les réseaux sociaux principalement pour partager leurs opinions
  • Les entreprises capables de répondre aux besoins et à la culture de la génération Z trouveront leur réputation et la notoriété de la marque considérablement renforcée par une légion de nouvelles recrues qui seront heureux de le dire à tout le monde, y compris aux clients.

L’itinéraire simple pour les dirigeants conscients: simplifier les lieux de travail de plus en plus complexes

Boonchai Pongrungsap explique dans un article dans Nation Multimedia : The SIMPLE route for aware leaders: simplifying increasingly complex workplaces (L’itinéraire simple pour les dirigeants conscients : simplifier les lieux de travail de plus en plus complexes). Même si la génération Z n’est pas cité, ce sont des prospectives sur le monde du travail de demain où se retrouvera la génération Z !

Pour ceux qui suivent régulièrement ce blog, il sera aisé de voir parmi les 5 facteurs qui façonneront le fonctionnement de l’entreprise, ceux qui concernent la génération Z :

  • la main-d’œuvre diversifiée avec bientôt 5 générations à travailler ensemble dans le même lieu de travail.
  • la délocalisation des bases de production et d’exploitation vers d’autres pays
  • le changement dans le paysage économique avec l’arrivée de la Chine, l’Inde et d’autres pays en développement dans l’économie mondiale
  • La pression des « biens »durables et d’une économie responsable
  • La puissance de la technologie et les médias sociaux (les appareils mobiles remplacent maintenant les ordinateurs portables comme les principaux outils de travail).

En prime, chaque fois que les employés auront besoin de vous, vous devrez être «là» pour eux.

La génération Z, la prochaine grosse audience du marketing

L’article de articles base : Gen Z – Marketing’s Next Big Audience est court mais pas dénué d’intérêts.

Le constat est clair : cette génération va grandir et devenir un grand secteur d’acheteurs dans l’avenir. Voilà pourquoi il est important d’être capable de se connecter avec eux dès maintenant de sorte que vous resterez dans leur esprit au fur et à mesure de l’augmentation de leur pouvoir d’achat.

La nécessité d’être présent sur plusieurs plates-formes social, en traitant l’image avant tout, doit être un axe de refonte du marketing dans un très proche avenir. Cette génération est de plus en plus rapide et d’une manière beaucoup plus avertis et impatiente que les acheteurs précédents.

Il ne faut jamais tomber dans le piège Facebook, préférez lui Instagram.

Une autre chose à prendre en compte est le mobile.

La génération Z va redéfinir le concept de la vie, qui sera nomade, et vous devrez être prêt à les y rattraper et rester en tête de la partie.

5 choses que vous devez connaître pour travailler avec la génération Z

Désormais, vous avez l’habitude, business Insider publie régulièrement des articles au sujet de la génération Z…

Voici le 1er d’entre eux (même sil il a été publié en septembre, je n’en avais pas encore parlé 🙁 5 Things You Need To Know About Working With Generation Z.

Pour en savoir plus, je vous renvoie à l’article en question, mais voici les 5 points abordés :

  1. Ils ont soif d’honnêteté
  2. Ils sont plus entreprenarial
  3. un ordinateur et travailler à leur domicile
  4. Ils veulent parler en face-à-face
  5. Ils savent ce qu’ils veulent

«Génération Z» est sur le point de conduire une poussée de croissance du commerce électronique

Cet article de Business Insider a été un peu le buzz du moment au niveau de la génération Z ! Generation Z Is Poised To Drive A Surge In E-Commerce Growth.

D’ailleurs vous avez peut-être vu passer ce graphique… il a été beaucoup relayé !

Generation Z' Is Poised To Drive A Surge In E-Commerce Growth

Generation Z’ Is Poised To Drive A Surge In E-Commerce Growth

Business Insider communique les résultats d’une étude de BI Intelligence qui estime qu’il existe des différences surprenantes et importantes dans le comportement selon le sexe, l’âge (en particulier avec la génération Z considérés comme les18 à 24 ans), le revenu et l’éducation.

Malgré des revenus ultra-faibles, les 18-24 ans consacrent la plus grande part de leur revenu en ligne : 9%. À mesure qu’ils vieilliront et gagneront plus d’argent, ils seront les moteurs des gains importants dans la croissance du commerce électronique.

Comment gestionnaires et dirigeants peuvent se préparer à la génération Z

David Thomas, vice-president des ressources humaines au groupe de services financiers Manuvie en Asie explique comment les gestionnaires et les dirigeants peuvent se préparer à la quatrième génération de Singapour dans un article Preparing For The Gen Z Workforce sur le site stjobs.sg.

En effet, je pense aussi que les jeunes de la génération Z sont beaucoup moins influencés par la brochure officielle de l’entreprise que par ce que l’on peut dire d’une entreprise sur Internet.

Ces natifs du numérique (les entreprises devront laisser utiliser les médias sociaux que Gen Z recherchent, tout en veillant à la sécurité des données) sont habitués à être des collaborateurs sociaux à travers les frontières internationales ! Ils sont beaucoup moins limités par la culture ou la nationalité dans la plupart des pays.

Nous devons créer une sorte d’environnement de travail où les gens vont être stimulés. Les jeunes de la génération Z ont besoin de sentir qu’ils travaillent pour quelque chose de « grand », de sorte qu’ils ne pensent pas, «OK, je vais le faire pendant quelques mois et puis aller faire autre chose

Et en tant qu’organisation, nous devons être en mesure de montrer que nous nous soucions de vous (personne de la génération Z) comme une personne, que nous sommes avons investi en vous.

10 tendances dans le monde du travail pour 2015

Voici les 10 Workplace Trends For 2015 pour Dan Schawbel (je l’ai cité à plusieurs reprises dans les revues de presse précédentes… ) dans Forbes.

  1. Les entreprises embauchent la Génération Z pour les stages
  2.  Plus de génération Y prennent des rôles de leadership
  3. L’honnêteté devient un trait vénéré de leadership
  4. Le déficit de compétences continue de se creuser
  5. La recherche continue de l’emploi augmente
  6. L’embauche et la recherche d’emploi par mobiles explosent
  7. Des messages dans les médias sociaux seront utilisés pour attirer et retenir les talents
  8. La planification de la relève devient une priorité absolue
  9. Les femmes continuent à occuper des positions de pouvoir
  10. Plus de gens sortir des parcours professionnels traditionnels.

Comment engager les générations Y et Z? Appel à 3 valeurs fondamentales et 3 traits de base

Pas facile selon moi d’écrire un tel article mélangeant génération Y et Z au niveau marketing. C’est la gageure à laquelle s’attaque Bridget Croke dans Greenbiz : How to engage millennials? Appeal to 3 core values, 3 core traits  qui s’en sort ma foi pas si mal 🙂

Les  » valeurs fondamentales sur lesquelles repose la théorie de Bridget Croke sont :

  • Appartenance
  • Reconnaissance
  • Nécessité de la facilité

Et les 3 traits de caractères :

  • Hackers naturels (ils trouvent leurs propres solutions aux problèmes mondiaux, et soit, ils aident à créer la solution en construisant une marque plus pertinence, sinon, ils laissent tomber votre entreprise et lancent leurs propres entreprises qui permet de résoudre les problèmes sociaux et de modifier le comportement de leur génération !
  • Diminution de l’influence des frontières géographiques (Selon un rapport ShareThis, ils sont 3,6 fois plus susceptibles que leurs aînés de partager en ligne, donc la pression des pairs va bien au-delà des communautés)
  • Nouveaux modes de vie moins de propriété individuelles (ils sont à l’origine de l’économie de partage. Les plus âgés se marient moins et font des achats importants comme les maisons et les voitures à des tarifs inférieurs à ceux des générations plus âgées.

Comment générations Y et Z fera vibrer The Pink (mois du cancer du sein)

Dans mmm-online, Christian Mullen dans l’article How Generations Y and Z Will Rock the Pink revient sur une enquête sur la façon dont la technologie numérique et si ces habitudes d’utilisation peuvent avoir une incidence sur la lutte contre le cancer du sein pour les femmes de plus et de moins de 40 ans.

La réponse est que les prochaines générations (génération Z) s’engageront plus grâce aux apports des évolutions du numérique.

Ils sont beaucoup plus à l’aise et ouverts au niveau personnel. Ils grandissent en vedette dans YouTube et dans l’affichage égocentriques sur les médias sociaux.

ils ont une mentalité différente de celle des générations précédentes face à la maladie. Ils parlent ouvertement de leur santé et utilisent la technologie pour accéder aux nouvelles, chercher des réponses et se soutenir mutuellement.

Cette nouvelle génération changera la sensibilisation et le traitement du cancer du sein de 3 façons :

  • par des soins préventifs (53 % des femmes de moins de 25 ans utilisent un calendrier sur leur appareil sans fil pour prendre rendez-vous ou revoir leurs horaires. L’e-rappels de mammographies annuelles
  • Partage et soutien via les réseaux sociaux
  • Soins personnalisés – diagnostic personnalisé

La génération Z a peu peur du Sida et pourtant elle est concernée au 1er chef

Génération Z et Sida

Génération Z et Sida

C’est l’article Little Fear of HIV with Generation Z sur le blog de la Womens health foundation qui m’a mis la puce à l’oreille sur la situation actuelle vis-à-vis du Sida et des MST, ce dont je me doutais… Mais, cette fois, il y a des chiffres !
En complément, un autre article sur le sujet : Lack of Fear Leads to an Increase in HIV and STDs for Young People

«nous ne sommes pas inquiets de contracter le VIH.» semble être une parole que l’on entend dans la jeunesse. Ils semblent avoir oublié le Sida.

Aujourd’hui donc, les adolescents ne semblent plus avoir peur de contracter le Sida. Mais, il est vrai que le message des origines : utiliser un préservatif ou risquer la mort à complètement disparu de nos environnements et qu’il y a eu beaucoup de progrès dans la détection et pour le traitement de la maladie.

On en parle moins… Une étude des programmes d’éducation sexuelle à l’école dans 45 États par les CDC (Centers for Disease control and Prevention) a permis de constater que l’information sur la prévention du VHI et des MST a diminué dans une majorité d’Etats en 2010.

Pourtant, les statistiques américaines sur qui a contracté le Sida dans ce groupe d’âge indiquent que 25 % de toutes les nouvelles infections au Sida se produisent chez les jeunes de 13 à 24 ans, et ce groupe d’âge représente la moitié de tous les nouveaux cas de maladies sexuellement transmissibles (MST).

Selon le CDC 46% des élèves du secondaire (Américain) ont eu des rapports sexuels et sont potentiellement à risque pour le VIH. Le CDC toujours estime que 1 144 500 personnes âgées de 13 ans et plus vivent avec le VHI, y compris 180 900 (15,8%) qui ne savent pas qu’elles sont infectées.

Rencontrez la Génération Z

C’est dans les pages Yahoo LifeStyle Australienne que j’ai découvert cet article dans les pages de Marie Claire. J’ai effectué quelques recherches mais je ne sais pas qui est exactement l’auteur de l’article Katherine Fleming…

J’aurai aimé savoir qui elle est, car l’introduction de l’article ne me dit rien de bon !

«Si vous pensiez que la Gen Y avait des problèmes, attendez jusqu’à ce que vous rencontriez les Gen Z. Ils sont capricieux, matérialiste, colérique et leurs parents font leurs devoirs pour eux. Pas étonnant que les experts disent que les enfants d’aujourd’hui seront désespérément mal préparés à la vie adulte.» Gloups… Je n’ai pas l’impression que les experts disent cela… On ne doit pas lire les mêmes !

En effet, nous ne lisons pas les mêmes experts 😉

Pas facile à résumer cet article je ne tenterai même pas sauf d’une phrase lapidaire : le seul but des  «petits empereurs» de ce «groupe le plus rebelle et odieux d’adolescents jamais» connu est la recherche continuelle du bonheur, à qui on n’a jamais dit «Non»,  et les parents sont en ligne de mire !

Je cherche toujours à savoir qui a pu écrire cet article… J’ai l’impression de lire un enseignant ! Cela me donne l’impression que les problèmes des enseignants sont également internationaux 😉

Reste une chose à faire… si cela vous tente, aller lire l’article !

Il est évident que le déchaînement va aller de pair avec cet article… Meet Generation Z … and Weep for the Future en fait déjà partie !

Écoles : la préparation des jeunes à l’ère numérique

Rien ne vaut la lecture de SCHOOLS: Preparing the young for the digital age pour se remettre de la lecture des articles précédents ! Les Malaisiens seraient-ils plus sages?

Internet et l’école ne va pas si mal que cela partout visiblement. C’est le cas avec le programmes de la KDB (MCMC’s Klik Dengan Bijak) transporté dans les écoles par le biais d’activités interactives. Au delà de la sensibilisation et l’engagement, ce programme permet la réduction de la fracture numérique pour les communautés rurales.

Le projet dépasse largement l’école puisqu’il introduit également le concept de sécurité et de responsabilité Internet à la maison. (ndlr : amusant pour moi de lire cela, car je pense en effet qu‘il faut passer par les enfants pour former les parents actuellement)

Voici quelques extraits du discours autour du projet :

  • De même, quand nous allons dans le cyberespace, il y a des risques encourus.
  • Nous ne voulons pas que les Malaisiens aient peur d’utiliser l’Internet, parce que cela va nuire à notre progrès.
  • Notre tâche est d’ouvrir les yeux des gens, y compris les jeunes enfants, et leur faire prendre conscience des risques et de savoir comment réagir, de sorte que quand ils rencontrent des défis tels que les escroqueries en ligne et la cyber-intimidation, ils seront préparés, résistants et auront confiance en traitant avec lui.
  • Internet est une partie de nos vies aujourd’hui, et nos enfants ont besoin d’explorer ce qui est en ligne pour acquérir de l’expérience et de la résilience.
  • Tôt ou tard, ils (les enfants) rencontreront des sites qui sont choquant ou offensant, ou ils seront confronté à des escrocs ou des persécuteurs. Ils ont besoin d’apprendre ce qu’il faut faire dans ces cas, qu’ils ne doivent pas être affectée au lieu de rester calme et  de juste signaler aux autorités si cela est nécessaire.

Encore une belle leçon sur l’enseignement des nouvelles technologies que nous pourrions méditer en France !

Ici ou là, on parle aussi de la génération Z

Consumers Unconvinced on Mobile Even as Tech Battle Brews (38% de la génération Z (34 pour la génération Y) pensent que les paiements mobiles sont plus sûrs que d’autres méthodes de paiement et 48 % de la génération Z (33% pour la génération Y) pensent que leurs paiements mobiles sont 100% sécurisées. Cet article est à mettre en comparaison avec Millennials, Gen Z Like Mobile Payments où il est dit que la génération Z perçois le paiement mobile comme plus facile, plus rapide et plus efficace.

Generation Z (or is that Edge?) shows a fluid sense of style – j’ai hésité à mettre cet article parmi les précédents… The Edge génération, un nouveau nom pour la génération Z (les enfants rebelles indépendants avec un but) a un impact sur la mode et la beauté, avec un accent sur le style individuel et une relation de la technologie et à leur comportement de consommateurs. Une étude rapporte que les filles de 8-12 ans utilisent en moyenne 4,5 produits de beauté différents et se font des soins de beauté professionnels tels que la manucure.

Percentage of teen drivers continues to drop : peut-être vous rappelez vous la question que je posais Un ado doit-il encore passer son permis de conduire ? Et bien, le site science daily me donne un complément de réponse. Il y a 30 ans, 8/10 Américains de 17-19 ans possédaient un permis de conduire. Aujourd’hui, ils sont 6/10.

Emerging Trends 2015: Houston, Austin Voted Top Cities (un article au sujet du secteur de l’immobilier commercial)

Downtown living the ‘new normal,’ report says (Toujours dans le secteur de l’immobilier, mais au Canada, la vie urbaine a cessé d’être une tendance émergente et est maintenant la «nouvelle normalité». Les jeunes travailleurs en particulier – mais pas exclusivement – continuent d’affluer vers le noyau urbain, préférant travailler là où ils vivent, plutôt que de faire de longs trajets. Même prévision pour la génération Z !)

Off the Menu: Early look at 2015 dining trends (difficile de faire une revue de presse anglophone sur la génération Z sans qu’au moins un article ne soit consacré à l’alimentation ou la restaurations ! Là, ce sont les prédictions de Hugh Robert sur les tendances de la restauration en 2015 et la génération Z y a une place de choix : les gourous de l’industrie des restaurants spéculent également avec enthousiasme sur l’impact que la génération Z, la cohorte des trimballeurs de smartphone de l’adolescence et du début de la vingtaine qui viennent sur la scène aura des répercussions sur les restaurants et les cartes.

Restaurant trends on tap for 2015 dans food business news toujours dans le même registre que l’article précédent, avec cette fois un intertitre concernant notre génération « favorite » : Voici la génération Z. Les restaurateurs sont prévenus en cas de besoin ! L’émergence de la « surexcité » Génération Z crée un nouveau défi pour les restaurateurs. Les restaurants devront offrir une expérience plus rapide et plus accrue tout en restant fidèle aux besoins traditionnels des consommateurs âgés. Mais je retiens surtout le quand et où ils le veulent !

Snacks — The year in review (comme souvent, ce n’est pas un mais le 3e article cette semaine sur l’alimentation… cette fois, Food business news s’intéresse au monde des « snacks »

Are We on the Verge of Television’s Third Golden Age? : La génération Z est un acteur important du 3e âge d’or de la télévision… Notamment avec la TV à la demande qui attend l’accès au contenu sur plusieurs appareils quand et où ils le veulent.

Close encounter with a tattoo : un article sur le tatouage où la conclusion finale est : Je me demande comment toutes ces femmes tatouées des génération X et Y vont se sentir à 40 et 50 ans avec leur corps ridés ? La vue sera peut-être suffisante pour décourager la génération Z et au-delà de jamais aller dans un salon de tatouages.
 

10 slides sur la génération Z

Pas facile de maintenir cette revue de presse internationale… j’ai encore pris du retard ! il faut dire que j’effectue ce travail « bénévolement » donc, il a tendance à passer après le reste surtout lorsqu’il y a beaucoup de matières à décortiquer !

Pour vous faire patienter (la revue de presse francophone devrait elle publiée en temps et en heure lundi), voici une petite présentation de SlideShare, par PlayCollective (groupe de recherche qui aide les entreprises à mieux comprendre les enfants et les familles).

La présentation est courte… 10 slides qui résument la manière de soutenir la génération Z dans son envie de faire le bien dans le monde comme le montre plusieurs rapports.

génération Z : revue de presse francophone du 3 novembre

Entreprises : comprendre la génération Z

Entreprises : comprendre la génération Z – article du journal France Antilles

La revue de presse francophone sur la génération Z est de retour cette semaine… Il y a suffisamment d’articles à mon sens pour la réaliser 😉

Entreprises : comprendre la génération Z

J’allais dire à tout seigneur tout honneur, mais c’est trop présomptueux de ma part… 🙂

En tout cas, je remercie une nouvelle fois Céline GUIRAL, en charge des pages économiques de France Antilles Guadeloupe pour avoir rapporté mes propos au sujet de la génération Z et l’entreprise dans l’article Entreprises : comprendre la génération Z.

Notre magnifique génération ultra-connectée

L’article : Notre magnifique génération ultra-connectée  est un billet d’humeur sous la plume de Kevin Billeaux sur l’espace communautaire web-trotters.

C’est un peu surprenant de découvrir ce billet sur ce type de site, mais pourquoi pas après tout… Et en effet à la lecture de l’article on peut comprendre que ce coup de gueule soit placé dans ce site où il aura certainement le plus d’échos.

Il est évident que la génération Z ne va pas être mise à l’honneur… l’auteur considère que les gens ne se regardent plus. «On a l’impression d’être connectés à tout le monde mais on ne sourit à personne.»

En effet, autour de la tour Eiffel, on voit désormais des têtes baissées qui partagent le même cliché sur Snapchat, Instagram ou Facebook.

Et oui, n’en déplaise à Kevin Billeaux désormais on partage tous ses moments de découvertes avec des personnes qui ne sont pas physiquement avec nous ?

Mais ce n’est pas pour autant que l’on ignore le monde autour de nous, les personnes avec qui l’on est durant l’instant présent.

Aussi curieux que cela puisse paraître, ce n’est pas seulement pour soigner son image sur Internet que les « jeunes » utilisent les services sociaux… C’est méconnaître les jeunes de dire cela !

Ayant aussi pour ma part un peu voyager et n’étant pas si jeune… je vous retournerai la question de savoir ce que vous raconterez plus tard à vos enfants et petits enfants… quelles photos vous montrerez…

Contrairement à ce que vous semblez penser ce n’est pas nous parents qui les éduquons à Snapchat et Instagram… Ils s’éduquent tout seul et les rôles s’inversent d’ailleurs… Ils nous éduquent !

Ne vous faites pas de cinéma sur les jeunes… qui n’ont pas les mêmes manières que nous de vivre, d’échanger, de parler entre eux !

Je peux vous assurer (j’ai des preuves) qu’ils savent très bien ce qu’ils peuvent découvrir dans le monde (peut-être plus que la plupart des personnes des générations précédentes)… et justement contrairement à ce que vous sembler penser, plus que des souvenirs, grâce à ces réseaux sociaux ils conservent parfois plus facilement des contacts avec des personnes rencontrés aux antipodes

Chose qui doit vous être impossible ou presque si vous n’êtes pas sur les réseaux sociaux…

Je peux vous dire qu’ils continuent à vivre intensément leurs voyages passés !

Vous auriez dû voir l’état de ma fille lorsqu’elle a appris par ses amis en Australie que Cathy Perri devait passer dans le lycée où elle a été, informée en consultant les réseaux sociaux ! Au passage, en général, elle prenait entre 400 et 1000 photos par jour et je ne compte pas les snapchats et autres messages dans les réseaux sociaux !

«Mais est-ce qu’on peut m’expliquer l’intérêt de poster une photo de son assiette sur Instagram ?» Je vais tenter de vous répondre… à cette question en quelques mots !

Cela s’appelle simplement le partage avec ses pairs, l’essence même du web 2.0 qui englobe ces nouveaux médias.

En plus… moi, cela peut m’intéresser de voir comment se nourrissent les habitants d’une autre région… ou pour d’autres, avoir une idée de recette, etc. Je dois être plus curieux que vous à ce niveau là… pour le voyage par procuration !

«J’aimerais aussi comprendre ce qui se passe dans la tête du mec qui invite sa copine au restaurant en gardant les yeux rivés sur son téléphone» Bien que je ne vois pas le rapport avec les voyages, là encore, je ferais une tentative de réponse…

Est-ce mieux de regarder les personnes placées derrière sa copine ou sur les tables voisines ! Vous apporter me semble t-il un jugement de valeur en posant cette question… Vous « idéalisez » la rencontre selon vos valeurs, conception de vie et de ce qu’est une rencontre !

La génération Z est elle aussi capable de ses « déconnecter » selon ce qu’elle fait… et, cela peut vous surprendre, ils sont peut être même en train de s’envoyer des messages en face à face par leurs smartphone… ou encore, ils (les deux) communiquent avec leurs amis communs… et tout cela ne l’empêchera pas de lui dire qu’il l’aime et il la découvrira également au travers des médias sociaux

La communication à bien changé mon bon Monsieur… Je ne dis pas c’est mieux, c’est moins bienElle satisfait juste ces générations de jeunes actuels !

Je vous renvoie en cas de besoin vers l’article Mobile : Le mobile plus important que la brosse à dent et le déodorant chez les 18-24 ans ! publié début juillet. Il concerne plus la génération C que la génération Z mais correspond certainement plus à votre article.

Et, maintenant, si je suis honnête, moi aussi, si j’avais eu la possibilité lors de ma jeunesse de partager mes instants de découvertes avec mes amis dans la monde entier, je l’aurais certainement fait… et croyez moi si vous le voulez, cela ne m’aurait pas empêché de savourer le spectacle !

Une suite avec l’article suivant !

À 9 ans, il remporte le 1er prix de photographie animalière à Londres !

il a reçu le 1er prix de photographie animalière à Londres à 9 ans

il a reçu le 1er prix de photographie animalière à Londres à 9 ans – image source demotivateur.fr

Le talent n’apprend pas le monde des années désormais et c’est aussi en partie une réponse à Kevin Billeaux qui semble penser que les jeunes ne savent plus regarder le monde !

Carlos Perez Naval qui a eu la chance de voyager beaucoup à même selon l’article Un petit garçon de 9 ans remporte le premier prix de photographie animalière à Londres ! Regardez ces photos : C’est à peine croyable ! tout compris des voyages puisqu’il a assimilé que la découverte et les voyages commencent à la porte de sa maisonPendant l’année scolaire, la faune et la flore de son jardin et des alentours de sa maison n’échappent pas à l’objectif de son appareil photo»)

À regarder de plus près les commentaires, je trouve assez décevants ceux qui critiquent ce travail en focalisant sur son véritable reflex… cela me donne un goût de jalousie ! Et cela m’amène à une question (la réponse se trouve déjà dans un revue de presse précédente…) les adultes ne seraient pas jaloux de la génération Z ?

Je vous renvoie vers l’article pour consulter ses images… qui vous vous en doutez, mettent en valeur tout son talent ! C’est ici que cela se passe 😉

Tout juste 20 ans, encore à la fac, et déjà un gros contrat de comm pour une Valenciennoise

On cherche régulièrement des exemples en France de génération Z (ou proche de la génération Z) qui réussissent, qui pourraient être des exemples de ce que sont les membres de la génération Z dans leur esprit d’entreprenariat, de créativité, de création de communautés…

Mon quotidien régional, la Voix du Nord évoque régulièrement « des cas » 🙂 Le dernier en date : hier, dans l’article Tout juste vingt ans, encore à la fac, et déjà un gros contrat de comm pour une Valenciennoise.

Justine Anzalone, une Valenciennoise, décroche le contrat de l’année : Redynamiser la discothèque « Le Doral Night Club » du casino Partouche au Touquet, alors qu’elle n’a même pas encore terminé ses études… avec Antoine Pawlak, créateur de la boîte de communication Gonzague.

J’ai l’impression qu’ils sont plus facile à trouver dans Facebook que partout ailleurs sur le net ! Signe des temps 😉 Voici la page de Gonzague Créateur d’évènements.

Elle dépasse son père sur Pinterest

Autre fait marquant pour moi qui en général suit considéré comme l’un des gros compte Pinterest Français avec mes 41 000 abonnésMa fille aînée le 1 novembre (il faut y voir un signe) a dépassé largement sont père en nombre d’abonnés ! J’ai vu passer comme une tornade le compteur qui s’emballait…

Elle possède désormais 46 500 abonnés ! Beaucoup de marques françaises aimerait faire aussi bien 😉 Elle est ouverte aux négociations, si cela intéresse quelqu’un d’en profiter notamment dans le secteur des cosmétiques, beautés…  🙂

Connaissez vous la génération « z » ??

Voilà un article au titre sympathique d’autant plus que ce blog est mentionné 😉 Il se trouve dans le blog de jlduret (un blog de l’Ecti Savoie, une association qui aide les créateurs d’entreprise, les PME/TPE pour la gestion, la qualité, la sécurité ou tout autre préoccupation du Chef d’Entreprise) : Connaissez vous la génération « z » ??

Juste quelques petites rectifications, cela fait plus de 3 ans que le terme génération Z existe puisque lorsque j’écrivais fin 99 – début 2010, un article publié dans les cahiers dynamiques (la revue professionnelle de la protection judiciaire de la jeunesse) le terme existait déjà !

La génération C n’est pas la génération Z ! (voir la ligne du temps des générations dans De quelle génération êtes-vous ? 🙂

L’article résume assez bien ce qu’est la génération Z… et j’apprécie la conclusion : «À l’image de Tavi Gevinson, d’Octave Nitkowski ou encore de Valentin Reverdi, tous semblent chercher le plus rapidement possible à créer et à se faire plaisir, tout en dissociant toujours bien le réel du virtuel. Bienvenue dans la génération Z.»

Des applications qui devraient faire tourner la tête de la Génération Z

Le marché de la génération Z est juteux… certains ne s’y sont pas trompés…

Let et Showmobile sont de ceux là… Je ne suis pas certain pour ma part qu’ils feront tourner la tête de la génération Z !

Je pense plutôt que ce seront des applications supplémentaires qui disperseront encore un peu plus les membres de la génération Z et seront donc une difficulté de plus pour les marques pour entrer en contact avec cette génération.

Un article de air of melty parle justement de ces 2 services… même si le titre fait penser qu’un seul est évoqué : Showmobile, l’application qui devrait faire tourner la tête de la Génération Z et des marques.

« Blue Office », pour faire bouger les lignes de l’immobilier… et du management

On trouve même des traces de la génération Z là où on l’attendrait peut-être le moins. Ici, c’est dans l’article d’Immoweek : « Blue Office », pour faire bouger les lignes de l’immobilier… et du management, la génération Z est évoqué tout en fin du texte.

Le thème de l’article de site sur l’immobilier concerne les « locaux » pour le télétravail… et l’acceptation du télétravail par le management.

Voici la conclusion : «Reste maintenant à dépasser les a priori de certains directeurs des ressources humaines, qui envisagent le travail de leurs salariés hors des murs comme risque potentiel de non performance… C’est sans doute cette bataille de la confiance et du changement dans les modes de management qu’il faudra d’abord gagner. Mais, l’arrivée dans les entreprises de la fameuse « génération Y » et même désormais la « génération Z » pourrait obliger les entreprises à accélérer le mouvement…»

La culture médiatique des préadolescents : entre transmission parentale et normes des pairs

L’article, La culture médiatique des préadolescents : entre transmission parentale et normes des pairs publié dans les carnets de recherches de l’AFRELOCE (Association française de recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance) est la synthèse de l’intervention de Sophie Jehel lors du séminaire de l’Afreloce à l’ENS du samedi 18 octobre 2014.

Aye… cela commence mal… Cette recherche s’appuie sur les résultats d’une enquête menée en 2006-2007 ! Ouf… sauvé, il est indiqué que depuis l’enquête, les pratiques médiatiques des jeunes ont changé ! Mais pourquoi prendre appui sur cette étude ?

Cela m’échappe… même après la lecture de ce compte rendu ! Et au final, si le titre pouvait avoir une signification avant 2010, je pense que le monde à évoluer beaucoup trop vite pour tirer des enseignements à ce jour vis-à-vis de la culture médiatique des préadolescents…

Qui nous fournira une étude récente sur le sujet en France ? En parcourant ce blog, vous trouverez certainement des parties de réponses qui sont plus à jour sur le sujet 🙂